Sacha Koulberg nouvel entraîneur du VBC Waremme

Sacha Koulberg s’était porté candidat pour occuper le poste de directeur technique de la FVWB. Comme on le sait, il ne fut pas retenu.

Pendant ce même temps, le club du VBC Waremme perdait son entraîneur Barca-Cysique qui avait décidé de donner suite à un projet d’ordre personnel qui ne lui permettait plus de rester dans notre pays.

Et ce qui devait se passer se passa. Les dirigeants du VBC Waremme et Sacha Koulberg se rencontrèrent au début de cette semaine et tombèrent d’accord pour faire cause commune et aller dans la même direction.

Sacha Koulberg devenait ainsi le nouvel entraîneur du club liégeois. Le club du Président Vincent Perin trouvait là un homme qui connaît très bien le volley-ball, le féminin comme le masculin ou inversément, et qui a largement fait ses preuves là où il a déposé ses valises.

C’est à l’ASSAR que, en 1977, Sacha Koulberg a fait ses premières passes de volley-ball et c’est avec l’ASUB que, trois ans plus tard, il a fait la découverte de la division d’honneur. Il a ensuite joué à Ixelles pendant deux saisons avant d’émigrer dans le Brabant flamand où, de 1984 à 1989, il a porté le maillot de Lennik pendant avant de faire un saut à Torhout et de revenir terminer sa carrière à Zellik en 1992. Pendant tout ce temps, il a été 4 fois champion de Belgique, gagné 1 Coupe de Belgique, porté 77 fois le maillot de l’équipe nationale et a participé une fois à une finale de Coupe d’Europe en 1987.

A partir de 1992, il a épousé la carrière d’entraîneur et a ainsi donné ses premiers entraînements aux joueuses de Charleroi où il est resté trois ans avant de diriger l’équipe féminine de Herentals pendant une saison. Il bifurqua alors vers le volley masculin et conduisit successivement les équipes de Puurs et d’Antwerp. Il revint vers le volley féminin pour mener des équipes comme VC Lennik, VDK Gent et, surtout, les Dauphines de Charleroi de 2000 à 2006.

Après maints succès glanés là, il dirigea ensuite pendant deux ans l’équipe du VC Asse Lennik. En 2009, il effectua un nouveau retour à Charleroi pour s’occuper des Dauphines pendant deux saisons et y connaitre avec elles les joies d’un titre national. Il lui fut ensuite proposé de prendre en charge l’équipe du VC Oudegem avec laquelle il remporta une Coupe de Belgique et termina par deux fois à la deuxième place du championnat de la Ligue.

Aujourd’hui, Sacha Koulberg se trouve devant un nouveau défi. Ce défi est de conduire une équipe qui a réalisé un bon championnat la saison dernière. Elle a perdu pas mal de ses éléments depuis le dernier match joué à Haasrode Louvain et il faudra donc la remodeler. Comme on le sait, le club liégeois compte beaucoup de jeunes et même de très bons jeunes puisque pas moins de 8 équipes se retrouveront samedi et dimanche à Torhout pour y disputer les finales du championnat de Belgique des jeunes. Cela étant, il faudra néanmoins recruter pour combler les vides et pour « monter » une formation qui aura le périlleux privilège d’être la seule à représenter le volley-ball francophone lors de la prochaine compétition de la ligue masculine dont on ne sait trop qui, de fait, en sera le véritable régisseur.

Dans sa tâche, Sacha Koulberg aura la chance de pouvoir compter sur la précieuse assistance de Frédéric Servotte ainsi que sur celle de Pierre Honnay qui est le directeur technique du club et qui, à ce titre, effectuera la liaison avec la direction du club ainsi qu’avec tous les autres services internes de la maison.

Comme on le voit, Sacha Kilberg et le VBC Waremme étaient faits pour se rencontrer ce printemps. Gageons que cet accord sera porteur de belles satisfactions pour tous ceux qui s(er)ont ainsi amenés à se trouver sur le même bateau ainsi que pour le volley-ball francophone qui ne demande qu’à saluer les succès de ses équipes les plus représentatives, tant chez les hommes que chez les femmes. Pour que rayonne de la sorte une image marquante du volley-ball en Communauté française.      

Absolut Friends Absolut Sport Absolut Volley

Asterix AVO dame le pion à Hermes Oostende

Les championnes de Belgique ont repoussé l’assaut des Ostendaises et ont enlevé en quatre sets le gros match de ce milieu de semaine. La rencontre connut plusieurs visages. Dans la première manche, les visiteuses se montrèrent plus appliquées et plus efficaces que leurs adversaires. Celles-ci réalisaient bien des points spectaculaires mais elles commettaient également des fautes qui leur valurent de devoir céder le set sur la marque de 20-25. Dans le suivant, il n’y en eut que pour les Ostendaises qui infligeaient un 25-8 particulièrement cinglant aux joueuses de Gert Vande Broek et de Kris Van Snick.

La partie changea à nouveau d’orientation quand les joueuses d’Asterix reprirent la direction des échanges en mettant les Ostendaises en sérieuse difficulté avec leurs services. Asterix enlevait ainsi la troisième manche sur le même score que celui de la première : 20-25. Le quatrième set fut le plus disputé de la partie. Tout se joua dans les derniers points et, à ce moment, l’expérience et le calme des visiteuses firent la différence. Asterix l’emportait 24-26, soit par le plus mince des écarts mais aussi par le plus important des effets pour ce qui concerne le classement des deux formations.

Face à Jaraco As, le team du VC Oudegem a, à nouveau, livré une partie longue de cinq sets. Toutefois, cette fois, il l’a emportée après avoir mené par deux fois au niveau des sets: 20-25/25-19/23-25/25-20. Dans le tie-break, il s’imposa de manière on ne peut plus nette puisque les joueuses de Sacha Koulberg signèrent là un tranchant 5-15 après avoir mené 0-4, 1-6 et 3-12. Voilà un succès bien précieux pour elles en tout cas.

Le derby entre VDK Gent et Richa Michelkeke a connu un déroulement assez semblable à celui du match entre Ostende et Asterix. A la différence près que, dans ce cas, les rôles des visiteuses et des visitées se trouvèrent  inversés. Les Gantoises s’imposaient de peu dans le premier set, 25-22, et ne pouvaient empêcher les joueuses d’Audry Frankart de rétablir l’égalité au niveau des sets, 19-25. Les Gantoises réussissaient ensuite un gros “carton”, 25-14, avant de réaliser dans la foulée un 25-23 qui leur permettait d’enlever la victoire et, surtout, les trois points.

Enfin, à Tongres, les joueuses du Modal Charleroi ont fait bonne figure mais cela ne fut pas suffisant pour inquiéter réellement les Limbourgeoises qui ont mis à leur actif un net 3-0 (25-20/25-19/25-20). De toute évidence, les Hennuyères n’ont pas encore trouvé la bonne carburation pour donner corps aux espoirs d’effectuer une belle saison qu’elles et leurs dirigeants nourrissaient avant que ne commence le présent championnat. Puissent les prochaines rencontres leur permettre de se placer rapidement sur de bons rails.

Absolut Sport Absolut Volley

Miroir à deux faces pour nos équipes féminines belges en Coupe d’Europe

 

 

 

Hormis la formation du VC Oudegem qui n’avait aucune illusion à se faire avant d’aborder son match contre la gigantesque formation de Eczycibasi Vitra Istanbul, les deux autres équipes féminines belges qui jouaient ce mercredi en Coupe d’Europe sont restées dans les clous et ont assuré leur qualification pour le tour suivant de l’épreuve qui les concerne.

En Coupe CEV, nos championnes de Belgique ont, contre les Hongroises de Fatum Nyiregyhaza, réalisé à Beveren le même score que lors du match aller. Sous la conduite de Van Gestel qui se montra très efficace en attaque (17 points et 19 au total), elles l’ont emporté en trois sets: 16/14/16.

En Challenge Cup, les Ostendaises ont cru bien faire en donnant des émotions à leurs supporters. En effet, après avoir enlevé facilement le premier set 25-20, elles se croisaient les bras tandis que les Portugaises de Ponta Delgada enfilaient les perles : 17-25/20-25 et même 6-11 dans la quatrième manche.Allaient-elles devoir disputer un golden set pour savoir qui allait se qualifier? Non, car elles se réveillaient et faisaient rapidement passer le score à 8-12 et puis égalisaient à 15 partout. Elles étaient bien lancées puisque, à 15-16, elles signaient un 5-0. Le vainqueur était connu. Les Ostendaises enlevaient la manche 25-19 et se qualifiaient ainsi pour les 1/8èmes de finale. Elles eurent également le bon goût d’achever le match par une victoire en enlevant le tie-break sur la marque de 15-12.

Pour terminer, j’évoquerai le chemin de croix de Sacha Koulberg (qui eut néanmoins le plaisir de retrouver Jan De Brandt) et de ses joueuses à Istanbul. Ce ne sera pas long car le match ne dura guère. A Dendermonde, les Flandriennes avaient enlevé 41 points en 62 minutes. A Istanbul, elles ont glané 37 points (12/17/8) en 63 minutes. Si ces résultats ne sont nullement surprenants quand on connaît la hauteur des budgets en présence et, par conséquent, le niveau des forces qui se faisaient face, on ne peut manquer de se montrer réaliste et de se rendre compte de la sorte combien notre volley-ball féminin perd peu à peu du terrain sur la scène internationale. Ce constat rejoint celui déjà fait il y a quelques jours après l’échec de nos U17 à Ploeisti.

Comme quoi, il devient grand temps que la Fédération et ses composantes s’attachent à semer et à innover aussi rapidement que possible pour que le volley-ball féminin belge retrouve à nouveau de plus belles couleurs.

 

Natalia Obmochaeva dans toute sa splendeur

 

Absolut Sport Absolut Volley