Les Yellow Tigers progressent et les Red Dragons régressent dans la nouvelle hiérarchie FIVB…

Avec le changement d’année au calendrier du temps, la Fédération Internationale de Volley-Ball (FIVB) a publié le ranking 2020 des équipes nationales établi en tenant compte des résultats obtenus par celles-ci dans les principales compétitions organisées sous son égide durant les deux dernières années.

Ce classement rend-il bien compte de la valeur réelle de toutes les équipes de la sorte répertoriées ?

Non assurément dans la mesure même où tous les résultats obtenus par toutes ces équipes nationales dans plusieurs des compétitions à caractère international ne sont pas pris en considération tandis que le classement ainsi fait privilégie les grandes équipes qui ont l’avantage de participer à toutes les épreuves entrant en ligne de compte pour l’établissement de ce classement.

De fait, chacun s’accordait à dire que ces classements, tels qu’ils étaient établis année après année sans aucune pondération, ne rimaient à rien tant ils étaient peu représentatifs de la réelle valeur des résultats obtenus par les différentes équipes.

C’est pourquoi la FIVB a très bien fait de se pencher sur cette problématique et de proposer un nouveau système d’attribution de points qui, articulé sur le niveau d’importance des épreuves retenues (plus nombreuses que par le passé) et sur la signification sportive de chacun des matches disputés (une victoire remportée contre une équipe mieux classée rapporte plus de points qu’une victoire obtenue contre un adversaire moins bien classé et inversement), devrait entrer en vigueur à partir du 1er février de cette année.

Ce nouveau classement sera-t-il un parfait reflet de la valeur sportive de chacune des équipes qui figureront dans ce classement qui comprendra tous les résultats obtenus par chaque équipe dès lors que ceux-ci font partie d’une compétition à caractère international reconnue par la FIVB et regroupant pour le moins quatre équipes nationales ? Sans doute que non car les équipes nationales qui disputent de nombreux matches officiels dans des grands tournois internationaux en plus de ceux joués dans les épreuves de grand renom auront plus de possibilités d’améliorer leur classement.

Cette réserve n’étant toutefois que de minime importance par rapport aux gros défauts des classements précédents, il convient de saluer cette adaptation de l’établissement des classements dans la mesure même où ceux-ci pourront servir d’outil précieux quand il s’agira de répartir les équipes dans les poules des grandes compétitions comme les Tournois olympiques ou les championnats du monde pour ne citer que les deux plus grandes épreuves du calendrier de la FIVB.

Et, en substance, que disent ces classements pour nos deux équipes représentatives, les Yellow Tigers et les Red Dragons ?

Dans le classement ancienne formule, les joueuses drivées par Gert Vande Broek et Kris Vansnick occupent la 19ème place avec 42 points tandis que, dans le classement établi sur la base des critères retenus par la Commission Technique de la FIVB, elles figurent au 14 ème rang mondial avec 207 points.

Pour ce qui concerne nos Red Dragons, les classements sont les suivants : 13 èmes avec 80 points dans le cadre de l’ancien système et 19èmes avec 164 points dans le nouveau à venir à partir du 1er février prochain.

Comme il est permis de le constater, les changements opérés dans la confection des classements ne manquent pas d’avoir des répercussions qui, à la manière de Jean qui pleure et Jean qui rit, raviront certain(e)s et feront grimacer d’autres….

Absolut Live Absolut Politique Absolut Sport Absolut Volley

Sam DEROO dans la Commission des Athlètes de la FIVB ?

Histoire de commencer l’année 2021 sur une note agréable, je vous rapporte ici une information publiée il y a deux/trois jours à peine sur le site de la Fédération Internationale de Volley-Ball (FIVB). Elle a trait à la Commission des Athlètes de ladite FIVB et à la composition qui en résultera après l’élection qui aura lieu durant les deux dernières semaines de ce mois de janvier.

Pour bien appréhender le sujet, il faut savoir que la Commission des Athlètes comprend dix athlètes, cinq de sexe féminin et cinq de sexe masculin, qui doivent être originaires à tout le moins de 9 pays différents. Ces athlètes doivent avoir représenté leur pays dans l’une ou l’autre des grandes compétitions mises sur pied par la FIVB, et ce, dans le domaine du volley-ball pour moitié d’entre les candidat(e)s ou dans celui du beachvolley pour l’autre moitié.

Cela étant, il faut savoir que les candidat(e)s, dont vous trouverez les noms en bas de l’article, sont au nombre de 16 qui se répartissent en 11 femmes et 5 hommes.

Cela signifie que les 5 hommes qui ont, via leur fédération nationale, posé leur candidature sont d’ores et déjà assurés de faire partie de la Commission des Athlètes qui, durant les quatre prochaines années, seront appelé(e)s à formuler des propositions ou à donner leur avis sur des points qui leur seront soumis par le Conseil d’Administration de la FIVB.

Et c’est là qu’est l’heureuse nouvelle. En effet, il faut savoir que Sam Deroo, le capitaine de nos Red Dragons, a fait acte de candidature et qu’il peut donc être considéré comme faisant déjà virtuellement partie du groupe des 10 Athlètes qui représenteront le monde des joueuses et des joueurs au plus haut niveau des instances de la FIVB.

Bravo à lui même s’il faudra attendre la confirmation de cette très heureuse nouvelle qui sera faite à la fin de ce mois ou au début du mois de février pour lui adresser nos plus chaleureuses félicitations.

Vive l’année 2021.

________________________________

Louise Bawden (AUS) – beach volleyball

Joshua Binstock (CAN) – beach volleyball

Julius Brink (GER) – beach volleyball

Milagros Cabral de la Cruz (DOM) – volleyball

Neslihan Demir Güler (TUR) – volleyball

Sam Deroo (BEL) – volleyball

Małgorzata Glinka-Mogentale (POL) – volleyball

Jordan Larson (USA) – volleyball

Meppelink Madelein (NED) – beach volleyball

Ognjenovic Maja (SRB) – volleyball

Samuele Papi (ITA) – volleyball

Polina Rahimova  (AZE) – volleyball

Marketa Slukova (CZE) – beach volleyball

Delcio Soares (MOZ) – beach volleyball

Anouk Vergé-Depré (SUI) – beach volleyball

Chen Xue (CHN) – beach volleyball

Absolut Politique Absolut Sport Absolut Volley

Remarquable 2ème place de nos U20 dans le nouveau ranking européen

La Confédération Européenne de Volley-Ball (CEV) vient de mettre à jour les classements des différentes équipes nationales qui ont opéré dans le cadre de ses propres organisations au cours de ces deux dernières années. Le moins que l’on puisse dire est que ces classements sont particulièrement flatteurs pour nos équipes représentatives, et ce, plus encore dans la catégorie Messieurs que dans celle des Dames.

Ainsi, chez les adultes, nos Red Dragons occupent, avec 229 points, la troisième place du ranking européen derrière la Serbie et la Russie. Il y a cependant lieu d’attirer l’attention de tout un chacun sur le fait que, dans ce décompte, ont été totalisés les 13 points que Sam Deroo et ses équipiers ont enlevés à l’occasion de leur participation à l’European Gold League alors que des pays comme la Pologne, l’Italie, la France et la Slovénie n’ont pu engranger le moindre point du fait de leur participation à la FIVB Volley Nations League. Cela signifie que, si l’on retire ces 13 points, l’équipe belge se classe en 7ème position derrière les six pays déjà cités, ce qui constitue déjà en soi un superbe résultat.

Quant à nos Yellow Tigers, elles figurent pour leur part au douzième rang du classement publié mais, si l’on retranche les points des équipes qui, à l’inverse de la nôtre, ont participé à l’European Gold League, elles se retrouvent dès lors, avec 188 points, à la dixième place derrière la Serbie, la Turquie, l’Italie, les Pays-Bas, la Russie, l’Azerbaïdjan, l’Allemagne, la Bulgarie et la Pologne.

Si l’on a déjà là de quoi réaliser que notre volley-ball belge ne se porte pas trop mal au plan européen, que dire alors des classements obtenus par nos Young Red Dragons ?

Dans la catégorie U20, ils terminent ni plus ni moins derrière l’ogre russe (200 points/200), c’est-à-dire à la deuxième place avec 192 points mais devant, dans l’ordre, l’Italie (186), les Pays-Bas (184). Ce classement tout à fait époustouflant est la résultante de la troisième place que nos U20 avaient obtenue aux Championnats d’Europe disputés l’an dernier aux Pays-Bas et la troisième place enlevée de haute lutte en Tchéquie par la nouvelle équipe U20 qui est formée de nos étoiles de demain et au sein de laquelle on retrouve les étendards liégeois Fafchamps et Perin.

Dans la catégorie U18, le classement des Young Red Dragons est également remarquable puisque nos boys se retrouvent là, avec 178 points, en 5ème position, ex-aequo avec la Biélorussie, dans un classement conduit par l’Italie et la Tchéquie (tous deux avec 196 points), l’Allemagne (192) et la Bulgarie (184).

Du côté des Young Yellow Tigers, les classements sont quelque peu en retrait par rapport à ceux des Young Red Dragons. Ainsi, les U19 occupent la 24ème place et les U17 la 15ème de ces mêmes classements de la CEV. De fait, ils ne sont que le juste reflet de la lente régression du niveau de nos représentantes au plan international et, surtout, du manque de gros calibres au sein de nos sélections.

Ce n’est pas la première fois que pareil constat est fait en ces colonnes et, s’il n’est encore rien fait de magistral par nos diverses fédérations pour aller à la recherche de ces oiseaux rares sans lesquels il n’est plus envisageable de réaliser de grands résultats au plan continental, on ne peut que se réjouir de savoir que, très opportunément, certaines de nos instances pu obtenir de la FIVB le soin d’organiser l’an prochain, conjointement avec les Pays-Bas, partie des championnats du monde des U20. Voilà qui constitue assurément un signal bien encourageant pour la juste cause de celles qui constituent la majorité des membres pratiquants de notre sport dans le pays.

L’affiche 2019 de la FIVB Volley Nations League (VNL)

Absolut Politique Absolut Sport Absolut Volley

Les Belges à l’étranger et de retour au pays

Dans l’excellente revue « Volley Magazine » que dirige Marcel Coppens pour compte de Volley Vlaanderen, Willem Bekebrede signe un article qui fait le point sur les mouvements opérés par les joueuses et des joueurs belges entre notre pays et l’étranger pendant cette dernière entre-saison. Comme il vous sera permis de le constater, le produit  « volley made in Belgium » connaît un beau succès. L’article parle également des entraîneurs mais nous ne pouvons que vous inviter à le consulter dans son entièreté pour avoir accès à cette information complémentaire.

_________________________________________________________________

Nombre

Au total, 29 Belges joueront à l’étranger la saison prochaine, 12 hommes et 17 femmes.

Par rapport à l’année dernière, le nombre de joueurs jouant au-delà de nos frontières a diminué de 8 unités. Il convient cependant de savoir que, ce relevé ayant été fait à la date du 23 septembre, le nombre de nos compatriotes qui évolueront durant cette nouvelle saison à l’étranger est passible d’évoluer encore un peu..

Par exemple: Dominika Strumilo ou Charlotte Leys. Elles ont joué à l’étranger la saison dernière mais n’avaient pas encore de nouveau club à cette date du 23 septembre.

Il convient également de savoir que ne sont pas repris(es) ici les Belges qui, avec le statut d’amateur, joue(ro)nt juste de l’autre côté de la frontière, c’est-à-dire en France, au Luxembourg ou en Allemagne dans des divisions inférieures à l’équivalent de notre Ligue B.

Carrousel des transferts

Le carrousel annuel des joueuses/joueurs a démarré assez tôt au printemps dernier, bien que la période des transferts internationaux en volley-ball se déroule du 15/08 au 15/10.

Des négociations sur les transferts de Belges à l’étranger ont également été engagées et achevées au début de l’année en raison de l’arrêt des compétitions dans quasi tous les pays.

Certain(e)s joueurs/joueuses avaient encore un contrat en cours, mais beaucoup d’entre eux/elles avaient leur contrat expiré.

L’inscription ou la recherche d’un autre club (étranger) via le concours d’un agent de joueuses/joueurs en est le résultat.

Quel est le tableau pour nos Belges

Chez les hommes:

– 8 joueurs resteront chez leur employeur étranger actuel et 3 changeront de club.

– 7 rentreront en Belgique et 1 joueur ira à l’étranger pour la première fois.

Pour ce qui concerne les femmes:

– 7 joueuses restent fidèles à leur club actuel et pas moins de 9 vont dans un autre club.

– 1 retournera en Belgique et 1 jouera à l’étranger pour la première fois.

– 2 doivent encore trouver « employeur ».

Hommes

Il est à remarquer que cinq de nos « Red Dragons »  partis à l’étranger reviendront à la compétition en Belgique.

Mieux encore, quatre de ces internationaux sont même retournés dans leur «vieux nid»

Pieter Verhees (8 saisons à l’étranger) à Maaseik,

Stijn D’Hulst (2 ans Civitanova et 1 an Düren) à Roulers,

Jolan Cox (1 an à l’étranger à Nice) à Maaseik,

Lowie Stuer (1 an à l’étranger à Arago de Sète) à Menin.

Le cinquième Dragon Rouge,  François Lecat (5 ans à l’étranger), a , quant à lui, choisi Alost.

Sam Deroo avait encore un contrat avec le Dinamo Moscou. Ayant terminé quatrième du championnat russe arrêté, le Dinamo ne s’est pas qualifié pour la Ligue des champions 2021. Toutefois, comme Maaseik, il a été invité à disputer le tour préliminaire de cette épreuve. L’équipe de Sam a été renforcée par l’opposite bulgare Tsvetan Sokolov, venu du Zenit Kazan.

Tomas Rousseaux change de club en Pologne et passe de Resovia Rzeszow à Slepsk Suwalky, où Kevin Klinkenberg a prolongé son contrat. Igor Grobelny reste également fidèle à son club de Varsovie, où l’ancien entraîneur national Andrea Anastasi reste en charge.

Bram Van den Dries avait débuté la saison dernière chez KB Insurance Greaters en Corée du Sud, mais avait quitté ce club à mi-parcours ; il avait alors joué en Grèce chez Paok Salonique, où il a prolongé son contrat.

Arno Van de Velde a dû quitter Sète, tout comme une grande partie de sa sélection (9 joueurs). Van de Velde a été engagé à Friedrichshafen et jouera donc dans la Bundesliga allemande, tout comme Matthias Valkiers , qui restera à Francfort.

Le club français de Nice (avec Jelle Ribbens et Jolan Cox ) avait été relégué de la Liga A, mais a été réintégré suite à la disqualification de Rennes. Ribbens restera à Nice et jouera donc à nouveau dans la plus haute classe française. Il en sera de même pour Marin Dukic (avec un passeport belge) qui arrive ainsi à Nice en provenance de Saint-Quentin ( Ligue française B).

Deux autres Belges avaient joué en Ligue Élite Française l’année dernière. Jop Vercruysse continuera de jouer pour Halluin, tandis que Pieter-Jan Bormans (Amiens) est de retour en Belgique et jouera en Liga B pour Anvers.

Antoine Cornil , qui jouait la saison passée dans l’équipe « jeunesse » de Roulers, évoluera pour la première fois dans cette même Ligue Elite Française, à Amiens.

Gil Hofmans revient de Suisse (Genève) et s’est à nouveau affilié à Axis Guibertin en Liga B.

Femmes

La plupart des nos Yellow Tigers joueront la saison prochaine au plus haut niveau de la compétition italienne, la «Lega Pallavolo Serie A» . Avec une augmentation de deux unités, leur nombre est passé à six.

Le deuxième pays où nos internationales exerceront le plus leur talent est la France (trois dans le championnat le plus élevé), suivie de la Roumanie avec deux joueuses.

En Italie, deux Yellow Tigers sont restées fidèles à leur club: Kaja Grobelna avec Chieri et Laura Heyrman avec Monza, où Lise Van Hecke (de Cuneo) a également obtenu un contrat.

Britt Herbots passera de Busto Arsizio à Novara (vainqueur de la Ligue des championnes 2019).

Dominika Strumilo a également joué en Italie l’année dernière, mais en A2 à Teodora Ravenna. Elle cherche toujours un autre club.

Céline Van Gestel vient d’Allemagne (Stuttgart) et évoluera désormais à Florence.

Freya Aelbrecht a quitté la Turquie (THY IstanbuL) pour rejoindre Pérouse.

Nathalie Lemmens a quitté la Bundesliga (Wiesbaden) et a choisi Paris St-Cloud.

Karolina Goliat restera avec son club français actuel Marcq-en-Baroeul, où Aziliz Divoux (Aix-la-Chapelle) jouera également.

Ilka Van de Vyver reste fidèle à la Roumanie (CSM Targoviste) où elle a été rejointe par Dominika Sobolska , qui était passée de Turquie (Aydin BBSK) à Filottrano en Italie à mi-parcours de la saison dernière. 

Jodie Guilliams restera avec Vilsbiburg en Bundesliga allemande. Laurine Vinkesteijn reste en Allemagne, mais jouera dans la série deux de la  Bundesliga avec le Bayer Leverkusen.

Charlotte Leys a quitté la formation polonaise Budowlani Lódz à la moitié de la saison dernière. Elle est de retour en Belgique, mais on ne sait toujours pas où elle va jouer.

L’ex-internationale Hélène Rousseaux a trouvé un employeur pour la saison à venir en Corée du Sud, ce qui n’est vraiment pas à côté de la porte. Elle quittera ainsi le club turc Nilüfer Bursa et portera le maillot du club coréen bien connu de Hyundai Hillstate.

Tara Daerden quitte Madrid (avait débuté à Palmas Gran Canaria en début de saison) et va rejouer en Suède avec Gislaved VBK, où elle a également disputé la saison 18/19.

En seconde Ligue française, Cécile de Wilde a prolongé son contrat avec le club de Nîmes VB. De son côté, Julie Hanon a également franchi le pas pour aller jouer à l’étranger et jouera désormais également dans cette Elite League , passant ainsi de Modal Charleroi au Stade Laurentin.

Enfin, une autre des actrices belges évoluant à l’étranger, Els Vandesteene (après huit ans à l’étranger: Hambourg 1 an, Nantes 5 ans et Paris St-Cloud 2 ans), reviendra au pays. Elle déménagera ainsi de Paris St-Cloud à Gand.

Hommes2019/202020/21
Sam DerooDinamo MoscouRusDinamo MoscouRus
Igor GrobelnyVerva Varsovie Orlen PaliwaPolVerva Varsovie Orlen PaliwaPol
Tomas RousseauxAsseco Resovia RzeszowPolMKS Slepsk Malow SuwalkiPol
Kévin KlinkenbergMKS Slepsk Malow SuwalkiPolMKS Slepsk Malow SuwalkiPol
Bram Van Den DriesAssurance Greaters (Kor)> PAOK GrePAOK SaloniqueGre
Matthias ValkiersUnited Volleys Francfort GerUnited Volleys Francfort Ger
Arno Van De VeldeArago de SèteFraVfB FriedrichshafenGer
Jelle Ribbens Nice VBFraNice VBFra
Marin DukicSt-Quentin (Ligue B)FraNice VB Fra
Jop VercruysseVC Michelet Halluin (Ligue élite)FraVC Michelet Halluin (Ligue élite)Fra
Antoine CornilKnack Roulers U21BelAmiens Métropole VB (Elite Liga)Fra
Nicolas NijsVBC (LNB)SuiVBC (LNB)Sui
Pieter VerheesAluron Virtu Warta ZawierciePolGreenyard Maaseik
Jolan CoxNice VBFraGreenyard Maaseik
Stijn D’HulstCucine Lube CivitanovaItaKnack Roulers
Thomas StuerArago de SèteFraDecospan Menin
François LecatPeimar Calci (A2)ItaLindemans Alost
Gil HofmansChênois Genève VB (LNA)ZwiAxe Guibertin (Ligue B)
Pieter-Jan BormansAmiens Métropole VB (Elite Liga)FraInterfreight Anvers (Liga B)
Femmes2019/202020/21
Britt HerbotsUnet E-Work Busto ArsizioItaIgor Gorgonzola NovaraIta
Kaja GrobelnaReale Mutua Fenera ChieriItaReale Mutua Fenera ChieriIta
Lise Van HeckeBosca Spumanti CuneoItaSaugelle MonzaIta
Laura HeyrmanSaugella MonzaItaSaugelle MonzaIta
Céline Van GestelAllianz MTV StuttgartGerIl Bisonte FirenzeIta
Freya AelbrechtTürk Hava Yolları SK (THY) IstanbulTurBartoccini Fortinfissi PérouseIta
Ilka Van De VyverCSM TargovisteROMCSM TargovisteROM
Dominika SobolskaAydin BBSK (Tur)> Lardini FilottranoItaCSM TargovisteROM
Hélène RousseauxNilüfer Belediyesi BursaTurHyundai Hillstate SuwonCor
Nathalie LemmensVC WiesbadenGerParis St-Cloud Fra
Karolina GoliathMarcq-en-Baroeul Lille MétropoleFraMarcq-en-Baroeul Fra
Aziliz DivouxMesdames en noir AachenGerMarcq-en-BaroeulFra
Cécile de WildeNîmes VB (Elite League)FraNîmes VB (Elite League)Fra
Julie HanonModal de CharleroiAppelStade Laurentin (Elite League)Fra
Jodie GuilliamsRote Raben VilsbiburgGerRote Raben VilsbiburgGer
Laurine VinkesteijnTSV Bayer 04 Leverkusen (2eB)GerTSV Bayer 04 Leverkusen (2eB)Ger
Tara DaerdenPalmas Gran Canaria> CV MadridEspGislaved VolleybollklubbZwe
Els VandesteeneParis St-Cloud FraVDK GandBel
Charlotte LeysBudowlani Łódź>Poltoujours à la recherche d’une nouvelle équipe
Dominika StrumiloOlimpia Teodora Ravenne (A2)Itatoujours à la recherche d’une nouvelle équipe
Absolut Sport Absolut Volley

Fernando Muñoz est le prochain entraîneur des Red Dragons

C’est par le biais d’un communiqué de presse paru sur les sites de Volley Belgium et de Top Volley Belgium qu’il a été permis d’apprendre aujourd’hui que les Red Dragons avaient un nouveau coach en la personne de Fernando Muñoz.

Fernando Muñoz a 49 ans et a signé un contrat qui le verra à la tête de notre équipe nationale jusqu’en 2024. Il est espagnol et son palmarès d’entraîneur tient principalement au fait qu’il a dirigé la sélection nationale espagnole de 2011 jusqu’à l’an dernier et qu’il a amené celle-ci à se qualifier par deux fois pour la phase finale des championnats d’Europe.

Il a également officié comme entraîneur de club et c’est en Grèce qu’il a réussi, en 2018 et en 2019, à réaliser le doublé « Championnat-Coupe avec l’équipe d’Olympiacos.. Son CV signale également un titre de meilleur entraîneur de la compétition grecque en 2019, et ce, avec une médaille d’argent obtenue à la CEV Cup.

Le communiqué fait état que les principaux objectifs que la Fédération attend du nouvel entraîneur sont « un bon résultat aux championnats d’Europe de 2021 et 2023 » d’une part et « la qualification pour le Championnat du monde de 2022 » d’autre part. Si la barre n’est pas mise bien haut, le reste du communiqué est plus encourageant et c’est bien pourquoi je ne résiste pas à le reprendre in extenso.

« La fédération belge a choisi une personne expérimentée au sommet du volley-ball international qui, avec sa vision à long terme, réussira à réaliser les objectifs correspondants. Muñoz est connu pour sa communication positive et professionnelle avec les jeunes joueurs ainsi qu’avec les joueurs expérimentés. Porté par son tempérament méditerranéen, il se révèle être un leader de l’équipe. Avec une motivation profonde envers les joueurs et l’équipe, il sait comment les préparer pour le sommet absolu. La fédération est convaincue qu’une personne possédant ces qualités peut amener l’équipe à un niveau supérieur. »

Muñoz a réagi brièvement à sa nomination : « C’est un honneur de travailler pour la Fédération belge et avec les Red Dragons. Je tiens à remercier M. De Buysscher (ndlr Président de Volley Vlaanderen) et M. Hoeyberghs (ndlr Directeur technique de Volley Vlaanderen) de m’avoir fait confiance pour se lancer ensemble dans la réussite du projet. Les objectifs à court, moyen et long terme sont très importants et motivants pour chacun d’entre nous. Je suis très impatient d’entamer le travail avec ce fantastique groupe de joueurs. J’espère que tous les fans apprécieront le volley-ball que nous apporterons pour atteindre nos objectifs ».

Sa première prestation en tant qu’entraîneur national belge aura lieu le 30 mai lors du premier match que les Red Dragons disputeront dans le cadre de l’European Golden League 2020. Cela se passera à Bruxelles et, fait du hasard, l’adversaire de notre équipe nationale ne sera autre que celle …d’Espagne!

Absolut Sport Absolut Volley

Les nouveaux classements mondiaux et continentaux

Il y a peu, je vous avais laissé entendre que la FIVB allait réformer la méthode par laquelle elle établissait, plus ou moins régulièrement, ses classements pour toutes les 222 équipes nationales concernées par l’organisation de ses propres compétitions et de celles mises sur pied par les Confédérations continentales. C’est aujourd’hui chose faite.

Ainsi, en cliquant sur le lien qui suit, https://www.fivb.com/en/about/news/fivb-launches-advanced-world-ranking-system?id=90455, vous aurez accès non seulement aux nouveaux classements mais également à la manière dont ceux-ci seront dorénavant établis.

Pour faire court, la nouvelle méthode ne reposera plus sur le classement final des équipes dans les grandes compétitions relevant de l’autorité de la FIVB et de ses piliers que sont les Confédérations mais bien sur une fine évaluation, faite par un dispositif technologique, de tous les matches disputés dans le cadre de ces différents championnats.

Comment cela fonctionnera-t-il ? Exemple .En fonction de l’historique des rencontres entre deux équipes appelées à s’affronter, l’algorithme utilisé par la FIVB estimera que cette rencontre, qui sera dotée d’un taux de valorisation variable en fonction de l’importance de la compétition, devrait voir la victoire d’une des deux équipes sur l’autre en quatre sets. Cela signifie que, si le résultat se trouve confirmé par les chiffres, le classement de ces deux équipes ne se trouvera pas affecté tandis que toute différence entre le résultat prévu et le résultat acquis aura une répercussion sur le classement de ces deux équipes. A la hausse pour l’équipe qui aura réalisé un meilleur score que celui prévu (non pas en points mais en sets seulement), à la baisse pour celle qui n’aura pu confirmer le score attendu.

On verra tout cela à l’autopsie mais on ne peut que se réjouir de voir que le mode d’établissement des classements a ainsi fait l’objet d’une profonde révision tant celui qui était utilisé jusqu’à présent était à ce point dépassé que lesdits classements en avaient perdu grande crédibilité.

Cela étant, que nous révèlent les classements aujourd’hui publiés par la FIVB ?

Pour ce qui concerne nos Yellow Tigers, elles se situent à la 14ème place mondiale et à la 7ème européenne tandis que nos Red Dragons occupent le 19ème échelon de la hiérarchie mondiale et le 10ème au plan européen.

Au niveau des catégories d’âge, les Young Yellow Tigers sont, au niveau FIVB s’entend, 50èmes pour les U20 et 49èmes pour les U18. Quant aux Young Red Dragons, les U21 sont 17èmes tandis que les U19 sont 33èmes. Je reviendrai prochainement sur ce point pour expliquer pourquoi il y a ainsi un tel décalage entre les classements de nos seniors et ceux de nos plus jeunes éléments.

Absolut Culture Absolut Sport Absolut Volley

Les Red Dragons quittent Berlin sur un succès en cinq sets

Pendant les deux premiers sets de leur confrontation avec les joueurs de la République tchèque, nos Red Dragons, qui préentent une équipe assez remaniée (Valkiers, D’Heer, Van De Velde, Rousseaux, Cox et Klinkenberg qui a remplacé rapidement Grobelny et Stuer), sont menés durant la quasi totalité de cette tranche de match. Ainsi, après avoir perdu la première manche 25-20, ils s’emparent pour la première fois de la partie de la tête du marquoir à 22-23. Ils auront alors une première balle de set, devront en repousser deux autres avant de s’imposer 26-28. Ils avaient là sauvé la mise et ils rentrèrent davantage dans le match.

Le troisième fut assez équilibré mais, à 20-20, ils connurent une belle flambée qui leur valut de signer un beau 20-25. Dans la quatrième manche, les joueurs tchecs s’accrochaient et, par l’entremise d’Indra et de Galabov, ils réalisaient, eux aussi, un gros 5-0 à partir de 16-18. Ils faisaient alors le travail pour conserver intact cet avantage de 3 points : 25-22.

Dans le tie-break, Valkiers et ses équipiers, au sein desquels Cox (41 points ce mardi !), Dheer (une belle confirmation de ce jeune talent) et Klinkenberg (en réception surtout) se mettaient en évidence, prenaient un départ de choix : 1-7/2-8/3-9/4-10. Les carottes étaient-elles cuites ? On aurait pu le croire mais la cuisson dura plus longtemps que prévu car l’équipe tchèque voulait aussi quitter la scène berlinoise sur une victoire et jetait ses derniers feux dans la bataille. Ils parvinrent ainsi à remonter le courant et à faire passer le marquoir de 8-11 à 13-11. Les nôtres étaient dos au mur. Revenus à 13-13, ils durent alors repousser pas moins de 4 balles de match avant de remporter la première qui leur échut: 19-17. La cuisson était cette fois terminée.

Un grand bravo à nos boys pour leur vaillance mais ce succès ne suffira cependant à nous enlever cette amertume qu’il n’est pas possible de ne pas avoir en bouche au terme de ce tournoi de qualification olympique. Un tournoi européen de qualification olympique qui, venant après les insuccès de la Golden League, du tournoi olympique de Rotterdam et le résultat en demi-teinte des Championnats d’Europe, est fait pour nous convaincre qu’il s’impose de donner rapidement de nouveaux motifs d’inspiration à nos Red Dragons aux fins de leur faire à nouveau cracher le feu comme ils le faisaient si bien il y a peu de temps encore sur la scène internationale..

Absolut Sport Absolut Volley

De l’utilité des belles initiatives de fin d’année

La période de fin d’année a toujours été un moment fort prisé par certains clubs pour mettre à profit la pause qui intervient dans le déroulement des compétitions nationales ou provinciales et organiser une activité volleyballistique à caractère événementiel ou de nature foncièrement récréative. Il en sera encore ainsi cette année.

Pour ce qui concerne les activités qui ont connu une grande épopée et qui attiraient la grande foule, il y eut ainsi pendant tout un temps le tournoi mis sur pied par Hömann Genk et pendant tout un autre le Witte Molen, celui que Marc Pincé organisait à Saint-Nicolas. Durant ces deux dernières années, l’EuroMillions Volley League tenta bien de “monter” un event destiné à rassembler la famille des grands clubs de notre volley-ball masculin et à faire fête autour d’une formule sportive originale mais celle-ci ne fit pas recette et l’initiative des dirigeants de la Ligue n’a pas connu cette année de troisième édition.

Le club de Knack Roulers, qui avait organisé l’an dernier le tournoi de la Ligue , a repris le flambeau laissé sur le bord de la route par celle-ci et a concocté pour ce dernier week-end de l’année un ensemble de rendez-vous (tournoi international avec 6 équipes dont 2 hollandaises, 2 belges, une slovène et une française, une démonstration de volley-assis, des tournois pour jeunes, le match Red Dragons- Egypte qui aura lieu dimanche en fin de journée) qui devtait drainer pas mal de public vers le complexe sportif du club flandrien.……..

A Bruxelles, les activités mitonnées par les clubs du Sporta Brussels Volley (ce vendredi 27) et par le Brussels Est Volley Club (les samedi 28 et dimanche 29) auront un tour plus récréatif mais n’en seront pas moins intéressants à suivre, et à vivre plus encore, dans la mesure où tous deux verront des équipes mixtes évoluer sur les terrains. Cette formule connaît à chaque fois qu’elle est proposée grand succès de participation et c’est d’ailleurs bien pourquoi celles et ceux qui ont toujours plaidé pour que soit instaurée une forme de compétition de ce type feraient bien de poursuivre leur croisade tant elle se justifie par maints arguments.

Enfin, à Uccle, l’entité Volley Bruxelles organisera ces samedi et dimanche un nouveau cycle de formation de niveau “Animateur” qui sera donné par Nicolas Dupont. Près d’une vingtaine de candidat(e)s ont annoncé leur venue et payé leur inscription. Le succès rencontré par cette nouvelle campagne menée par l’entité de Volley Bruxelles en collaboration avec la Cellule de Formation des Entraîneurs de Volley-Ball de la FVWB fait chaud au coeur tant elle constitue assurément le signe d’un certain renouvellement et d’un heureux accroissement des cadres au sein de notre Fédération. N’est-ce pas là un signe bien encourageant ?

Absolut Sport Absolut Volley

Les Red Dragons sixièmes et les Yellow Tigers neuvièmes au ranking de la CEV.

 

En dépit du fait qu’ils n’aient pas atteint le Top 8 des derniers championnats d’Europe comme ils en avaient fait à tout le moins leur objectif, les Red Dragons ont gagné une place au ranking général de la Confédération Européenne de Volley-Ball (CEV). Ils occupent actuellement le sixième rang dans ce classement qui est, il faut bien le dire, assez tordu pour deux raisons au moins.

En premier, les points attribués pour une place donnée dans le championnat européen valent le double de ceux attribués pour cette même place obtenue dans le cadre du championnat du monde et, en second, il est permis de relever que ce « ranking » prend encore en considération les résultats des équipes qui ont participé à la World League de la FIVB en 2017 alors qu’il ne tient pas compte des résultats des équipes européennes qui ont participé cette année à la Volley Nations League et des autres équipes européennes qui ont disputé les épreuves de la Golden League mises sur pied par la CEV. Comme cette double curiosité est plutôt favorable à nos représentants, ce n’est évidemment pas nous qui nous en plaindrons le plus ;-).

Cela étant, ce classement, même incomplet ou insatisfaisant, permet de réaliser combien furent grands les impacts des années 2017 et 2018 sur le positionnement actuel de nos compatriotes dans la hiérarchie européenne. Il est vrai que la quatrième place obtenue aux Championnats d’Europe 2017 fut un remarquable résultat que ceux-là mêmes qui ne sont pas parvenus à conserver Vital Heynen comme coach national après ce brillant parcours croyaient encore, fort naïvement on s’en rend compte, pouvoir améliorer cette année en engageant Brecht Van Kerckhove à la tête de nos troupes et en organisant dans le pays bonne partie du trajet de ceux-ci dans l’Euro 2019.

Effet bénéfique de cette bonne position dans le classement européen, notre équipe est ainsi qualifiée pour disputer, en Allemagne, le dernier tournoi européen qui sera qualificatif pour les Jeux olympiques. Un seul ticket sera mis en jeu lors de ce tournoi qui ne réunira que du beau monde puisque, outre la nôtre, les équipes participantes seront celles d’Allemagne, France, Serbie, Slovénie, Bulgarie, Pays-Bas et République Tchèque.

Pos. Pays Total Variation 2019 CEV Volleyball 2017 CEV M 2018 FIVB CH Monde 2017 FIVB WL
1 SRB 292 100 96 48 48
2 RUS 282

-1
92 100 44 46
3 POL 270

+2
96 82 50 42
3 FRA 270 94 84 42 50
5 ITA 266

-1
90 92 46 38
6 BEL 260

+1
84 94 38 44
7 SLO 256

+1
98 86 36 36
8 BUL 246

-2
80 90 36 40
9 NED 232 82 74 42 34
10 GER 230 86 98 28 18
11 CZE 214

+1
76 88 20 30
12 FIN 212

-1
74 78 32 28
13 TUR 202

+2
78 80 20 24
14 UKR 196

+5
88 58 18
15 SVK 194

-1
64 72 26 32
16 ESP 186 72 70 24 20
17 EST 182

-4
54 76 30 22
18 POR 174

-2
62 66 20 26
19 GRE 170

+1
70 68 20 12
20 MNE 158

+1
66 60 18 14

Quant à nos Yellow Tigers, elles ont perdu deux places au ranking européen 2019. Elles sont maintenant neuvièmes, et ce, alors qu’elles ont obtenu plus de points avec leur neuvième place à l’Euro 2019 qu’avec leur 13ème place de l’Euro 2017 mais ceci ne compensant pas la perte de points par rapport au classement de 2015 d’une part et qu’elles ont brillé au cours de la VNL 2019 qui n’est plus prise en ligne de compte pour l’obtention de points comme l’était le Grand Prix FIVB en 2017 d’autre part. Cette « descente » dans la hiérarchie européenne ne prête cependant pas à de malheureuses conséquences dans l’immédiat puisque, tout comme c’est le cas pour les Red Dragons, nos Yellow Tigers feront partie des huit sélections qui se disputeront à Apeldoorn, au début du mois de janvier prochain, le dernier ticket féminin européen pour les Jeux olympiques de Tokyo. En terre hollandaise, elles seront confrontées aux sélections des Pays-Bas, Turquie, Allemagne , Bulgarie, Pologne, Croatie et Azerbaïdjan. Un fameux plateau comme on le voit.

Pos. Team Total Variation 2019 Euro F 2017 Euro F 2017 CEV EL W 2018 FIVB

Ch. du Monde

2017 FIVB WGP
1 SRB 298 100 100 50 48
2 ITA 286

+1
96 92 48 50
3 NED 282

-1
92 98 46 46
4 TUR 278

+1
98 96 42 42
5 RUS 266

-2
88 90 44 44
6 GER 252 90 86 40 36
7 BUL 242

+1
86 84 40 32
8 POL 240 94 82 26 38
9 BEL 232

-2
84 74 34 40
10 CRO 214

+1
80 80 24 30
11 AZE 212

+2
82 94 36
12 UKR 202

+3
68 76 32 26
13 CZE 196

-3
52 78 32 34
14 HUN 188

-1
62 72 26 28
14 BLR 188

-2
58 88 16 26
16 SVK 182 78 64 16 24
17 ESP 180

+3
72 66 18 24
18 ROU 170 76 68 26
19 FIN 168 66 52 28 22
19 FRA 168

-3
60 62 0* 20 26
Absolut Sport Absolut Volley

L’Euro masculin 2019 débute ce jeudi

Ainsi que vous le savez déjà, la 31ème édition des Championnats d’Europe de Volley-Ball masculins, aujourd’hui dénommés CEV Euro Volley 2019, aura lieu dans quatre pays différents, tout comme ce fut le cas pour les derniers championnats d’Europe de Volley-Ball féminins. Ces quatre pays sont la France, la Slovénie, les Pays-Bas et la Belgique.

Si les premiers matches de l’Euro Volley M 2019 se dérouleront ce jeudi en France et en Slovénie, les premières rencontres des poules disputées aux Pays-Bas et dans notre pays auront lieu ce vendredi. Les finales, quant à elles, seront organisées en France et se joueront le dimanche 29 septembre à Paris.

Les équipes des 24 pays qualifiés pour disputer cette épreuve qui, sous une autre forme que celle qu’elle a aujourd’hui, fut créée en 1948 seront donc réparties dans les quatre pays précités (mais dans neuf villes différentes au total), ce qui signifie qu’il y aura six équipes dans chacune des poules concernées.

Pour la série B, qui est celle de nos Red Dragons, les cinq autres équipes qui en font partie sont l’Allemagne, vice-championne d’Europe, la Serbie, médaille de bronze lors de la dernière édition de l’Euro 2017 après avoir battu nos représentants lors de ce match décisif pour la troisième place, la Slovaquie, l’Autriche et l’Espagne. Pour espérer avoir les meilleures chances d’atteindre à tout le moins les quarts de finale de l’Euro 2019, chacune de ces équipes cherchera à décrocher l’une des deux premières de cette poule, et ce, afin d’être sur les bons rails pour rencontrer, selon l’ordre à l’une de ces deux premières places, le quatrième classé ou le troisième classé de la série D (République Tchèque, Pologne, Estonie, Ukraine, Monténégro, Pays-Bas).

Les deux premiers matches de nos Red Dragons se dérouleront au Palais 12 situé sur le plateau du Heysel à Bruxelles. Vendredi, à 20h30, nos compatriotes seront opposés aux Autrichiens qui sont tout sauf des foudres de guerre et, samedi toujours à 20h30, ils affronteront les Allemands qui auront encore dans les jambes le gros match qui leur aura été « proposé » au programme de la journée de ce vendredi.

Après ces deux matches mis sur pied dans la capitale, où le comité organisateur flamand de la manche belge de l’Euro 2019 a visiblement oublié de faire action de promotion auprès du grand public de la ville,, la caravane de la poule B se déplacera au Lotto Arena d’Anvers où Sam Deroo et ses équipiers seront appelés à jouer dimanche contre l’Espagne (à 15h30), mardi contre la Slovaquie (à 20h30) et, last but not least, mercredi contre la Serbie à 20h30 toujours.

Quelles sont les chances de nos Red Dragons dans cet Euro 2019 de faire mieux qu’en 2017 quand, sous la conduite de Vital Heynen alors, ils avaient réussi à se hisser à la quatrième place de la compétition disputée en Pologne ? Notre équipe nationale n’a pas été préparée pour cet événement comme elle l’aurait été si Vital Heynen était resté aux affaires c’est une évidence. Cela étant, la méthode suivie par Brecht Kerckhove et ses acolytes qui l’entourent est peut-être celle qui produira les effets escomptés pour lui permettre d’atteindre l’une des marches du podium comme plusieurs des chantres de nos Red Dragons le laissent entendre. On verra cela le 27 septembre prochain. Ou avant.

Absolut Sport Absolut Volley