Un cours Initiateur new look en Fédération Wallonie Bruxelles

La nouvelle vient de tomber sur les téléscripteurs.

La Cellule de formation des Entraîneurs de Volley-Ball (la CFEVB) de la Fédération de Volley-Ball Wallonie Bruxelles a mis sur pied un programme de formation du niveau Moniteur sportif Initiateur qui sera « ramassé » sur une période de temps beaucoup plus courte que ce qui se faisait auparavant.

En collaboration avec l’entité de Bruxelles-Capitale, le noyau central de cette formation se donnera à Ixelles les 31 octobre/1/2 et 3 novembre.

Vous trouverez tous les renseignements utiles en cliquant sur le lien qui suit.

Qu’on se le dise 😉 .

fvwb_2019_formation_initiateur_session_2

Absolut Ixelles Absolut Sport Absolut Volley

Pour une Place Audrey Hepburn à Ixelles

C’est demain 1er mai que s’ouvrira en l’espace Vanderborght à Bruxelles une exposition que le fils d’Audrey Hepburn dédiera à sa mère et à ses premières années passées dans notre ville. Voilà une bien heureuse initiative même si, de fait, Audrey Hepburn n’est pas née à Bruxelles mais bien à Ixelles, rue Keyenveld 48, le 4 mai 1929 très précisément. Elle aurait donc 90 ans aujourd’hui.

Si je ne manque pas de me réjouir qu’une exposition soit ainsi, à Bruxelles, dédiée à cette actrice qui obtint en 1953 un Oscar pour son interprétation dans le film « Vacances romaines », je regrette toujours que la Commune d’Ixelles n’ait pas fait plus jusqu’à présent pour mettre en exergue cette tranche de vie passée par cette icône du cinéma sur son territoire, un fait qui, dans bon nombre d’autres pays, aurait été souligné de manière autrement plus remarquable à coup sûr.

Au début de ce millénaire, j’avais bien tenté de faire en sorte que la rue Keyenveld soit dénommée rue Audrey Hepburn. En vain, je m’étais heurté à l’époque à l’étroitesse d’esprit de personnes qui ne voyaient pas l’intérêt d’une telle opération et pour qui une simple plaque commémorative apposée sur la maison précitée suffisait amplement…..

Il y a un peu moins de deux ans, il fut question de la pose d’une statue à l’effigie d’Audrey Hepburn sur le petit square situé au coin de la rue Keyenveld et de la rue de l’Arbre Bénit mais, depuis lors, ce projet n’a pas encore vu le jour. Ce sera peut-être le cas quand tous les travaux d’aménagement de l’ancien site Solvay seront terminés.

Cela étant, je persiste à penser que, comme il n’est jamais trop tard pour bien faire, la Commune d’Ixelles serait vachement bien inspirée si elle dénommait la Place Ste-Croix pour en faire la Place Audrey Hepburn. Ainsi installée entre le paquebot Flagey, l’Eglise Ste Croix et le premier des étangs Flagey qui longe l’Avenue Alphonse de Witte, Audrey Hepburn aurait là une place digne de son aura planétaire. Une place qui, à l’évidence, aurait ainsi, au propre comme au figuré, une sacrée belle gueule….

http://www.vivreici.be/article/detail_le-fils-d-audrey-hepburn-expose-la-vie-de-sa-mere-a-bruxelles?id=281804&fbclid=IwAR0atpvfgHWyYf1ZkrwfcK252hOFQPASyXWwy79gbNKp6fGIewHHX4DIahY

Absolut Friends Absolut Ixelles Absolut Politique Absolut unique

Chapeau à Ecolo et au PTB, à Ixelles comme ailleurs

 

La presse, qui n’a pas toujours bonne mémoire, présente le renversement du MR à Ixelles par Ecolo comme un fait historique. Rien n’est plus inexact même s’il est vrai que c’est la première fois dans l’histoire de la Commune que la force politique libérale qui, ici, se présentait sous les couleurs de la Liste de la Bourgmestre se trouve, au soir d’une élection,  détrônée de la première place au classement final par une autre formation politique.

De fait, les libéraux ont toujours été au pouvoir à Ixelles jusqu’en 2000. Ils y étaient d’ailleurs solidement installés puisque, depuis la constitution de l’Etat belge jusqu’à cette élection, ils avaient toujours disposé de la majorité absolue. Ils ratèrent complètement leur passage dans le 21ème siècle puisque c’est alors qu’ils perdirent tout à la fois leur majorité absolue et le mayorat qui était détenu par Yves de Jonghe d’Ardoye.

En 2000, le grand vainqueur de cette élection avait été, déjà, la liste Ecolo qui s’était ouverte à des candidat(e)s progressistes et qui, par rapport aux élections précédentes de 1994, avait réussi à progresser de 8 sièges, disposant ainsi de 13 sièges sur les 41 (ou 0,316%) en place à l’époque, et à attirer à elle 29,2% de l’électorat ixellois, soit 16,3% de plus. La mise sur pied de la majorité fut laborieuse car le PS, qui avait pris accord avant les élections avec le Bourgmestre sortant pour faire à nouveau alliance après celles-ci, prit du temps pour se sortir de ses engagements et pour répondre aux injonctions données par le Boulevard de l’Empereur de planter les racines d’un olivier à Ixelles. Toutefois, le PS ne perdit rien en jouant ainsi la montre car, profitant de la faiblesse des négociateurs d’Ecolo qui ne savaient pas encore ce que rapport de force pouvait signifier, il engrangea le poste de Bourgmestre et se fit du CdH, qui parvint à faire de ses deux conseillers élus deux échevins, un allié très précieux pour empêcher Ecolo de s’affirmer pleinement comme groupe majoritaire de la majorité.

Aujourd’hui, la donne a changé. Considérablement d’ailleurs, et ce, par un phénomène de balancier assez simple à saisir . D’une part, la Liste de la Bourgmestre a perdu, en même temps que plusieurs de ses gros faiseurs de voix du passé (de Clippele déjà en 2012, Destexhe, Bourgeois, De Cloedt et, dans une moindre mesure, Breydel et Kanko en 2018) pas mal de sa représentativité (25,55% contre 29,09 en 2012) et ne disposera désormais plus que de 12 sièges (contre 15 en 2012) sur les 43 au Conseil communal. De son côté, Ecolo, qui a fait une belle et forte campagne en proposant à la population d’apporter à la Commune plus qu’un coup de peinture sur la façade de celle-ci, a marqué de nombreux points puisqu’il a amélioré son pourcentage de représentation de 23,52% à 33,05% et son nombre de sièges de 11 à 16 (ou 0,372 %).

Ainsi donc, si Ecolo se retrouve, en termes de poids politique relatif (0,372% du Conseil communal contre 0,316 %), dans la même situation aujourd’hui qu’en 2000, il a, par contre, acquis une autre position sur l’échiquier ixellois du fait que la composante libérale a, depuis 2000, subi un nette érosion et que le Parti Socialiste est tout content d’avoir pu contenir la forte poussée du PTB et de se maintenir cette fois au niveau qui était le sien en 2012. Devenu donc pour la première fois de son histoire à Ixelles la première force politique de la Commune au soir d’une élection, Ecolo avait les coudées plus franches que jamais pour donner corps au projet porté par Christos Doulkeridis qui, tout au long de la campagne, n’avait jamais fait mystère de vouloir devenir Bourgmestre de la Commune et de vouloir instaurer une majorité progressiste.

Comme on le sait, les choses n’ont pas tardé. Durant la nuit de dimanche à lundi, accord a été passé entre Ecolo et le PS, un PS très différent de celui qu’il était au soir des élections de 2012, pour faire alliance durant les six prochaines années. Celles et ceux qui réclament des partis politiques le respect des indications données par les électrices et les électeurs n’auront pas manqué ou ne manqueront pas d’être satisfaits de cette issue.

Pour reprendre une formule utilisée par ailleurs, Ixelles a ainsi basculé dans le vert. Ou, plutôt, a retrouvé la couleur de son blason. Nul doute que, cette fois, Ecolo ne se laissera pas chiper la conduite des opérations comme, par faute de naïveté de la part de certaines personnes, il n’avait pu le faire de manière marquante entre 2000 et 2006.

Il reste à présent à Christos Doulkeridis et à son prochain Collège de transformer l’essai. Puisse l’équipe Doulkeridis-Dialo fonctionner harmonieusement et réussir dans son entreprise car les tenant(e)s de la démocratie participative et active attendent beaucoup d’elle.

Jean-Pierre Brouhon

Absolut Friends Absolut Ixelles Absolut Politique

A quand, à l’échelon local, une véritable démocratie participative ?

Folon 1

Ce mardi 6 mars,  s’est tenue dans l’amphithéâtre de l’école d’Architecture de la Cambre situé Place Flagey une séance mise sur pied par les Autorités communales pour rencontrer partie de la population ixelloise. L’amphithéâtre était plein quand la Bourgmestre, entourée des membres du Collège, du Président du CPAS et de différents responsables du corps de Police, ouvrit les débats. Ou plutôt les tiroirs par lesquels une vingtaine des personnes, parmi beaucoup d’autres, eurent l’occasion d’épancher leurs griefs et, pour quelques-unes, de faire l’une ou l’autre proposition. Les récriminations tournèrent pour la plupart autour de la malpropreté, du bruit diurne et nocturne, de la mobilité, de la trop grande place du secteur horeca,  de la lenteur et du manque de coordination dans la réalisation des grands travaux en cours.

Pendant plus de deux heures, ce fut ainsi un long chapelet de doléances auxquelles les Autorités qui entouraient Dominique Dufourny s’attachèrent à apporter une réponse qui se voulait aussi convaincante que possible. Dans le cadre de ces échanges, qui restèrent toujours dans les limites de la courtoisie bien comprise, il fut rapidement permis de se rendre compte que l’on allait assister là à une séance sans grand relief. Une rencontre qui ne serait pas grand chose d’ autre qu’une longue litanie de plaintes, qui ne reposaient parfois que sur des insatisfactions de ne pas trouver dans la Ville le calme qui existe à la campagne, et qu’une série de réponses faites pour repousser sur le dos de la Région tout ce qui était injustifiable et pour chercher à se mettre en évidence, dans le chef de deux membres du Collège surtout, au travers de considérations visant à noyer le poisson et à faire annonce de ce que le ou les sujets épinglés étaient précisément à l’étude ou allaient faire l’objet de réalisations prochaines. Ceci dit parfois sans réaliser que l’actuel Collège est au pouvoir depuis plus de onze ans déjà ….

Pour ma part, je retiendrai de cette soirée quatre choses. La première est la pertinence de l’analyse faite en fin de réunion par Dominique Janne des réponses apportées jusqu’alors par certain(e)s des membres du Collège et de ce qu’elles contenaient comme message principal. Celui qui est sans aucun doute le plus grand propriétaire de biens implantés autour ou dans les environs de la Place Flagey fit ressortir avec justesse que plusieurs des mesures envisagées étaient marquées de cet état d’esprit plombant qui incite plus à la défiance et à la méfiance qu’à la confiance. Même si cela fut dit sur un ton qui se voulait, et qui était, très tranchant, il est un fait que, comme lui, l’assistance ne manqua pas, pour une partie du moins, de marquer à l’une ou l’autre occasion sa réserve, sinon sa réticence, quand les édiles annonçaient, grands sourires aux lèvres, que la Commune allait se faire plus Big Brother que jamais et donc plus « surveillante » sous la forme de pose de nombreuses caméras en différents de ses quartiers.

Le deuxième point dont je voudrais faire état, et qui est de regret celui-ci, est le fait que l’on n’a pas eu droit à un exposé du genre de celui que tient habituellement Claude Zylmans sur sa page facebook à propos de la nature et de la destination de la Place Flagey. Je sais que Claude aurait bien voulu avoir accès au micro pour développer son point de vue mais il ne fut pas retenu parmi celles et ceux qui eurent la chance de pouvoir s’exprimer. Dommage.

Cette chance, je l’ai eue et il m’a été ainsi donné l’occasion de demander aux membres du Collège s’ils étaient prêts à entrer dans une nouvelle « ère » de relation citoyenne avec celles et ceux qui se proposeraient de s’impliquer dans une dynamique de gestion participative d’un espace comme celui de la Place Flagey. De fait, je n’ai pas obtenu de réponse au prétexte, compréhensible j’en conviens, que la réunion portait sur des faits, ou méfaits, du présent alors que mon intervention s’inscrivait dans la perspective d’une autre façon de donner corps et vie au concept de démocratie locale. Il ne faudra donc plus attendre longtemps pour remettre cette problématique sur le tapis.

Le quatrième point que je relève de cette soirée est que pareille réunion est, quand bien même est-elle bien organisée comme ce fut le cas ce mardi, de nature à créer plus de sentiments de frustration que de satisfaction parmi toutes celles et tous ceux qui étaient présent(e)s dans la salle. Tant il y a eu beaucoup de questions qui ne purent être posées et tant beaucoup de réponses n’étaient que de jolies esquives. Comme l’objectif de celles et de ceux qui sont aux manettes de la Commune n’est certainement pas celui-là, il est à penser qu’elles et ils chercheront à trouver meilleure manière d’ établir cette liaison qui fait tant défaut aujourd’hui, à Ixelles comme partout ailleurs dans les pays démocratiques, entre celles et ceux qui ont été élu(e)s et celles et ceux qui se considèrent comme étant de fait devenu(e)s leurs sujets….thGJPJRFYW

 

 

 

Absolut Ixelles Absolut Politique Absolut unique

Un dialogue s’est instauré : arrivée en vue de nouveaux policiers à Bruxelles

En ouvrant et lisant partie du journal « Le Soir » de ce  jour, on y apprend d’heureuses nouvelles. Tout d’abord que le débat qui a eu lieu hier en Commission Intérieur de la Chambre s’est tenu dans un climat serein et qu’il a permis de « faire le ménage » dans pas mal de déclarations qui avaient été faites à l’emporte-pièce à la suite des actes de  violence qui ont eu lieu à Bruxelles au cours de cette dernière quinzaine.

Le Ministre de l’Intérieur a, il est bon de le souligner, contribué pour beaucoup dans l’établissement de ce climat dans la mesure où, contrairement à ses mauvaises habitudes, il n’a pas cru bon de tenir des propos à caractère populiste pour aborder cette problématique importante qu’est celle de la mise à disposition des communes de toutes les Régions, et de Bruxelles en particulier en fonction du nombre de manifestations qui s’y déroulent, de moyens correspondant au volume et à la nature des opérations à mener pour assurer la sécurité de toutes et de tous dans le pays et dans sa capitale.

De ce fait, les esprits sont calmés. Ainsi, sans passer par la case « fake news » et « accusations de bas étage », il semble que l’on va pouvoir s’occuper de ce qui importe dans l’immédiat, à savoir doter nos forces de sécurité de moyens et d’agents supplémentaires d’une part et améliorer aussi bien la formation de ceux-ci que le fonctionnement des zones de police d’autre part.

Tout ne sera pas réglé pour autant car bien des problèmes restent pendants ou, si l’on veut, bien des questions restent ouvertes comme, pour n’en évoquer que deux, celle de la fusion ou de la concentration des zones de police en Région de Bruxelles-Capitale comme dans le reste du pays ou comme celle du financement des zones de police, et de celle de la zone Bruxelles-Capitale-Ixelles en particulier.

Il n’empêche. Le monde politique se parle à nouveau à haute et intelligible voix. C’est le meilleur exemple de raison et de discipline démocratique qui puisse être donné à tous ceux qui, confondant de manière inadmissible expression de colère et de ressentiments avec actes d’agression et détérioration de bâtiments, ont provoqué ces derniers temps tous ces troubles et ces émois, à Anvers d’abord et à Bruxelles ensuite.

Saluons le fait comme il le mérite, un dialogue s’est instauré. Affaire à suivre.

Emeutes: Jambon et Close préparent l’arrivée de nouveaux policiers à Bruxelles

Mis en ligne le 23/11/2017 à 11:28
Le ministre de l’Intérieur a rencontré le bourgmestre de Bruxelles après la polémique autour du rapport de l’Inspection générale sur les émeutes.

Ce jeudi matin, le ministre de l’Intérieur Jan Jambon (N-VA) et le bourgmestre de Bruxelles Philippe Close (PS) ont décidé de mettre en place un groupe de travail afin de s’assurer d’une amélioration de l’efficacité des ressources policières en vue de l’arrivée de nouveaux agents. Le ministre veut davantage utiliser les agents de quartier et les nouvelles technologies pour faire remonter les informations.

La rencontre se tenait après la polémique autour du rapport de l’Inspection générale sur les émeutes. Le bourgmestre socialiste a suggéré des « solutions innovantes » pour engager plus rapidement des nouveaux agents. Jan Jambon a tempéré, voulant s’assurer de la bonne formation de ceux-ci. Philippe Close fera en sorte d’avoir suffisamment d’agents en vue de la Coupe du monde qui se tiendra en juin, a-t-il fait savoir.

via Emeutes: Jambon et Close préparent l’arrivée de nouveaux policiers à Bruxelles – Le Soir

Absolut Ixelles Absolut Politique