Le podium européen : 1. Russie, 2. Italie, 3. Belgique

L’équipe italienne était venue au championnat d’Europe des U20 pour l’emporter. Elle avait le « matériel humain » pour ce faire. L’équipe russe avait le même objectif et avait également les joueurs pour réaliser celui-ci. Et c’est finalement elle qui l’a emporté même si, au total des quatre sets de leur confrontation, les Azzurri ont enlevé plus de points que les Russes (97-90).

De fait, les Italiens ont, durant les quatre sets, quasi toujours mené au marquoir jusqu’au moment où, auparavant, était sifflé le second time-out technique : 8-7 et 16-14 dans le premier set, 8-3 et 16-7 dans le deuxième, 8-2 et 15-16 dans le troisième et 8-5 et 16-15 dans le quatrième.

C’est donc dans les finales de chacun des trois sets où il y eut réellement match que les Russes, plus solides dans leurs fondamentaux, finirent par émerger et par s’imposer à chaque fois par le plus mince des écarts : 23-25/25-12/24-26/25-27.

Bravo aux nouveaux champions d’Europe ainsi qu’aux Italiens, qui n’avaient perdu aucun set avant d’atteindre la finale, et à nos compatriotes qui auront été la véritable révélation de cette compétition.

Le championnat d’Europe 2020 des U20 ne pouvait avoir plus beau trio d’équipes sur son podium.

Absolut Sport Absolut Volley

Nos Yellow Tigers n’ont pas assez cru en leurs chances de battre l’Italie.

Face à l’Italie, vice-championne du monde, nos Yellow Tigers ont perdu une rencontre qui était, aujourd’hui, autrement à leur portée que ce ne fut le cas à Catania quand elles furent balayées du terrain lors du tournoi de qualification pour les Jeux Olympiques. Pourquoi me demanderez-vous?

Parce que, tout simplement, les Italiennes étaient nettement moins dans le coup qu’elles ne le furent en Sicile. Egonu n’y fut absolument pas et Malinov joua à tout le moins deux crans en-dessous de son niveau habituel. Du coup, les premiers temps avec Folie et Chirichella ne furent pas nombreux et la squadra azzura ne tint, en fait, que par ses deux attaquantes de pointe, Sorokaite et Sylla qui firent toutes les deux un très gros match, la première citée plus encore que la seconde dans la mesure où elle fut monstrueuse au service. C’est d’ailleurs elle qui infligea la plus lourde claque à nos compatriotes quand, tout au début de la rencontre, elle fut,avec son service smashé, à l’origine, directe ou indirecte, des cinq premiers points de son équipe. Les nôtres mirent du temps pour se remettre de ces coups reçus dès les premières minutes de la partie. De fait, cette période de récupération dura tout le premier set que les Italiennes remportèrent sur la marque de 25-18 en s’étant montrées nettement plus productives que nos compatriotes tant au niveau des attaques (17/5) qu’à celui du bloc (5-3).

Le deuxième set de nos Tigers fut nettement meilleur que le précédent. Nos attaquantes se mirent à faire honneur à leur réputation, le bloc fonctionna beaucoup mieux lui aussi et nos services se firent plus pointus. Le score se fit dès lors beaucoup plus équilibré et Ilka Van de Vijver, qui ne livra pas aujourd’hui sa meilleure prestation internationale, et ses équipières se trouvèrent même à plusieurs moments de la manche en tête au marquoir: 5-7/9-12/ 10-14. Les Italiennes se firent plus pressantes au filet et reprirent le commandement des opérations, 15-14. Avec Egonu au service, elles creusèrent l’écart en passant de 16-16 à 20-16. L’écart fut le même quand Folie inscrivit le dernier point de cette deuxième manche : 25-21.

Au début du troisième set, Gert Vande Broek fit monter Van Avermaet à la place de Janssens , qui avait réalisé le plus grand nombre de blocs sur Egonu jusqu’alors, et Guilliams pour compte de Grobelna. Manifestement, ces changements sentaient la préparation du match de ce mardi contre la Pologne et on comprit que le staff lui-même ne croyait pas ou plus beaucoup en une victoire possible contre les Italiennes. Le déroulement de cette manche donna pourtant à penser que le match était loin d’être plié. En effet, les Italiennes n’étaient redoutables que par à coups, surtout quand Sorokaite était au service et Sylla au 4 où, en dépit de sa taille qui n’est pas impressionnante (1.84m), elle alignait des attaques en diagonale courte qui étaient de véritables petites bombes.

Ainsi, alors que nos couleurs avaient mené la course au marquoir, 6-8, et 9-10, les joueuses de Mazzanti connurent une belle période et le score passa à 19-11. Van Sas monta au jeu mais pour deux points seulement. Van de Vijver, qui était ainsi remontée sur le terrain, se fit plus productive au service et ce fut au tour des Yellow Tigers de diriger les opérations. La fin du set fut passionnante à souhait. A 20-15, Grobelna reprit sa place et, avec Herbots qui effectua une bonne fin de match, Sobolska et Janssens qui était également remontée au jeu à 11-10, elle contribua au retour de l’équipe belge au niveau de l’italienne, 23-, -24. Avant ces moments qui furent décisifs, nos Yellow Tigers avaient malheureusement raté en cours de route 3 ballons qui auraient pu être transformés en autant de points et ce ne fut que lorsque les équipières de Chirichella firent 26-24 que l’on put regretter ces petites bévues qui peuvent parfois faire de belles différences.

Demain mardi,  nos représentantes affronteront les Polonaises. Si elles peuvent réussir à étouffer Smarzek comme elles ont réussi à contenir aujourd’hui Egon, la deuxième place de la série pourra être envisagée.

https://www.cev.eu/Competition-Area/MatchStatistics.aspx?ID=32158

Absolut Sport Absolut Volley

L’Europe ne se représentée que par 4 équipes masculines aux Jeux de Tokyo

En dehors de la formation du Japon, qui est qualifiée d’office pour les Jeux de Tokyo 2020 en tant qu’équipe du pays hôte de la compétition, et de celle des Etats-Unis dont j’ai eu souvent l’occasion de parler au cours de ces derniers jours, quels sont les cinq autres teams qui ont enlevé l’un des cinq autres tournois de qualification qui ont eu lieu au cours de ce dernier week-end ?

A Varna, le monde du volley-ball masculin a été à deux doigts, non à un point, d’assister à une immense surprise. En effet, l’équipe bulgare a, lors du match décisif pour le ticket pour Tokyo, malmené et dominé celle du Brésil pendant les deux premiers sets qu’elle a remportés 25-23:25-19 et a même, dans la troisième manche, livré pour une balle de match. Les Brésiliens sont parvenus, grâce à Leal (un Cubain qui joue en Italie et qui a été naturalisé Brésilien) et à Wallace, à enlever ce point et ce set sur la marque de 30-32! Ils avaient fait là le plus dur et, dans une composition un peu différente de celle qu’ils avaient en début de partie, ils poursuivirent sur leur lancée pour s’imposer finalement 16-25/11-15. Les champions olympiques étaient ainsi qualifiés pour défendre leur titre.

A Bari, les Italiens ont également sué sang et eau pour se qualifier. Contre les Australiens en constants progrès au cours de ces dernières années, ils furent menés un set à zéro et deux sets à un avant de s’imposer d’extrême justesse dans le tie-break. Ce succès, ils le doivent en bonne partie à Juantorena (un Cubain qui joue en Italie et qui a été naturalisé Italien), à Nelli qui a remplacé avantageusement Zaitsev dans la cinquième manche à Oleg Antonov, un solide gaillard de 1.98 m qui est né à Moscou et qui a été naturalisé Italien ! Dans le match contre la Serbie, qui avait battu l’Australien en quatre ets, les Italiens n’ont pas fait le détail et se sont imposés là en trois sets secs.

A Gdansk, les hommes de Vital Heynen, c’est-à-dire les Polonais (qui jouaient eux aussi avec un Cubain naturalisé), ont fait le job, Ils se sont largement imposés face aux Français qui ont déçu et ont du batailler pendant les deux premiers sets du dernier match qu’ils livraient contre les Slovènes. Ceux-ci, en gros progrès eux aussi depuis ces dernières années, avaient enlevé le premier set 21-25 et ont tenu tête haute face aux Polonais qui avaient l’avanatge de jouer devant leur public. Les scores des deuxième et troisième sets, 25-23/25-23, est indicative de l’âpreté de cette joute qui se termina à l’avantage, 25-20, des troupes de notre magicien qui vit aujourd’hui dans un autre univers de volley-ball que celui dans lequel il aurait été s’il était resté à la tête de nos Red Dragons.

A St-Petersbourg, Volkov et ses équipiers (parmi lesquels on a retrouvé MikhaIlov), n’ont pas perdu un seul set lors des trois rencontres qu’ils ont dû disputer. Toutefois, cela ne veut pas dire que les Russes n’ont eu qu’à se présenter sur le terrain pour l’emporter. En effet, quand on voit le détail des sets enlevés contre Cuba (26-24 et 27-25 dans les 2è et 3è sets), qui joue avec tous des joueurs du pays et qui fait une belle remontée sur la scène internationale, et contre l’Iran (25-23/25-23 dans les 2è et 3è sets), on s’aperçoit que ces matches n’ont pas été qu’une promenade de santé pour les vainqueurs de la dernière édition de la Volley Nations League. Quant à la rencontre entre l’Iran et Cuba, elle a donné lieu à une chaude empoignade qui a vu les Cubains mener deux sets à zéro (23-25/26-28) avant de fléchir (25-17/25-16) et de s’incliner 15-10 dans le tie-break.

Enfin, à Ningbo en Chine, c’est l’Argentine qui a enlevé le tournoi qui semblait taillé sur mesure pour le Canada ou la Chine . Celle-ci a certes bien remporé son premier match contre la Finlande mais a ensuite perdu les deux autres au terme de deux matches disputés en cinq sets.

Lors de la rencontre entre l’Argentine et le Canada, Conte a livré une grosse prestation. Il a connu un gros pourcentage de réussite en attaque (21/34) et a ainsi permis à l’Argentine, que nos Red Dragons avaient défaite l’an dernier aux Championnats du Monde, de s’imposer  25-23, 22-25, 27-25, 25-23, face à une formation du Canada qui se montra pourtant forte au bloc.

Cela signifie que, pour ce qui concerne le tournoi masculin de Tokyo et étant donné qu’il n’y aura plus qu’un seul tournoi continental européen en janvier, il n’y aura que quatre équipes européennes aux Jeux. Quatre sur douze, ce n’est assurément pas beaucoup pour le Vieux Continent qui regorge pourtant de sélections nationales de grande valeur.

Absolut Sport Absolut Volley

Défaite honorable de nos YY Tigers face à de solides Italiennes

Il n’y a pas eu de miracle à Trieste, nos Young Yellow Tigers ont, face à l’Italie, connu ce lundi leur troisième défaite en trois rencontres dans le cadre des Championnats d’Europe.

Le score est là, 25-20/25-18/25-18 qui indique que les Italiennes l’ont emporté sans trop devoir puiser dans leurs réserves pour s’imposer. Dans la première manche, elles ont fait la différence en faisant passer le marquoir de 7-7 à 14-8. Les nôtres parvinrent bien à stabiliser le jeu mais pas à remonter le courant: 25-20.

Dans la manche suivante, Eline Van Elsen et ses équipières furent rapidement distancées, 10-5, mais parvinrent à revenir quasi à hauteur de leurs adversaires, 13-12, 14-13 avant de concéder, de nouveau, une série de 5 points sans en marquer un seul: 19-13. Le trou était fait et ne sera jamais comblé: 25-18.

Dans ce qui allait être le dernier set de la rencontre, nos compatriotes menèrent 3-5 avant de concéder l’égalisation et de voir les Italiennes reprendre le commandement des opérations. Nos Tigers revinrent à hauteur des Italiennes à 10-10 mais ne purent tenir le rythme et virent celles-ci signer 5 points d’affilée. La messe était dite. Nos girls réussissaient bien de belles choses mais celles-ci étaient trop peu nombreuses pour empêcher Giacomello et Bellia d’inscrire les points qui permettaient à leur équipe de filer vers leur troisième victoire de la compétition.

Points de satisfaction pour nos couleurs, je signalerai que Van Elsen a été, avec Giacomello, la meilleure attaquante de la rencontre (10), que Emmanuelle Menegatti a, tout comme l’Italienne Polesello, inscrit le plus d’aces (3) au cours de la partie tandis que Anna Koulberg, qui a été plus sollicitée aujourd’hui que les autres jours au niveau de l’attaque, et Van Elsen ont été nos meilleures contreuses.

Ce mardi sera jour de repos et, mercredi, nos représentantes affronteront les joueuses de Turquie qui ont également remporté leurs trois premiers matches. Autrement dit, la partie ne s’annonce pas facile pour nos Young Yellow Tigers mais qui sait et pourquoi pas ? L’espoir est un devoir 😉

Absolut Sport Absolut Volley

Seules l’Italie et la Chine sont déjà assurées de se retrouver au troisième tour du Mondial

Le match opposant les joueuses des Etats-Unis, championnes du monde, et les Chinoises, championnes olympiques, était déterminant pour les deux équipes dans leur quête pour la qualification pour le troisième tour de ces Championnats du Monde féminins. Il a tourné court et a basculé assez nettement en faveur des joueuses de Lang Ping qui ont battu les joueuses de Karch Kiraly sur la marque de 0-3 (17-25/24-26/18-25). Zhu Ting a été le fer de lance des Chinoises mais, lors de la conférence d’après-match, Lang Ping a surtout insisté sur la qualité de la prestation d’ensemble de son team.
De ce fait, la Chine est assurée de passer au troisième tour où elle accompagnera l’Italie qui est toujours invaincue à ce jour et qui rencontrera demain les USA. Les joueuses américaines se doivent de l’emporter pour se qualifier car, en cas de défaite, elles pouraient encore être devancées par les Russes qui jouent demain contre la Chine déjà qualifiée.
Dans l’autre poule, la situation est encore plus nébuleuse depuis que, ce mercredi, le Japon a battu la Serbie au terme d’un match palpitant. Dans cette poule F, la Serbie occupe la tête du classement devant le Japon et les Pays-Bas mais cette distinction entre ces trois équipes ne tient qu’à une différence au niveau du set-average entre la Serbie et les deux autres équipes et à une différence au niveau du point-average entre le Japon et les Pays-Bas.
Et, pourtant, deux de ces trois équipes peuvent encore être rejointes par le Brésil si celui-ci bat demain le Japon par trois sets à zéro et si les Pays-Bas sont battus en trois sets par la Serbie.
Comme on le voit, les tout derniers matches seront chauds.
Absolut Sport Absolut Volley

Ce samedi, les Red Dragons affrontent un client pas facile, la Slovénie

 

Il y aurait beaucoup à dire sur ce match Italie – Belgique que les Italiens ont gagné haut la main face à des Red Dragons qui ont (trop) vite baissé les bras dès lors que, à 20-15 dans la première manche, l’écart était passé de trois à cinq points à la suite d’une erreur collective d’arbitrage.

Comme « tartiner » sur cette partie au cours de laquelle les Italiens ont montré qu’ils étaient plus qu’armés pour aller loin dans cette compétition ne servirait à rien, je me limiterai à reprendre ici les différentes interviews livrées à l’issue de la rencontre par les deux entraîneurs et les deux capitaines des deux équipes. De la sorte, il est possible de réaliser que les points de vue convergent pour reconnaître la supériorité des Italiens d’une part et pour souligner la maîtrise dont ceux-ci ont fait preuve tout au long de la partie d’autre part.

Andrea Anastasi, head coach of Belgium: “There was not even a match! At this moment, Italy are definitely stronger than us. We were not able to play at their level. The lack of experience on the international stage does not help us. They are a number one team.” 

Gianlorenzo Blengini, Italy head coach: “We played a very good game, not just because of the positive result. Technically, we sorted out the problems we faced at the beginning against their float serve. Whenever Belgium tried to create difficulties for us, we were able to answer properly. We know that every match is a different story, and the next will be different; now, for the last five minutes already, we have been focusing on Argentina.”

Sam Deroo, captain of Belgium: “Today Italy was far better than us; they played really good, especially in the break point phase. I have never seen their defence working like this before. They very much deserved this victory; we can make progress for the rest of the tournament to cause difficulties to some of the other strong teams that we will be playing in the next days.” 

Ivan Zaytsev, captain of Italy: “It was a great game, with great supporters! We were able to play as we planned to do, meaning with high rhythm so that we put them under pressure. We were concentrated and determined, and now we cannot relax, since our thoughts are already on Argentina. We lost our last match with them and therefore we are looking for another revenge.”

Cela étant, demain est un autre jour et c’est donc plutôt vers la rencontre contre la Slovénie que nos compatriotes livreront alors , à partir de 17 heures, qu’il vaut mieux se tourner. La Slovénie est un gros morceau. Les Slovènes ont remporté le premier match qu’ils ont disputé contre la République Dominicaine. A cette occasion, ils ont perdu le premier set avant de se reprendre et de s’imposer de manière plus que nette comme l’indique le score des sets : 25-22, 13-25, 13-25, 17-25 .

Ils jouent ce vendredi une rencontre qui sera très importante pour eux (comme pour nous) puisqu’ils affronteront, à partir de 17 heures, les Japonais. Ceux-ci leur mèneront la vie dure car, après avoir été battus 0-3 par l’Italie (mais en lui résistant bien dans chacun des trois sets) et vaincu les joueurs de la République Dominicaine en trois sets, ils chercheront sans nul doute à faire un pas supplémentaire vers la qualification pour le tour suivant ( les quatre premiers de la poule sont qualifiés) en s’imposant aujourd’hui. Comme les Slovènes tiennent certainement le même raisonnement, il est à penser que ce match coûtera une grande dépense d’énergie à chacune des deux équipes.

Ceci sera tout bénéfice demain pour nos compatriotes qui aborderont donc cette confrontation contre la Slovénie en n’ayant pas encore trop puisé dans  leurs réserves depuis le début de la compétition. Cet atout ne sera pas suffisant pour s’imposer et c’est pourquoi il est à espérer que les joueurs d’Andréa Anastasi retrouvent leur bloc d’une part et que nos libéros se montrent plus performants tant dans le domaine de la réception que de la défense d’autre part. Nos Red Dragons ont démontré dans les matches de préparation qu’ils pouvaient jouer à un autre niveau que ce qu’ils ont produit hier face à l’Italie. C’est bien pourquoi il est permis de penser qu’ils vont nous montrer un tout autre visage demain et qu’ils signeront à tout le moins une belle prestation. Et plus encore si la volonté de vaincre les animera de bout en bout de ce choc à venir.

Absolut Sport Absolut Volley

Les deux coups des Championnats du Monde ont été donnés

C’est ce dimanche qu’a été donné le coup d’envoi de la 19ème édition des Championnats du Monde de volley-ball Messieurs. De fait, je devrais écrire un double coup d’envoi puisque, pour lancer l’épreuve qui durera trois semaines, la Fédération Internationale de Volley-Ball avait programmé deux rencontres qui ont eu lieu dans les deux pays qui sont co-organisateurs de ces Championnats, en Italie et en Bulgarie donc.

A Rome, le match qui opposait l’Italie au Japon s’est déroulé au Foro Italico devant plus de 11.000 spectateurs. Il a vu la victoire de la squadra azzura qui, bien emmenée par son capitaine Zaytsev, a pris la mesure du Japon en trois sets. Durant les deux premiers sets, les Italiens furent toujours à la commande des opérations et, grâce à Zaitsev, Lanza et Juantorena, parvinrent à se détacher sur le final pour s’imposer 25-20/25-21. La troisième manche fut plus disputée et vit le Japon mener au marquoir pendant quelques minutes. Toutefois, à 11-10, les Italiens repassèrent en tête. Les Japonais, parmi lesquels Otake se mit plus d’une fois en évidence, ne lâchaient rien mais ne purent néanmoins pas empêcher l’équipe de Blengini de faire 25-23 et de remporter une victoire qui fut moins tranchante que ce à quoi l’on pouvait s’attendre.

A Varna, l’équipe bulgare a, face à la Finlande, réalisé à peu près le même score que celui de l’Italie face au Japon. Cela signifie que les Bulgares ont signé leur entrée dans la compétition par un succès en trois sets : 25621/25-19/25-22. Ils se sont montrés supérieurs aux Finlandais surtout dans les domaines du service (8 aces contre 3) et au block (8 contre 2).

Ces deux matches étant passés, le véritable envol des Championnats du Monde se produira ce mercredi avec 10 matches au programme dont vous trouverez le détail ci-après. En le consultant, vous verrez que nos Red Dragons joueront à 20h30 contre l’Argentine, ce que vous saviez déjà très certainement. Je ne manquerai pas de revenir demain sur ce premier choc, histoire de vous présenter plus en détail l’équipe argentine qui, sans être un foudre de guerre, constitue néanmoins un adversaire dont nos Red Dragons feront bien de se méfier tant certains de ses joueurs ne manquent pas de grandes qualités. A demain donc.
Poules en compétition

• Poule A à Florence : Italie, Japon, République Dominicaine, Slovenie, Belgique et Argentine.                                                                                                                                     • Poule B à Ruse : France, China, Pays-Bas, Canada, Brésil et Egypte.                                • Poule C à Bari : Cameroun, Tunisie, Australie, Russie, USA et Serbie.
• Poule D à Varna : Bulgarie, Finlande, Iran, Puerto Rico, Cuba et Pologne.

Matches de ce 12 Septembre:
• République Dominicaine v Slovénie à Florence à 17h00
• Belgique v Argentine à Florence à 20h30
• France v Chine à Ruse à 14h00
• Pays – Bas v Canada à Ruse à 17h00
• Brésil v Egypte à Ruse à 20h30
• Australie v Russie à Bari à 17h00
• USA v Serbie à Bari à 20h30
• Cuba v Pologne à Varna à 20h30

• Cameroun v Tunisie à Bari à 14h00

• Iran v Puerto Rico à Varna à 17h

Tableau des médailles

Rang Pays Total
1

Russie (+ URSS)

6 3 3 12
2

Brésil

3 2 0 5
3

Italie

3 1 0 4
4

Tchécoslovaquie

2 4 0 6
5

Pologne

2 1 0 3
6

États-Unis

1 0 1 2
7

Allemagne de l’Est

1 0 0 1
8

Roumanie

0 2 2 4

Cuba

10

Bulgarie

0 1 4 5
11

Serbie

0 1 1 2
12

Pays-Bas

0 1 0 1
13

Japon

0 0 2 2
14

Argentine

0 0 1 1

France

Allemagne

 

Absolut Sport Absolut Volley