Victoire sur le fil d’Asterix AVO Beveren face à Hermes Ostende

La rencontre Hermes Ostende – Asterix Beveren a tenu toutes ses promesses en matière de suspense. On s’attendait à un match disputé à souhait et il l’a été jusqu’au bout de son terme.

Après avoir mené le bal pendant le premier set (19-25) et les premiers points du second, les championnes de Belgique ont cédé le commandement de la partie aux tenantes de la Coupe de Belgique qui ont enlevé sans coup férir les deux sets suivants (25-21/25-21) et ont entamé la quatrième manche en donnant l’impression à 5-2 qu’elles étaient parties pour un net succès.

Les joueuses de Kris Vansnick ne se laissèrent abattre par cet avantage pris par celles du club ostendais et, quand elles eurent rétabli l’égalité et pris trois points d’avance, 5-8, avant de faire 6-11, elles reprirent leur rythme de croisière du premier set même si les Coolman, Zakoscielna et leurs équipières parvenaient bien à réduire l’avance des visiteuses à un écart minime : 23-25.

Dans le tie-break, le fléau de la balance passa d’un côté à l’autre du filet. A 10-8, les joueuses tenaient la corde mais, à la sortie du virage, les Beverenoises, avec Stragier et Boonstra en vedette, reprirent la tête, 10-11. Pas pour longtemps car les visitées signaient deux nouveaux points victorieux: 12-11. Ce fut la dernière fois que Hermes Ostende se trouva devant les joueuses de Kris Vansnick. En effet, celles-ci firent tout d’abord 12-13, 13-14 avant de conclure sur la marque de 14-16.

L’équipe d’Asterix AVO Beveren a enlevé ce mercredi un très précieux succès mais n’est pas qualifiée pour autant pour les 1/4 de finale de la CEV Volleyball Cup tant, comme expliqué hier, il leur faudra confirmer cette victoire par une autre du même genre au moins pour rester dans la valse de cette compétition européenne. Affaire à suivre donc car il ne fait aucun doute que Hermes Ostende fera tout le 5 février prochain pour renverser les pronostics qui sont devenus aujourd’hui un peu plus favorables pour son adversaire à l’issue de ce match aller.

Absolut Sport Absolut Volley

Les tenants de la Coupe Messieurs jouent gros ce mercredi

C’est ce mercredi soir que l’on connaîtra le nom des quatre équipes qui composeront les affiches des deux demi-finales de la Coupe de Belgique Messieurs. En vérité, on en connaît déjà virtuellement deux étant donné que les équipes de Lindemans Alost et de Greenyard Maaseik ont déjà mis tous les atouts de leur côté en s’en allant battre sur leur terrain la semaine dernière les équipes qu’elles affronteront demain soir, à savoir respectivement Hemiksem et VBC Waremme.

Pour ce qui est des deux autres rencontres, Decospan Menin – Haasrode Louvain et Knack Roulers – Tectum Achel, il en va tout autrement même si elles se présentent avec les mêmes ingrédients de base. Dans les deux cas, les équipes visitées, qui ont été battues en quatre sets mercredi dernier, se doivent de l’emporter en moins de quatre sets pour avoir le droit de disputer le set qui tue, le fameux golden set qui se joue comme un tie-break.

Qui sortira victorieux de ces deux rencontres qui se présentent pleines de suspense ? La première question qui se pose est de savoir si le recours au golden set sera nécessaire ou non . Dans l’éventualité où la partie serait ainsi pliée avant ce fameux « do or die », j’oserais avancer, ne fut-ce que pour le fun, que Haasrode Louvain pourrait bien être la formation qui se trouvera dans ce cas.

Dans l’autre éventualité, l’incertitude sera la plus grande au moment du premier coup de sifflet de ces tie-breaks même si le fait de jouer « at home » ne manquera pas de constituer un avantage qui pourrait s’avérer finalement déterminant alors en faveur des joueurs de Decospan Menin d’une part et des tenants de la Coupe, Knack Roulers, d’autre part.

Wait and see …

Absolut Sport Absolut Volley

Knack Roulers gagne les deux premiers sets et ensuite le tie-break face à Maaseik

 

 

 

Après un début de partie où les locaux prennent le large jusqu’à compter 6 points d’avance à 11-5, les Flandriens commencent à trouver leurs marques et reviennent à 11-8. Sous l’impulsion de Maan , de Baetens et de Grozdanov, les Limbourgeois prennent les échanges suivants à leur compte et creusent à nouveau un bel écart, 16-9. A partir de ce moment, Verhanneman sort de sa coquille et, bien aidé par Fasteland, il ramène son team à l’égalité 20-20. Maaseik se maintient en tête du marquoir mais ne donne plus la même impression d’aisance qu’au début du match. A 24-23, le coach de l’année, J.Banks, commet à nouveau l’erreur de faire appel à Van Heyst pour cette première balle de set et, comme d’habitude, ce dernier met son service dans le filet. Par la suite, les locaux ont encore 5 balles de set mais, commettant encore 2 fautes au service, ne peuvent conclure. Comme Cox n’est pas aussi efficace que de coutume, ce qui devait arriver arriva. Grâce à Fasteland, Knack Roulers fait 33-34 avant de conclure 33-35.

Le début de la deuxième manche voit les visités se porter au commandement et prendre trois points d’avance à 9-6. Les Flandriens reviennent dans le parcours 12-12 avant de concéder de nouveau un écart de 3 points, 15-12. Knack reste tenace et, sous l’impulsion de Verhanneman qui se montre très efficace, refait cet handicap avant de prendre l’avance à son tour grâce à un ace de Tuerlinckx et à une nouvelle faute de Cox qui n’est pas bien dans ses souliers ce mercredi: 15-17. Avec Maan et Grozdanov en évidence, Maaseik égalise à 21-21. Joël Banks fait alors à nouveau appel à un jeunot, Peeters, pour livrer et il rate. Il ne sera pas le seul à être dans le cas car, entre 19-18 et 23-23, ils furent quatre dans l’équipe limbourgeois à rater leur service!!! Les locaux repoussaient bien deux balles de set mais Maan commettait une faute à 25-26 et permettait ainsi à Knack Roulers de se positionner idéalement pour la suite de la partie.

Malgré un service raté de Grozdanov pour entamer le troisième set, Maan et ses équipiers se ruent à l’assaut de leurs adversaires et additionnent les points les uns après les autres : 5-1, 7-3. Cox semble avoir repris des couleurs et le moteur limbourgeois tourne à meilleur régime: 11-5, 15-8. A 17-10, Knack Roulers marque alors 3 points d’affilée. Le scénario des deux sets précédents va-t-il se répéter ? Non car Maan par deux fois et Cox ensuite s’imposent au filet: 20-13. Les Limbourgeois commettent moins d’erreurs et cela se traduit au marquoir par un 25-17 qui permet aux locaux de rester dans le match et de continuer à croire en leurs chances de remporter le titre ce mercredi.

Le début de la quatrième manche est très équilibré. Maaseik compte bien un ou deux points d’avance 5-3, 7-5 mais Roulers ne lâche rien: 7-8. Cox connaît à ce moment-là une belle période et signe trois points qui valent aux Limbourgeois de mener 10-8. Les deux teams rivalisent d’efficacité et il en résulte un grand partage de points : 13-11 mais Tuerlinckx se fait de plus en plus intenable au filet et ramène les siens à l’égalité : 14-14, 16-16. Maaseik prend bien de ci de là un avantage de 2 points mais ne peut empêcher les visiteurs de revenir à leur hauteur et même de prendre l’avance 21-22 grâce à un ace de Fasteland. A 22-23, avec Grozdanov et Cox en évidence, Maaseik reprend l’avantage avant de faire 25-23. Le match va donc se jouer dans le tie-break. Et peut-être le titre aussi donc.

Les Limbourgeois entament ce cinquième set sur les chapeaux de roue. Grozdanov se distingue au service avec deux aces à son actif et Cox avec deux attaques au sien : 5-1. Mais les Flandriens sont superbes de volonté et de sang-froid. Et, parmi eux, Tuerlinckx montre l’exemple en grand capitaine qu’il est. De fait, il va éclabousser de sa classe toute cette tranche de tie-break en marquant pas moins de 7 points pour les siens de 6-4 à 11-13. Baetens ramène bien le score à 12-13 mais Verhanneman que l’on avait moins vu depuis la fin du deuxième set met le team flandrien en “winning position”. Ce qu’il fait d’ailleurs sur une belle action d’un Fasteland qui aura été l’auteur d’une très belle prestation.

Le titre se jouera donc samedi prochain à Roulers mais, même si le team de Roulers mérite sa victoire pour s’être montré beaucoup plus régulier et autrement plus ardent qu’il ne l’avait été mercredi dernier, les supporters de Maaseik ne manqueront pas de se dire que leur équipe a sans doute raté l’occasion de rafler la mise, tant ce mercredi que mercredi passé, par la faute d’un trop grand nombre de services ratés dans les moments décisifs de ces deux rencontres. Ainsi va le volley ….

Absolut Sport Absolut Volley

Confirmation ou revanche ?

Greenyard Maaseik a, samedi dernier, frappé un grand coup au moral de l’équipe de Knack Roulers en s’imposant à elle sur ses terres. Ce coup est d’autant plus rude qu’il a été porté à l’issue d’un scenario de jeu comme on n’en rencontre que très peu souvent.

Je ne vais pas refaire ici le film de cette fin de duel mais simplement resituer le contexte. Les deux équipes sont à égalité dans les sets et, dans le tie-break, les Flandriens mènent 11-5. Plus grand monde dans la salle et sur le terrain ne doute que l’équipe locale va l’emporter. Or, l’impensable s’est produit. C’est ainsi que les Limbourgeois revinrent dans le dos de leurs adversaires, sauvèrent trois balles de match avant de prendre le commandement des opérations à 16-17 et de gagner finalement 18-20 à leur troisième balle de match. Fabuleux.

Ce mercredi à partir de 20h30, les Limbourgeois partiront avec l’avantage d’avoir un moral gonflé à bloc après avoir réalisé pareil exploit. Cela signifie-t-il qu’ils ont déjà partie gagnée ?

Ô sûr que non car les Flandriens viendront à Maaseik avec la ferme détermination de laver cet échec et de revenir à hauteur de leurs adversaires du jour – je suis tenté d’écrire de toujours tant cela fait déjà un tellement grand nombre d’années qu’ils se trouvent opposés avec le gain du titre national pour enjeu – au niveau des victoires acquises dans ce Final 2. De fait, ils savent aussi qu’ils doivent l’emporter car, dans le cas contraire, les hommes de Joël Banks (qui sera le prochain coach de l’équipe nationale de Finlande durant la prochaine saison internationale), auront alors de bonnes raisons de penser qu’ils seront en excellente position pour reconduire leur titre national.

Alors, confirmation ou revanche ? Wait and see….

Absolut Sport Absolut Volley

Axis Guibertin et Amigos Zoersel s’imposent en 5 sets, suspense total

La deuxième journée du qualification round a livré son verdict. Pour ce qui concerne l’accès au Final A, celui qui se jouera entre les quatre meilleures formations avec pour enjeu l’accès au Final 2, les noms sont connus. Lindemans Alost et Par-Ky Menin n’ont pas tremblé et ont confirmé le succès qu’ils avaient remporté samedi dernier face respectivement à Caruur Gand et à Tectum Achel.

Quant aux deux autres rencontres, celles qui étaient déterminantes pour savoir qui allaient rejoindre le Final 4 B ou, plus encore, qui allaient être amenés à devoir disputer le Playdown, elles ont été, toutes deux, à la limite des cinq sets et ont vu la victoire des équipes qui avaient perdu lors de la première manche. Cela signifie en clair que Axis Guibertin a pris le meilleur sur le VBC Waremme sur son terrain (21/25 25/20 20/25 25/23 12/15) et que, dans ses installations, Amigos Zoersel a fait de même contre Haasrode Louvain après avoir été mené deux sets à zéro (17/25 23/25 25/18 25/19 15/11)

Nous aurons donc droit dimanche à deux nouvelles rencontres qui seront cette fois absolument décisives pour savoir qui de VBC Waremme et de Axis Guibertn d’une part et qui de Amigos Zoersel et de Haasrode Louvain d’autre part seront versés soit dans le Final 4 B soit dans le Playdown avec, dans ce cas, le maintien au plus haut niveau de la compétition nationale pour enjeu.

La pilule doit être grosse à avaler pour Haasrode Louvain et pour le VBC Waremme qui doivent se dire combien il est regrettable que la Fédération belge ne croit pas utile d’adopter pour son championnat principal les mêmes règles que celles qui prévalent au niveau international, que ce soit au niveau de la FIVB ou à celui de la CEV. En effet, dans le cadre de ces compétitions qui ont pourtant des enjeux encore bien plus importants que celui de notre championnat, la règle est que, quand plusieurs équipes se rencontrent en aller et retour dans une même poule, le premier critère de classement est le nombre de victoires et, quand il s’agit d’une confrontation en aller et retour entre deux équipes, le premier critère est toujours le nombre de victoires et, en cas d’égalité sur ce plan, le deuxième critère pris en considération est le nombre de points enlevés en fonction du score des deux parties.

Chez nous, tout se fait à l’envers. Dans le cadre de la phase classique, le premier critère est le nombre de points (ce qui explique que Waremme, qui comptait pourtant plus de victoires que Tectum Achel, ne s’est pas retrouvé parmi les six premiers classés comme j’ai déjà eu l’occasion de vous l’expliquer) tandis que, dans le qualification round, le premier critère est le nombre de victoires et non les points (ce qui explique que Waremme se trouve à même hauteur qu’Axis Guibertin alors que les Liégeois ont, de fait, quatre points contre deux aux Brabançons à l’issue de leurs deux confrontations dans ce qualification round).

Cela étant, nous sommes en Belgique et chacun sait que nous sommes le pays du surréalisme. C’est pourquoi, puisque telles sont nos règles, il y a lieu de composer avec celles-ci et d’attendre donc les verdicts de dimanche en se disant que, pour ce qui concerne les deux clubs wallons, il est sans doute bien quand même qu’il y ait une belle car autant le VBC Waremme avait mérité de l’emporter dimanche face à Axis Guibertin autant les Brabançons ont montré ce mercredi plus de maîtrise de jeu et de self-control que les Liégeois qui donnent cette fâcheuse impression de ne pouvoir être présents lors des grands rendez-vous.

Absolut Sport Absolut Volley

Le VBC Waremme enlève le derby wallon

Il n’y avait pas grande foule dans les gradins du Pôle Ballon de Waremme pour assister au derby wallon entre les deux meilleures équipes masculines francophones de l’EuroMillions Volley League.

C’est dommage car les absents n’ont donc pas eu l’occasion d’assister à une rencontre qui, à défaut d’être passionnante parce que par trop dominée par l’équipe locale, fut intéressante à suivre pour plus d’un motif.

Le premier tient au fait que la rencontre fut, en dépit de la netteté du succès du VBC Waremme (25-19/25-23/25-18), d’un  bon niveau technique, les points gagnés résultant bien davantage de phases bien conduites et bien finalisées que de ratés directs ou d’échanges mal conclus.

Le deuxième élément qu’il convient de dégager de cette partie est la belle constance affichée pendant celle-ci par la formation liégeoise qui, de fait, n’a connu qu’un seul moment de baisse régime. Cela se produisit au début de la deuxième manche quand, après avoir enlevé le premier set sur la marque de 25-19, elle commit beaucoup d’erreurs et se trouva menée 6-12. Très vite cependant, elle retrouva ses bonnes réceptions et refit rapidement la plus grosse partie de son retard, 12-13, avant de passer en tête à 18-17. La formation d’ Axis Guibertin s’accrocha et, menée 23-20, parvint même à rétablir l’égalité. Philippe Barca Cysique demanda alors un time-out et, deux échanges plus tard, les Liégeois prenaient cette manche à leur compte. Le match était joué car les joueurs locaux démarraient en force dans le set suivant, et ce, au point de compter assez vite jusqu’à 9 points d’avance. Ils l’emportaient finalement 25-18 et enlevaient de la sorte tout l’enjeu de ce match, c’est-à-dire trois points très précieux qui leur permettent de laisser la dernière place du classement à leurs adversaires du jour et de se hisser à la huitième place.

Comme le score l’indique, les amateurs de suspense n’auront donc pas eu l’occasion de beaucoup vibrer pendant le match mais, par contre, celles et ceux qui sont férus de tactique auront eu du beurre à mettre sur leurs tartines. En effet, il leur a été donné l’occasion d’apprécier la grande minutie mise par le duo Barca Cysique – Servotte pour “préparer” ce derby, c’est-à-dire pour placer au mieux ses hommes sur le terrain et, surtout, pour les faire jouer en fonction de schémas les mettant dans les meilleures situations de faire le point. Il ne suffit cependant pas de bien penser un match, il faut encore bien le jouer. Ce que firent Coosemans et ses équipiers à la différence de Godart et des siens qui, de leur côté, ne parvinrent que trop insuffisamment à trouver une liaison créatrice, ou du moins performante, entre le domaine de la réception et celui de l’attaque.

Bravo aux joueurs liégeois et à leurs “traceurs de chemins”. Ils sont sur la bonne voie s’ils continuent à s’améliorer comme ils en ont fait la démonstration ce dimanche par rapport à leur match disputé à Waremme contre Haasrode Leuven.

EUROMILLIONS VOLLEY LEAGUE

Samedi 3 novembre 2018

Greenyard Maaseik – Tectum Achel : 25-17/25-14/25-                                                               Amigos Zoersel – Lindemans Alost : 26-28/25-23/10-25/23-25                                              Caruur Gent – Haasrode Leuven : 25-21/21-25/16-25/25-23/15-9

Dimanche 4 novembre 2018

VBC Waremme – Axis Guibertin : 25-19/25-23/25-18                                                             Knack Roeselare – Par Ky Menen : 25-21/25-17/25-21

LIGUE A DAMES

Samedi 3 novembre 2018

Asterix AVO – Sedisol Farciennes : 3-0 (25-11/25-14/25-12)                                                  Modal Charleroi – Hermes Ostende : 0-3 (17-25/23-25/17-25)

Dimanche 4 novembre 2018

Lendelede – Jaraco As : 3-0 (25-22/25-22/25-20)                                                                            VC Oudegem – VDK Gent : 2-3 (25-23/21-25/12-25/25-22/12-15)                                                  Saturnus Michelbeke – Datovoc Tongeren : 0-3 (15-25/21-25/15-25)                                    Thuismakers Antwerp – Amigos Zoersel : 3-2 (22-25/25-20/20-25/25-21/15-11)

Absolut Sport Absolut Volley

Une finale Italie – Serbie à Yokohama

 

C’est à une finale 100% européenne que le public de Yokohama aura l’occasion, et le plaisir, d’assister demain pour connaître qui succédera aux Etats-Unis au palmarès des championnats du monde féminins.

En effet, si la demi-finale qui opposait la Serbie et les Pays-Bas ne pouvait désigner qu’une équipe du Vieux Continent pour cette finale, l’Italie a, dans l’autre demi-finale, pris le meilleur sur la Chine et a ainsi donné à la finale cette coloration européenne qui indique à quel point les formations de la Confédération Européenne occupent (à nouveau) une très grande place sur la scène mondiale.

Dans les deux rencontres, les équipes victorieuses ont enlevé le premier set, sur le score de 25-22 pour les Serbes et de manière plus nette pour les Italiennes, 18-25. Dans les deux cas également, les deux autres équipes parvinrent à rétablir l’égalité. De manière étroite pour les Hollandaises, 26-28, et sur la marque de 25-21 pour les Chinoises. Dans la troisième manche, Rasic et ses équipières l’emportèrent 25-19 tandis que les Italiennes, emmenées par une Egonu qui faisait souvent la différence, rentraient une très belle carte, 16-25. Les quatrièmes sets des deux matches furent particulièrement disputés. Tandis que les Hollandaises baissaient pavillon sur le score de 25-23 et voyaient filer là l’espoir de participer à leur première finale de championnat du monde, les Chinoises parvenaient à rester dans le match en s’imposant au bout d’une bataille de balles de set et de balles de match, 31-29. Dans le tie-break, il fallut attendre la fin de la fin de cet épique suspense pour savoir de quel côté la pièce allait tomber. Les Italiennes menèrent 12-14 mais les Chinoises revinrent à 14-14. Egonu fit alors 14-15 mais rata la balle suivante. Par contre, elle scora ensuite à deux reprises  encore et c’est ainsi que la pièce tomba du côté de l’équipe qui avait marqué le plus de points sur l’ensemble de la partie et qui, grâce à Egonu, à Myriam Sylla et à Danesi essentiellement, s’était montrée la plus performante en attaque (80 smashes victorieux contre 60).

Les championnes olympiques ont été battues ce jour par plus fortes qu’elles mais, vu le jeune âge de la plupart des joueuses chinoises qui étaient sur le terrain, il est à penser qu’ellles seront bien armées pour défendre leur titre au Japon dans deux ans.

Demain, ce sera donc la grande finale. Qui l’emportera ? La force d’ensemble et la plus grande fraîcheur de l’équipe serbe ou l’extraordinaire puissance de feu et l’hyper motivation de la squadra azzura ? Faites vos jeux, la roue des Championnats du monde féminins va bientôt cesser de tourner.

Absolut Sport Absolut Volley

Fantastique, nos Young Red Dragons joueront la demi-finale des CE des U20 contre les Tchecs

Pour bien saisir l’enjeu de cette partie qui a opposé la Belgique à la Russie, il convient de savoir que nos Young Red Dragons devaient seulement remporter deux sets pour être certains de terminer leur poule en première position et que les Russes se devaient de l’emporter pour être certains de se qualifier d’une part et de l’emporter en trois ou quatre sets pour terminer premiers de la poule d’autre part.

Les enjeux étaient donc bien différents tant les nôtres étaient déjà assurés de se retrouver dans le carré final depuis que les Italiens avaient battu les Polonais en quatre sets dans le courant de l’après-midi et tant ce match représentait une question d’honneur pour les Russes qui savaient que tout dépendait de leur prestation s’ils voulaient se retrouver dans le carré d’as lors de la phase finale de ces championnats d’Europe U20.

Les Russes étaient donc, bien normalement d’ailleurs, plus que motivés à l’entame de la partie et cela se vérifia dès les premiers échanges. Les Russes prenaient une belle avance 2-7 avant que nos jeunes boys ne se mettent à sortir les premières flèches de leur carquois. Les nôtres revenaient à hauteur de leurs adversaires à 15-15 mais ils ne pouvaient empêcher ceux-ci, plus efficaces au service et un rien plus puissants en attaque, de reprendre l’avantage, 15-16/17-21. A 18-21, les Russes ajoutaient deux points supplémentaires à leur actif, 18-23, et faisaient finalement 20-25.

Le deuxième set fut encore plus disputé et vit le plus souvent les nôtres mener au marquoir. Marquant beaucoup de leurs points au service dans cette manche, ils donnaient même l’impression de pouvoir rétablir l’égalité au niveau des sets quand ils menaient 19-16. Les Russes ne lâchaient rien et, pouvant compter sur une grosse force de frappe, ils revenaient vite à 19-19. A 21-21, ils marquaient trois points d’affilée avant de conclure à leur deuxième balle de set: 22-25.

Pour aborder la troisième manche, Kris Eyckmans procédait à deux changements: Van Hoeweghen cédait sa place à Brems à la passe tandis que Jome Vandamme remplaçait Mathijs Desmet à l’attaque. La partie resta très équilibrée. Au deuxième TO technique, les Russes menaient 14-16 mais rien ne permettait de dire que le match allait bientôt se terminer tant, pour des motifs différents, tous les joueurs mettaient tout leur coeur dans la bataille. Nos Young Dragons revenaient à hauteur des hommes de Andrey Nozdrin et prenaient même l’avance à 21-20. Avant d’accentuer celle-ci, 23-20. Les Russes répliquaient : 23-21, les Belges se  gagnaient une première balle de set, 24-21. Les Russes réduisaient l’écart, 24-22, mais ne pouvaient empêcher nos boys d’enlever ce set : 25-22. Le match gagnait du coup un peu plus encore en intensité.

Vanneste et ses équipiers étaient-ils lancés? Ils prenaient en tout cas le commandement des opérations: 5-2 mais les Russes s’accrochaient car ils sentaient que le match pouvait basculer à leur désavantage s’ils n’y prenaient garde et faisaient passer le marquoir de 7-5 à 7-8. Les Belges ne se laissaient pas intimider : 9-8. Les Russes non plus, 10-12. Le marquoir donnait le tournis à force de ne savoir de quel côté aller: 12-12. A ce moment-là, les Russes connurent une belle période de jeu et se détachaient: 12-16. Les Belges stabilisaient bien l’écart mais ne mais ne pouvaient empêcher les Russes d’avancer : 17-21 jusqu’au moment où ils faisaient 20-21.Le match gagnait encore en intensité et les points se partageaient 21-22. Les Russes se battaient comme si le sort de leur vie en dépendait: 21-24. Nos Dragons sauvaient une première balle de match,: 22-24. Une deuxième : 23-24 mais ne pouvaient rien sur la troisième: 23-25. Les Russes avaient partie gagnée et qualification pour le carré d’as assurée. Les nôtres avaient montré qu’ils étaient bien de la graine des très grands joueurs.

Encore mille félicitations à eux qui, lors des demi-finales qui se joueront samedi, affronteront donc les joueurs de la République tchèque, vainqueurs de la poule A devant les Pays-Bas. Avec ce que nos boys ont montré à Courtrai, tout est possible. C’est bien pourquoi ils peuvent aborder ce match contre les Tchecs sans aucun complexe et avec le soutien de toute la famille du volley-ball belge.

 

 

Absolut Sport Absolut Volley

Tout tout tout sur Nanjing, Varsovie et Genk….

 

Les verdicts sont tombés aussi bien à Nanjing qu’à Varsovie. En Chine, c’est l’équipe des Etats-Unis qui a enlevé la première place de la première édition de la Volley Nations League Dames. Ce n’est que justice. L’équipe de Karch Kiraly a, en effet, terminé la phase préliminaire à la première place après avoir enleevé 13 des 15 matches qu’elle avait disputés, elle a aussi remporté la poule B de la phase finale de la compétition après avoir battu la Serbie en trois sets et la Turquie en cinq sets. Lors de la demi-finale, elle s’est imposée à la Chine en quatre sets et, lors de la finale, elle a, à nouveau pris le meilleur sur la Turquie en cinq sets. Dans ce match, la Turquie fit très belle impression pendant les trois premières manches. Elle avait remporté la première de manière très autoritaire 25-17 avant que Karch Kiraly ne fasse entrer au jeu Kimberly Hill qu’il n’avait plus guère sollicitée ces derniers temps. Les Américaines égalisèrent, 22-25, mais ne purent empêcher Meryem Boz, Eda Erden Dündar et leurs équipières de reprendre l’avance au niveau des sets remportés, 28-26.

Emmenées précisément par Kimberly Hill et Michelle Bartsch-Hackley (qui a abattu un énorme boulot tout au long de la compétition), les joueuses US sortirent alors le grand jeu en attaque (63 smashes victorieux contre 54 aux Turques qui ont par ailleurs fait jeu égal avec les Américaines dans les autres compartiments de jeu) et firent cette différence (15-25/7-15) qui leur rapporta la victoire et le sentiment du devoir bien accompli dans cette compétition qu’elles ont traitée avec l’envie de gagner et d’impressionner leurs adversaires au plan psychologique avant les Championnats du Monde qui auront lieu d’ici peu de temps. Pour la troisième place, les joueuses chinoises de Lang Ping, avec Zhu Ting à la pointe de l’attaque (20 points), n’ont pas mis plus de trois sets pour battre les Brésiliennes (25-18/25-22/25-22). La coach chinoise, qui était dénommée “The Hammer” quand elle jouait dans l’équipe nationale, a dû se montrer très satisfaite de la belle prestation de la jeune opposite Li Yingying (18 ans) qui a inscrit 14 points à son actif.

A Varsovie, dans le cadre du tournoi 4 étoiles du World Tour,  la finale féminine a été remportée par la paire canadienne Bansley-Wilkerson qui a pris le meilleur sur le team allemand Laboureur – Sude en deux sets (21-17/21-17) tandis que les médailles de bronze sont revenues aux Brésiliennes Agatha-Dude qui ont battu les Américaines Hochevar – Claes en deux sets également, 21-17/21-18.

Chez les hommes, la troisième place du podium a été occupée par le duo letton Smedins – Samoilovs qui s’était imposé d’extrême justesse face aux Hollandais Brouwer – Meeuwsen en trois sets: 18/21/21-18/ 15-17. La finale, qui opposait les Polonais Kantor-Losiak aux Brésiliens Vitor Felipe – Evandro alla également aux trois sets. La première manche vit les deux équipes avoir à plusieurs reprises l’occasion de l’empocher mais ce fut finalement les Brésiliens qui parvinrent à s’imposer: 27-29 ! Dans le début du set suivant, les deux équipes restèrent botte à botte jusqu’au moment où les Polonais creusèrent un bel écart: 9-5. Les Brésiliens s’accrochèrent bien pendant quelques échanges mais n’insistèrent plus quand l’écart dépassa les 5 points. Les Polonais filèrent ainsi assez aisément vers l’égalisation dans les sets : 21-13. Ils continuaient sur leur lancée dans le début du tie-break et se ménageaient de suite un bel avantage de 3 poinrs à 4-1 et de 4 points à 6-2. A 10-5, on pouvait penser que la cause était entendue. Elle le fut mais les Brésiliens créaient  néanmoins le suspense en ramenant le score de 10-5 à 10-8 et de 12-9 à 12-11. Les échanges étaient somptueux, les deux équipes réalisant des prouesses en défense. Kantor et Losiak avaient cependant pris l’avantage et surent le conserver en faisant preuve de beaucoup de maîtrise dans les derniers moments de cette très belle finale: 15-12.

Dans le cadre du championnat de Belgique de beachvolley, c’est à Genk que la caravane avait planté son chapiteau ce week-end.

Chez les dames, les jeunes Van den Vonder – Cools avaient fait le plus dur après avoir pris, sur le score de 21-18/21-10, le meilleur sur la paire De Beule – Coolman en demi-finale et après avoir enlevé aisément la première manche de la finale sur le score de 21-14. Elles semblaient parties pour remporter leur troisième succès de la saison mais les deux soeurs Ruysschaert ne l’entendirent pas ainisi. Non seulement, celles-ci renversèrent la situation en rétablissant l’égalité au niveau des sets, 16-21, mais firent mieux encore puisqu’elles s’imposèrent dans le tie-break en signant un 10-15 qui leur permettait de monter sur la première marche du podium. Et d’enlever leur troisième victoire du présent championnat.

Chez les Messieurs, c’est la paire Colson – Deroey qui l’a emporté en deux sets face aux vainqueurs du tournoi de Bruxelles, Douwen -Urnaut: 21-19/21-15. Martijn et Dennis, qui avaient également triomphé des frères Vandecaveye en demi-finales, apparaissent bien de plus en plus comme étant les joueurs qui, lorsque Dries Koekelkoren et Tom van Walle ne sont pas de la partie comme c’était le cas ce week-end, sont les plus sérieux candidats pour tenir le plus régulièrement les premiers rôles de la compétition.

Absolut Sport Absolut Volley

Les Red Dragons dominent les Estoniens

On le sait, nos Red Dragons se devaient de l’emporter en moins de cinq sets ce dimanche contre l’Estonie s’ils voulaient conserver encore quelques chances de terminer en première position, mercredi prochain, la poule A dans laquelle ils se trouvent versés et d’accéder ainsi au Final 4 de la Golden European League. Nos joueurs, conduits pas Sam Deroo, ont fait le boulot et ont signé un beau succès acquis en trois sets secs.

Le premier set fut très âprement disputé. Les Estoniens prirent un excellent départ et se trouvèrent ainsi pendant tout un temps devant nos boys au marquoir: 2-4, 7-8, 7-10. Ils ne comptèrent jamais plus de trois points d’avance car nos Dragons se montraient de plus en plus précis en réception et efficaces en attaque. Ils rétablissaient l’égalité à 15-15 mais ne prenaient réallement le commandement des opérations qu’à partir de 20-19. Ils creusaient un peu plus l’écart à22-20 et se ménageaient deux balles de set à 24-22. Les Estoniens revenaient à 24-24, sauvaient une nouvelle balle de set à 25-24 et filaient à 25-26. C’était au tour des joueurs d’Anastasi de faire la bascule et de se mettre en bonne position: 27-26. Le suspense monta d’un cran encore: 27-27 mais le set revint finalement aux nôtres quand ils firent 29-27.

Le plus dur avait été réalisé. La suite du match tourna en effet plus nettement à l’avantage de nos compatriotes. Ceux-ci menaient 8-3 au premier TO technique de la deuxième manche et, avec De Beul, Grobelny et Van de Velde souvent en vedette à l’attaque et un excellent Stuer au poste de libéro, géraient bien la suite du set même si les Estoniens faisaient des pieds et des mains, et commettaient même quelques attaques out, pour tenter de recoler au marquoir: 25-19. La troisième manche fut du même tonneau que la deuxième en dépit du fait que le coach estonien procéda bien, à son entame, à trois changements. Les Red Dragons ne lâchaient rien et, de manière linéaire (8-5, 16-11), franchissaient le poteau d’arrivée avec un bel avantage de 6 points: 25-19.

De la sorte, ils rejoignent les Estoniens au classement pour ce qui concerne le nombre de victoires (4 tous deux) mais comptent un point de moins, celui perdu à Alost contre les Slovaques, que leurs adversaires du jour. Mercredi prochain, les Estoniens joueront à domicile contre les Slovaques tandis que nos compatriotes affronteront, à Courtrai (encore et toujours), les Suédois. Pour que Sam Deroo et ses équipiers se retrouvent dans le Final 4 de la Golden European League, deux conditions s’imposent. Ils devront s’imposer en moins de 5 sets contre les Suédois et espérer que les Slovaques réussissent à enlever pour le moins deux sets aux Estoniens. Comme on le voit, la route est étroite pour les nôtres mais elle n’est pas obstruée pour autant 😉

Absolut Sport Absolut Volley