Un peu de tout mais du tout de qualité

Le choix est grand pour qui voudra assister à des événements volleyballistiques sortant de l’ordinaire ou voir du volley-ball de tout haut niveau

Pour qui aime les compétitions de jeunes, le choix ne sera pas difficile. Il sera amené à se rendre à Torhout en Flandre occidentale où, ces samedi et dimanche, se dérouleront les finales des championnats de Belgique pour jeunes.

A cette compétition qui est ouverte aux jeunes filles et aux jeunes garçons des catégories d’âge U11, U13, U15, U17 et U19 sont de fait conviées les équipes qui, la semaine passée et dans chacune de ces catégories, se sont classées à l’une des deux premières places des championnats organisés dans leur Communauté respective.

Combien de titres nationaux reviendront aux équipes flamandes et aux équipes francophones ? Cette question est toujours celle que grand nombre de personnes se posent lors de chacun de ces rendez-vous. De fait, elle ne présente pas grand intérêt dans la mesure même où ce qui importe surtout est de voir si le niveau de jeu est en hausse ou si l’une ou l’autre étoile apparaît dans le lot de ces 40 équipes qui se disputeront les écussons nationaux.

Il n’empêche que cela vaudra la peine d’examiner ces résultats de près car cette analyse, qui doit être faite en ayant bien à l’esprit que le « réservoir » des jeunes joueurs flamands est beaucoup plus volumineux que celui des jeunes joueurs francophones, permet de voir comment les équipes des grands clubs formateurs de la FVWB (VBC Waremme, Tchalou, Axis Guibertin, Chaumont, Namur) se comportent face aux meilleur(e)s jeunes joueurs/joueuses flamand(e)s qui, hors celles et ceux qui font partie de l’école de volley-ball de Vilvorde), évoluent dans les clubs flamands connus également pour être de grands centres de formation (Haasrode Louvain, Booischot, Gooik, Zoersel, Zandhoven, Knack Roulers, Torhout)

—————————————————————–

Samedi 18 mai 2019 Filles : U19, U15, U11 et Garçons : U17, U 13

Dimanche 19 mai 2019 Garçons : U19, U15, U11 et Filles : U17, U13

——————————————————————

Quant aux amateurs de beachvolley, ils devront prendre la direction du Limbourg où, à Hechtel très précisément, se déroulera la deuxième manche du Belgian Beachvolley Championship. Il est à espérer que ce tournoi connaîtra un plus grand succès populaire que celui qui, très mal promu par l’entité qui était en charge de cette organisation, vit fort peu de monde rejoindre le « Kamerbos van Brussel » la semaine passée. Il fait mal au coeur de voir le beachvolley se rétrécir de la sorte tant, dans un passé pas si lointain, il était en pleine essor et voyait fleurir des championnats qui drainaient de larges publics, tant à l’intérieur du pays qu’à la côte ainsi que des événements de grande dimension (World Tour à Ostende, Coupe de Belgique sur la Grand’Place de Bruxelles), des activités qui avaient pour effet que cette discipline avait à l’époque bien plus de vent dans les voiles.qu’elle n’en a aujourd’hui.

Du côté de certaines instances fédérales, on semble avoir pris conscience de cette évolution négative et c’est ainsi que, tout au début de ce mois, il a été permis d’apprendre, via le site de Top Volley Belgium, que Wout Wijsmans avait été engagé par Volley Vlaanderen en qualité de beach coordinateur, et ce, aux fins de « mettre le beacholley en lumière dans notre pays ».

Dans l’attente de ces nouveaux jours heureux, on suivra les prochains tournois avec grande attention , histoire de savoir comment le team féminin Van den Vonder – Cools repoussera les assauts des duos Van Bree – Ruysschaert , Coolman – Rousseaux et Catry – Vandesteene pour ne citer que les quatre premières formations classées du tournoi de dimanche dernier et qui, chez les hommes, se positionnera comme premiers opposants de Koekelkoren-van Walle quand ceux-ci seront de nouveau fit and well.

A Bruxelles, la paire Colson – Deroey l’a emporté facilement en finale face à Van der Aa-Van Reeth mais avait dû cravacher pour s’imposer 2-1 (15-13 au tie-break) en demi-finale face aux frères Vandecaveye. On verra ce qu’il en sera à Hechtel.

Enfin, pour qui voudra rester à la maison et voir un très beau match à la télévision, il lui suffira de se brancher sur VOO World Sport ce samedi. C’est en effet ce samedi que se joueront les deux finales de la Champions League de la CEV. La finale féminine, qui opposera deux clubs italiens, se jouera à 16 heures tandis que la finale masculine sera retransmise via le canal de VOO à partir de 19 heures; elle sera commentée par Marc Vanvinkenroye et Philippe Daman. Cette rencontre s’annonce somptueuse dans la mesure où elle mettra face à face deux des meilleures, sinon les meilleures, équipes de club évoluant aujourd’hui dans le monde. Elles se dénomment Zenit Kazan, tenant du trophée et champion de Russie, et Cucine Lube Civitanova, champion d’Italie et médaille d’argent du Championnat du Monde des Clubs champions en 2018.

Ces super finales de ce samedi se déroulent à Berlin et il n’y a plus une seule place à trouver dans la salle Max-Schmeling qui peut accueillir plus de 9.000 personnes. La rencontre sera diffusée dans 75 pays du monde c’est ainsi que la CEV a pris accord avec un très grand nombre de broadcasters dont vous trouverez la liste ci-après. Histoire de vous rendre compte que le volley-ball tend à prendre place au sein des plus grands canaux de télévision du monde. Une très bonne nouvelle en somme.

Bon week-end à vous.

•    Claro Sports (Mexico) 
•    Idman Azerbaycan (Azerbaijan) 
•    iQIYI (China), for the women’s final only 
•    VOOsport World (Belgium), for the men’s final only 
•    CT Sport (Czech Republic) 
•    Charlton Sport 3 HD (Israel) 
•    COSMOTESPORT 7 HD (Greece) 
•    Cytavision Sports 6 (Cyprus) 
•    Digi Sport Romania (Romania) 
•    DIGI Sport 2 (Hungary) 
•    SPORT SMART / D-SMART (Turkey) 
•    Dubai Sports Channel (23 MENA countries) 
•    Eurosport Asia Pacific (13 countries) 
•    Eurosport 1 (Germany), for the men’s final only 
•    Eurosport 1 (France), for the women’s final only 
•    Eurosport 2Xtra (Germany), for the women’s final only 
•    Eurosport 2 (France), for the men’s final only 
•    FloSports (USA) 
•    Sport Klub 3 (Bosnia and Herzegovina, Croatia, Kosovo, Montenegro, F.Y.R. of Macedonia, Serbia, Slovenia) 
•    Match TV (Russia) 
•    TVStart (Russia) 
•    Setanta Eurasia (Armenia, Azerbaijan, Belarus, Estonia, Latvia, Lithuania, Kazakhstan, Kyrgyzstan, Moldova, Turkmenistan, Tajikistan, Uzbekistan) 
•    Canal + Sport 2 (Poland) 
•    Nova Sport (Bulgaria) 
•    DAZN Italy (Italy, San Marino, Vatican City) 
•    Sports Network (Chinese Taipei) 

Absolut Friends Absolut Sport Absolut Volley

Les matches « Champions League » des deux équipes belges sur Be tv !!! Waouw


Pendant très longtemps, le volley-ball a rencontré beaucoup de difficultés pour avoir accès à la « petite lucarne » des postes de télévision. Le volley-ball étant un sport dont on ne peut prévoir la durée de ses rencontres, les programmateurs de télévision ont toujours considéré qu’il s’agissait là d’un obstacle quasi infranchissable pour eux qui ont à élaborer des émissions qui entrent dans des grilles horaires préétablies. Ils ont ainsi, pour beaucoup du moins, tourné longtemps le dos à notre discipline et à ses matches aux durées indéfinissables.

Les dirigeants de la Fédération Internationale de Volley-Ball ne sont pas restés sourds à ce type d’argumentation qui ne manquait pas de fondement même si le tennis, qui présente les mêmes caractéristiques que le volley sur le plan de la durée de ses confrontations, a toujours bénéficié et bénéficie toujours d’une très large couverture télévisuelle. Cela étant, ces mêmes dirigeants ont dès lors, dans les vingt dernières années du siècle dernier, multiplié les essais pour faire en sorte que le volley-ball puisse être plus « présentable » aux yeux de celles et de ceux qui ont à composer les programmes de télévision d’une part et pour le rendre plus vivant et plus spectaculaire par ailleurs d’autre part. Ainsi s’expliquent les nombreuses « retouches » dont le volley-ball a fait l’objet et dont la principale a été l’octroi d’un point à l’équipe qui a gagné un échange de jeu. Cette réforme, jointe à une « offre sportive » de très grande qualité au niveau des épreuves mises sur pied, a obtenu les effets escomptés en ce qui concerne l’accès du volley-ball à une plus grande reconnaissance télévisuelle. Du moins partiellement car, dans bien des pays ou dans partie de ceux-ci (comme en Communauté française de Belgique par exemple), les responsables d’émissions sportives sont gens tellement campés sur leur point d vue et leur pré carré que le volley-ball peine encore à trouver bonne place dans la grille des programmes des télévisions généralistes.

Ces freins ont stimulé plus encore les dirigeants de la FIVB, des Confédérations continentales, de certaines grandes fédérations nationales et des Ligues les plus actives en matière de promotion de notre sport, qui, comme tous les autres au demeurant, tend de plus en plus à être présenté comme un « produit ». C’est ainsi qu’ils se sont mis en tête de faire appel aux nouvelles technologies. Ils ont bien fait d’agir de la sorte puisqu’ils sont aujourd’hui en mesure de proposer, pour toutes les épreuves importantes du calendier international, des retransmissions en direct moyennant le payment d’un droit d’abonnement pour des retransmissions faites en direct via satellite et par le biais des services d’un circuit privé.

Cette mise en concurrence entre « Télévision et Circuit télévisé intérieur », qui va devenir le lot pour toutes les disciplines sportives, a pour effet de rendre les télévisions généralistes ou spécialisées dans le domaine du sport plus ouvertes qu’elles ne l’étaient auparavant à l’égard du volley-ball. La chaîne de télévision Be tv n’a pas attendu cette confrontation et c’est ainsi que, au cours de ces deux/trois derniers jours, elle a pris le bon pli d’arrêter accord avec les responsables de l’EuroMillions Volley League qui sont dépositaires des droits de télévision pour les rencontres de la Champions League Messieurs aux fins de diffuser, à partir de ce mardi, toutes les rencontres impliquant les équipes de Greenyard Maaseik et de Knack Roeselare.

Cet accord, auquel n’ont pas peu contribué des personnes qu’il m’est agréable de qualifier d’amies, est une réelle aubaine pour la bonne image du volley-ball au niveau de la Communauté française de Belgique tant il est vrai que, faute d’une politique de communication correctement menée par nos instances fédérales, notre sport souffre par rapport à d’autres sports d’un manque de reconnaissance médiatique particulièrement regrettable.

Aussi, réjouissons-nous de cette grande nouvelle et applaudissons cette belle union conclue entre l’EuroMillions Volley League et Be tv qui produira ses effets on ne peut plus prochainement. En effet, c’est déjà ce mardi que sera retransmise à partir de 15 heures la rencontre entre l’équipe allemande de Halkbank Ankara et Knack Roeselare  tandis que le duel entre Berlin Recycling et Greenyard Maaseik sera diffusé jeudi à partir de 20h30.

Tous à vos postes.

Philippe et Marc

 

(*) Les photos des joueurs et coach de Knack Roeselare sont signées Jan Vanmedegael

Absolut Sport Absolut Volley