Annulation des tournois prévus au mois d’août

Vous trouverez ci-après le communiqué relatif à la position de Volley Belgium et de ses deux entités, la FVWB et Volley Vlaanderen, au sujet des dispositions à respecter au cours des prochaines semaines en matière d’activités de volley-ball. Pour l’heure, le communiqué émane seulement de Volley Vlaanderen alors que, selon ce qui avait été rapporté, cette communication devait se faire en même temps dans les deux langues. A l’évidence, il est bien des personnes qui ont encore du mal à considérer le partenaire francophone comme faisant toujours bien partie de l’équipage de Volley Belgium.

Comme il est permis de le constater, cette attitude qui devrait être commune aux trois parties constituant le socle même de notre fédération est sans équivoque possible : pas de tournois et de matches d’entraînement autorisés pendant le mois d’août, entraînements possibles comme prévu dans les protocoles arrêtés par les Autorités publiques et report du début des compétitions, y compris les matches de Coupe de Belgique, au début du mois d’octobre si les conditions sanitaires le permettent.

Voilà donc un ensemble de décisions qui, comme je le laissais entendre hier sur cette même page, placent notre sport sur la même ligne de prudent recul que les autres sports collectifs en matière de positionnement par rapport à la reprise de la propagation du coronavirus dans nos contrées. Une attitude placée assurément sous le signe de Dame sagesse.

Cela étant, c’est aussi dans de pareils moments que l’on aimerait voir la Ministre des Sports de la Fédération Wallonie Bruxelles et ses supports administratifs que sont l’ADEPS et l’AISF venir en aide à toutes celles et tous ceux qui ont fourni de gros efforts et engagé des frais pour la mise sur pied de ces tournois qui sont aujourd’hui supprimés sans rémission de la carte des activités du mois d’août.

Etant donné que, du Fonds d’Urgence qui, d’un montant de 4.000.000 €, avait été mis sur la table au mois de juin pour soutenir Fédérations sportives et autres clubs qui avaient été affectés par l’arrêt des activités sportives en raison du confinement, moins de la moitié de ce « pot » a été finalement alloué tant les conditions posées pour obtenir ce qui avait été présenté comme une réelle poire pour la soif étaient plus que sévères, il y a possibilité d’intervenir.

Celles et ceux qui ont ainsi joué les Pic de la Mirandole de la générosité seraient sans aucun doute bien inspirés de remettre une nouvelle mise sur le tapis et de réviser leurs critères d’octroi à la faveur d’une nouvelle opération de soutien qui s’avère aujourd’hui au moins aussi indispensable que celle qui a été très maladroitement conduite au mois de juin dernier.

Le sport francophone leur en serait très reconnaissant. Affaire à suivre assurément.

Dans l’attente du communiqué FVWB, voici celui qui vient d’être publié sur la page coronavirus@volleyvlaanderen.be

Volley Vlaanderen stelt de competitiestart op seniorenniveau uit !

Naar aanleiding van de verstrenging van de Covid-19 richtlijnen op federaal, provinciaal en gemeentelijk niveau besliste Volley Vlaanderen in samenspraak met Volley Belgium en FVWB (Fédération Volley Wallonie-Bruxelles) op een uitzonderlijke Raad van Bestuur op donderdag 30 juli om een verbod uit te vaardigen op alle oefenwedstrijden en voorbereidingstoernooien gedurende de volledige maand augustus. Deze beslissing geldt zowel op jeugd- als op seniorenniveau.

Om alle clubs én hun spelers en speelsters de mogelijkheid te bieden om een verantwoorde voorbereidingsperiode van minimum vier weken te voorzien, werd beslist om de competitiestart op seniorenniveau uit te stellen tot ten vroegste het weekend van 3 en 4 oktoberOok de bekercompetities zullen niet van start gaan in september en worden eveneens uitgesteld. Volley Vlaanderen en haar jeugdcommissie zal ten laatste op 15 augustus een beslissing nemen over de start van de jeugdcompetitie.

Met betrekking tot de trainingen, die kunnen blijven doorgaan, met respect voor de nationale, provinciale en lokale restricties werden volgende zaken beslist:
Voor meerderjarigen (vanaf 18 jaar) wordt aangeraden om indoor en outdoor te trainen met maximaal 12 spelers, zonder contact en met 1,5 meter afstand.
Voor minderjarigen (jonger dan 18 jaar) vallen bovenstaande restricties weg, behalve in de provincie Antwerpen, waar de afstandsregel wel van kracht blijft.
Alle begeleiders van deze trainingen dienen zowel voor, tijdens en na de activiteit een mondmasker te dragen.

Specifiek in de provincie Antwerpen dient er rekening gehouden te worden met de 1,5m regel bij activiteiten die per voorkeur buiten plaatsvinden. Bij minderjarigen blijft dit nog steeds met een aantal van maximaal 50 personen, vanaf meerderjarigen werd dit echter sterk teruggeschroefd naar 10 personen (inclusief trainer). Neem ook hier contact op met de sportdienst van jouw gemeente voor de lokale richtlijnen in dat verband.

Volley Vlaanderen benadrukt nog steeds het belang van veilig sporten en raadt alle leden en clubs aan om gedurende deze periode te focussen op beachvolleybal en sportbeoefening in de buitenlucht. Daarom wordt er door de federatie benadrukt dat het zeer belangrijk is dat de begeleiding van de teams (trainers, kinesisten, scouting,…) een mondmasker draagt tijdens deze activiteiten en geen fysiek contact heeft met de atleten.

Absolut Santé Absolut Sport Absolut Volley

La recrudescence du coronavirus et ses impacts

Comme chacun pu l’apprendre, la propagation du coronavirus a eu tendance à connaître, au cours de ces derniers jours, une certaine recrudescence. La hausse du nombre de personnes contaminées par le Covid-19 n’a dès lors pas manqué d’alerter les Autorités et tout qui s’occupent en général de la santé de la population.

C’est ainsi que, ce jeudi 23 juillet, les Autorités siégeant au sein du Conseil National de Sécurité ont été amenées à postposer l’entrée en vigueur de la phase 5 du plan de déconfinement qui était prévue pour le 1er août d’une part et à réviser, c’est-à-dire à renforcer, certaines des mesures qui faisaient partie de la phase 4 d’autre part.

La principale des mesures ainsi “ajustées” porte sur le port du masque qui est rendu obligatoire dans les espaces publics et sur l’obligation qu’auront les restaurateurs à tenir une liste de leurs client(e)s pour faciliter la tâche de celles et de ceux qui ont à opérer dans le cadre du “tracing” pour retrouver la trace de tout qui a été en contact avec des personnes contaminées.

Pour le monde sportif, le stop mis à la phase 5 et l’obligation du port du masque dans les lieux publics, c’est-à-dire aussi dans les couloirs des halls sportifs par exemple, constituent un sérieux avertissement dans la mesure où cela signifie que la mise sur pied de rencontres amicales et ou de tournois sera rendue plus contraignante que cela n’était envisagé au moment où les phases de déconfinement, qui allaient vers un retour à la pratique sportive telle qu’on la connaissait avant la mi-mars, se suivaient les unes après les autres. Il y a là un coup d’arrêt qui donne à penser qu’il y a lieu de prendre très au sérieux cette remontée des chiffres de contamination et à respecter au mieux les mesures qui s’imposent à toutes et tous. Et ce dans tous les domaines.

Le monde sportif n’échappe évidemment pas à ce renforcement des règles. A cet égard, les clubs sportifs qui ont programmé la mise sur pied de tournois au cours du mois d’août sont ceux qui se trouvent en première ligne en matière de “mise en cadre” de tout ce qu’il convient de prévoir comme mesures sanitaires à appliquer. Vérité est de reconnaître que leur tâche n’est pas simple tant l’information officielle n’est pas toujours très précise, quand elle existe.

Pour l’heure, Volley Belgium n’a pas encore fait parvenir aux entités qui la composent un protocole qui reprend toutes les règles à suivre pour qui veut organiser soit un stage, soit un tournoi ou une rencontre amicale. Aux dernières nouvelles, cela devrait venir.

Dans l’attente, il y a les protocoles qui ont été réalisés par l’ADEPS et l’AISF qui sont, comme j’ai déjà eu l’occasion de vous l’expliquer, les relais de la Ministre des Sports en Fédération Wallonie Bruxelles. Ils reprennent fidèlement tout ce qui, pour l’heure, est à faire et à faire respecter par celles et ceux qui, si rien ne vient assombrir le tableau d’ici là, endosseront les habits d’organisateurs d’activités sportives au cours du mois de ce prochain mois d’août.

C’est pourquoi, en adressant grand message de sympathie et en guise d’encouragement à toutes ces “mains précieuses”, je reprends ci-après les protocoles qui leur serviront de précieux guide dans leurs préparatifs et lors de leur(s) organisation(s) à venir. Et ce, en sachant que les Bourgmestres sont désormais habilités à prendre des mesures supplémentaires ou toute autre décision qu’ils/elles estimeraient d’utilité publique.

Absolut Culture Absolut Politique Absolut Sport Absolut Volley

Trois équipes belges dans la CEV Men Champions League 2021

Comme l’on sait, la Fédération Belge de Volley-Ball a, depuis quelques années déjà, toujours reçu de la Confédération Européenne de Volley-Ball deux tickets, voire même trois parfois, donnant accès à la Champions League Messieurs. Autrement dit, les deux équipes qui terminaient aux deux premières places d’un championnat étaient directement qualifiées pour la principale des compétitions européennes pour clubs qui avait lieu la saison suivante. Et, mieux encore, elles étaient exemptées de participer aux trois premiers tours de qualification puisque, comme 16 autres équipes des grands pays du volley-ball européen masculin (Italie, Russie, Pologne, Allemagne, France, Turquie), elles se trouvaient immédiatement dans le tableau des 5 groupes de quatre équipes appelé, à ce stade des 1/8 de finale, à qualifier les huit équipes pour les ¼ de finale.

Ce processus de participation à la Champions League Messieurs n’a, pour ce qui concerne nos équipe belges, jamais connu d’anicroche. C’est ainsi que, depuis ces temps où la Belgique a deux tickets d’entrée à la Men Champions League, on retrouvait toujours qualifiées les équipes de Maaseik et de Roulers dans l’une des cinq poules des 1/8 de finale de l’épreuve reine de la CEV.

Cette année, il n’en alla pas de même. En effet, étant donné que le championnat de l’EuroMillions Volley League a été interrompu bien avant la fin de son déroulement normal et qu’il fut décidé par les Autorités organisatrices de la compétition qu’il n’y aurait pas d’équipe championne de Belgique 2020, la question se posa de savoir quelles seraient les deux équipes belges qui seraient proposées par la Fédération belge pour prendre part à l’édition de la CEV Men Champions League 2021.

Lindemans Alost et Knack Roulers, qui occupaient, dans cet ordre, les deux premières du classement au moment où il fut mis fin au championnat 2019-2020, ou, de nouveau, Knack Roulers et Greenyard Maaseik sur la base des résultats obtenus par ces deux clubs au cours des (nombreuses) dernières années dans le championnat de Belgique ???

Ce fut finalement le Conseil d’Administration de Volley Belgium qui trancha le noeud et qui, ne tenant pas plus compte des résultats des clubs concernés au cours des ces dernières années que du fait que le classement tel qu’il se présentait au moment de l’arrêt de la compétition n’avait aucune espèce de valeur indicatrice dans la mesure où le troisième des quatre tours du championnat 2019-2020 n’avait pas encore été entamé, attribua les deux tickets à Alost et à Roulers.

Maaseik, qui s’estimait grandement lésé par cette décision, avait déjà pris toutes les dispositions utiles pour attaquer cette dernière en justice.

Le club limbourgeois n’aura toutefois pas à le faire car, sans lien aucun avec ce problème épineux, la CEV vient de faire savoir à la Fédération belge que celle-ci avait, grâce aux bons résultats obtenus par les clubs belges au cours des dernières années dans les compétitions européennes, obtenu, comme ce fut le cas il y a deux saisons, un troisième ticket pour la Champions League.

Cependant, ce ticket n’a pas le même poids que les deux autres dans la mesure où cette troisième équipe est certes qualifiée pour prendre part à la Champions League mais elle l’est à partir du premier tour et non du quatrième comme ce sera le cas pour Alost et Roulers.

Greenyard Maaseik allait-il faire la fine bouche et continuer à réclamer de la justice un de ces deux tickets auxquels il aurait pu prétendre en fonction de son riche passé dans l’épreuve européenne ?

Non car, très sportivement, le club limbourgeois a fait savoir qu’il se satisferait de ce troisième ticket et que son équipe serait bien de la partie dès le premier tour de la Champions League qui débutera …à la fin du mois de septembre déjà si les Autorités du pays, de la Communauté flamande et de la Province du Limbourg le permettent bien évidemment alors.

On pourrait évidemment épiloguer longtemps encore à propos de ce dossier mais en vain puisque tout se termine au mieux pour l’image du volley-ball belge qui aura trois équipes dans la Men CEV Champions League 2021 et pour les trois clubs concernés même si Maaseik sera toujours en droit d’estimer que les deux premières désignations faites par la Fédération belge n’ont guère été respectueuses de la place que son équipe occupe dans le palmarès du volley-ball belge.

La morale de cette histoire est sans doute que, à l’avenir, les formations aspirant à jouer le titre ne considéreront plus trop comme galops d’essai, comme celle de Greenyard Maaseik a eu par trop souvent tendance à le faire depuis que Joël Banks est devenu son entraîneur, les rencontres précédant les tours décisifs pour l’accès au Final 2.

On ne peut que s’en réjouir…..

Absolut Sport Absolut Volley

Axis Guibertin en Ligue ou en Nationale 1 ? That’s the question

L’équipe d’Axis Guibertin évoluera-t-elle à partir de septembre prochain dans le championnat de la Ligue ou dans celui de la Nationale 1 qui est la nouvelle dénomination de la compétition connue ces dernières années sous l’intitulé de Ligue B?

La question se pose dans ces termes aujourd’hui encore dans le mesure où rien n’est toujours tranché à ce propos.

On le sait, l’équipe du Brabant Wallon a, durant cette saison 2019-2020, terminé la compétition de la Ligue B en première position. A ce titre, elle est donc munie du passeport permettant d’avoir accès à la Ligue A.

Toutefois, ce sésame n’est pas suffisant pour participer ipso facto à la compétition de l’élite masculine du volley-ball belge. En effet, pour ce faire in concreto, le club de l’équipe qualifiée doit présenter, à la commission dite des licences de l’association des clubs de Ligue A, des documents prouvant que l’équipe respecte les conditions fixées par la direction de ladite association tant en matière de contrats de marketing que d’engagement des joueurs et du staff d’une part et qu’elle ne présente aucun arriéré de créances à l’égard des organes fédéraux et de la Ligue d’autre part.

C’est précisément à cet endroit de la procédure d’inscription de son équipe au championnat de la Ligue A que le club d’Axis Guibertin a vu sa demande de licence être refusée, et ce, pour des motifs qui tiennent pour beaucoup à des faits s’étant produits durant les deux dernières saisons où le club du Président Caprasse évoluait encore au premier des étages de la compétition nationale.

Le club d’Axis Guibertin conteste cette prise de décision et s’est tourné vers les Autorités de Volley Belgium pour en appeler à son arbitrage. De fait, après avoir entendu toutes les parties liées à ce différend, Volley Belgium a pris l’attitude de botter en touche en laissant au club brabançon le soin d’introduire une réclamation auprès de la CBAS qui est la Cour Belge d’Arbitrage pour le Sport.

C’est donc du résultat de la plainte d’Axis Guibertin auprès de cette instance reconnue pour son Autorité et son impartialité dans l’appréciation des cas qui lui sont soumis que dépend donc désormais la participation, ou non, de l’équipe brabançonne à la prochaine compétition de la Ligue A.

Wait and see.

Absolut Sport Absolut Volley Non classé

Les convois de la FVWB sont à présent formés

La Fédération de Volley Wallonie Bruxelles (FVWB) a, sous forme de Conseil d’Administration, tenu réunion ce mardi. A cette occasion, elle a mis bon ordre à son organigramme et a désigné celles et ceux qui se trouveront pour ces prochains mois aux postes de direction de la machine de commandement pour assurer la gestion de notre sport en Communauté française de Belgique.

Suite à la dernière assemblée générale qui a eu lieu le 15 juin dernier à Mont-St-Guibert, trois nouveaux administrateurs faisaient partie de la réunion de ce mardi: Denis Van Bever (Président du Comité provincial du Hainaut), Thierry Biron du comité provincial de Namur et Eric Davaux qui, présenté par l’entité du Brabnt Wallon, avait vu le mandat d’Administrateur dont il était déjà porteur être renouvelé.

De fait, ce mardi, les membres du Conseil d’Administration avaient à désigner qui ferait quoi au sein au sein de la FVWB. Cette manière de procéder pourra apparaître curieuse à celles et ceux qui penseraient que pareille dévolution devrait être du ressort de l’Assemblée générale mais les nouveaux textes résultant de la modification apportée aux statuts de l’ex AIF et de la nouvelle loi sur les asbl veulent qu’il en soit désormais ainsi.

Qu’ont donné les votes qui ont eu lieu de la sorte au sein du groupe des 8 personnes composant le Conseil d’Administration ?

Le titre de Première Vice-Présidente revient à Dominique Reterre tandis que celui de deuxième Vice-Président a été attribué à Denis Van Bever. Le poste de secrétaire est resté aux mains de Anne-Marie Habets et celui de trésorier a été enlevé par Pascal Schmets.

Quant aux deux mandats de représentants de la FVWB au sein du Conseil d’Administration de Volley Belgium, ils sont revenus à Daniel Van Bever pour l’un et, après multiples votes, à Frédéric Vandenbemden pour l’autre, le tout en sachant que les deux autres “tickets” francophones seront portés par Daniel Van Daele, en sa qualité de Président de la FVWB, et par Claude Kriescher, qui a été élu il y a deux ans en tant que Directeur financier par l’Assemblée générale de Volley Belgium.

Ainsi, tous les wagons sont à présent en bonne place sur les rails pour former, espérons-le, les convois qui mèneront le volley-ball francophone sur de meilleures voies et avec de plus grandes ambitions que ceux qui n’ont guère fait avancer la cause du volley-ball dans nos contrées au cours de ces trois dernières années.

Gageons qu’elles et ils feront mieux tant, dans leur ensemble, les points de référence ne seront guère difficiles à dépasser.

Qui ne leur souhaiterait bonne route ?

Absolut Sport Absolut Volley

Les premiers tours de la Coupe de Belgique 2020-2021

Vous trouverez ci-après le programme des matches des premiers tours de la Coupe de Belgique 2020-2021

Vous trouvez le résultat ici.

  • PRE 1 : 19-20 septembre 2020
  • PRE 2 : 29-30 septembre 2020
  • PRE 3 : 13-14 octobre 2020

Ces tours préliminaires sont disputés par les équipes de NAT2 et NAT1.

Le tirage a eu lieu ce mercredi 24 juin à Vilvorde sans qu’aucune annonce n’ait été faite à ce sujet de la part de Volley Belgium qui est l’instance organisatrice de l’épreuve.

D’aucuns s’émeuvent de ce manquement à la lettre même du règlement tandis que d’autres le considèrent comme quantité négligeable. Chacun(e) appréciera.

Le vin étant tiré, il reste à espérer que le second tirage au sort prévu à un stade ultérieur de la compétition sera annoncé comme il se doit et qu’il pourra ainsi constituer un moment de chaleureuses émotions pour tout qui y assistera.

La saison 2020- 2021 est ainsi déjà lancée. Tant mieux.

Absolut Sport Absolut Volley Non classé

Une assemblée générale de la FVWB pas si ordinaire que cela

A défaut d’être réellement extraordinaire par l’originalité des décisions adoptées, l’assemblée de la Fédération de Volley Wallonie-Bruxelles fut moins ordinaire que ne le donnait à penser son qualificatif de base. En effet, en plusieurs de ses points, cette réunion, qui se tint dans de remarquables conditions de protection sanitaire à l’Axis Park de Mont-St-Guibert, fournit l’occasion à quelques délégués de faire état de leur mécontentement sur certains des points qui ont, au cours de l’année écoulée et de ces derniers mois, donné de la Fédération une image où le chaotique a parfois pris la forme du fantasmagorique mais également à d’autres de faire le point sur son état de santé, sportive et financière, au sortir de d’année 2019.

De fait, l’assemblée connut cinq temps forts. Le premier fut celui qui vit les délégués éplucher et approuver très grande partie d’une importante série de modifications apportées au Réglement d’Ordre Intérieur et portant sur des matières très diverses comme les Centres de développement fédéraux, les cartes de coach, les doubles affiliations entre deux clubs, la double affiliation joueur, règlement juridique…

Ensuite, ce fut au tour du rapport d’activité de l’année 2019 d’être soumis à l’examen et à la ratification des délégués. Ce point souleva des interventions et des commentaires dont on retiendra surtout deux éléments qui méritent d’être mis en exergue. Le premier est que, lorsqu’il est fait la comparaison du nombre des licencié(e)s entre 2017 et 2019, il a été relevé que la Fédération avait perdu 263 membres mais que, plus dérangeant encore, c’était essentiellement au niveau des jeunes de moins de 18 ans que cette perte s’était produite (-105 filles et – 253 garçons).

Après avoir relevé que le rapport technique était le plus consistant (et, en particulier, celui ayant trait à la partie “Formation des cadres”) de tous ceux qui faisaient partie du document présenté, le même délégué fit remarquer que des points importants comme l’évocation des Assises et tout le volet de la représentation de la FVWB au sein du Conseil d’Administration de Volley Belgium n’avaient pas été traités dans le rapport d’activité 2019 proprement dit. Enfin, il termina son intervention en brossant le curieux “tableau” qu’était devenu celui du Conseil d’Administration de la FVWB et en appelant de ses voeux que soient revus la composition et le mode de fonctionnement de cette “usine à gaz”. La proposition tombait à pic. En effet, le Président Van Daele avait, en d’autres termes, évoqué cette question dans son speech d’accueil et marqua son accord pour que la prochaine Assemblée générale du mois de décembre inscrive cette révision du CA de la FVWB à son ordre du jour.

L’assemblée passa ensuite à l’examen des comptes de l’exercice 2019. Ceux-ci se terminant par un solde positif, ils ne donnèrent pas lieu à de nombreux échanges. Ils n’en furent pas moins intéressants pour autant. En effet, ils permirent de faire apparaître que, même si la Fédération disposait de plus de liquidités que ce n’était le cas en 2016, et ce principalement par l’effet d’une réduction très importante de la masse salariale, la situation bilantaire de la Fédération prêtait toujours à inquiétude d’une part tandis que le compte d’exploitation 2019 aurait été déficitaire comme l’avait été celui de 2016 s’il s’était trouvé dans les mêmes conditions d’écriture comptable de l’époque quand l’inscription des subventions à venir n’était pas autorisée d’autre part. Comme quoi, chacun(e) fut ainsi bien averti(e) que la Fédération n’avait pas encore découvert l’arbre qui portait des billets de banque à ses branches.

Après ces chiffres approuvés par l’Assemblée, celle-ci passa à la phase des élections. A celles des membres des différentes instances juridiques nouvellement instaurées d’abord et à celles des trois nouveaux membres appelés à siéger dans le Conseil d’Administration par après. Ces votes se passèrent sans dommage pour ces trois candidats. Ainsi furent élus de confortable manière Denis Van Bever du CP du Hainaut, Thierry Biron du CP de Namur et Eric Davaux de l’entité du Brabant Wallon.

Le gâteau de clôture fut fait d’une interpellation présentée par le Comité provincial et défendue par Michel Hourlay. Espèce de pot rassemblant plusieurs griefs adressés à l’encontre de plusieurs décisions prises par différentes têtes francophones faisant partie du Conseil d’Administration de Volley Belgium, de la FVWB ou de ses cellules, cette interpellation rata sa cible dans la mesure même où, loin d’être toujours bien ajustée, elle n’alla pas jusqu’au bout de son intention. Elle n’en fut pas moins salutaire tant elle permit à d’aucuns de prendre la parole et d’avoir pu se faire entendre sur l’un ou l’autre de ces sujets qui ont défrayé la chronique et qui continueront à faire l’objet de commentaires divers quand les buvettes seront à nouveau ouvertes dans les salles de sport.

C’est ainsi, sans “demande de vote de méfiance à l’égard d’un ou plusieurs administrateurs”, que prit fin cette assemblée générale qui, dans son ensemble, aura été d’une belle tenue. Une assemblée qui aura été marquée d’une très nette aspiration commune à voir la Fédération “nettoyer devant sa porte” et à remettre bon ordre en sa direction intérieure d’une part et à se faire autrement active en maints domaines sportifs d’autre part.

Puissent donc ces bonnes intentions se muer rapidement en belles réalisations. Tout en sachant cependant que rien ne se pourra si, au sein de l’équipage qui conduit la Fédération et qui vient d’être partiellement renouvelé, il n’y a pas, comme le chantait si bien Georges Brassens, l’esprit des “Copains d’abord”.

Des bateaux j’en ai pris beaucoup, Mais le seul qui ait tenu le coup, Qui n’ait jamais viré de bord, Mais viré de bord, Naviguait en père peinard Sur la grand-mare des canards, Et s’app’lait les Copains d’abord Les Copains d’abord.

Absolut Sport Absolut Volley

Le championnat FVWB aux mêmes dates que celles de Volley Belgium !

Des bruits entendus du CA de la FVWB qui s’est tenu hier soir, il ressort que le championnat de la FVWB débutera lors du dernier week-end du mois de septembre de cette année et non plus lors du premier week-end du mois de janvier 2021 comme ce même CA l’avait décidé au plus fort moment de l’épidémie du Covid-19.

De la sorte, les débuts de tous les championnats de volley, qu’ils soient nationaux, régionaux et quasi tous les provinciaux, se feraient aux mêmes dates. Pour autant, bien entendu, que le Centre National de Sécurité ait donné son feu vert pour la reprise en septembre, ou avant, des compétitions des sports collectifs disputées en intérieur.

Cela apparaîtra peut-être comme une reculade opérée par les administrateurs de la FVWB par rapport à leur prise de position antérieure (Cf communiqué en bas de page) mais on retiendra surtout qu’ils ont fait montre là d’une belle capacité à reconsidérer une décision que d’aucuns n’avaient pas manqué d’estimer comme malencontreuse parce que faite de manière trop précipitée et sans grande concertation avec le CA de Volley Belgium.

Si, sur ce point, accord a pu être trouvé, la problématique de la double affiliation, qui, avec la nouvelle mouture de la réglementation de la compétition nationale, ne pourra plus trouver terrain d’application pour les équipes francophones évoluant au niveau des quatre niveaux de Volley Belgium, aurait produit, quant à elle, plus que des remous.

On le sait, l’usage de cette disposition, qui fait aujourd’hui partie constitutive de l’ADN du volley francophone, ne pourra plus se faire à ces niveaux “réformés” de la compétition nationale dans la mesure même où, la double affiliation n’étant pas pratiquée au sein de la communauté flamande du pays, les administrateurs de Volley Belgium ont, résultat de la dernière réforme des statuts de la FRBVB qui ne permet plus aux administrateurs francophones d’avoir le même pouvoir d’intervention que celui qu’ils avaient auparavant, estimé que les équipes appelées à disputer les championnats dits nationaux se devaient d’être régies par des règles communes. D’où la fin des avantages de la double affiliation pour les équipes de la FVWB.

On en est là. Hier soir, certains, semblant découvrir la lune, ont levé l’étendard de la remise en question (de ce point) de la réglementation de la compétition nationale qui ne fait pas l’affaire des clubs francophones ayant obtenu le statut de centres de développement et qui veulent le maintien du régime de la double affiliation pour leurs équipes engagées dans les championnats nationaux.

Qu’en résultera-t-il ? Il est à craindre que, conséquence directe de ces réformes qui, tant celle des statuts de la FRBVB que celle de la compétition nationale, ont été menées à la hussarde et sans grande réflexion quant à leur portée, il ne s’agisse plus là que d’une bataille du pot de terre contre le pot de fer.

COMMUNIQUE DE PRESSE DE LA FEDERATION DE VOLLEY-BALL WALLONIE BRUXELLES (FVWB)

Le conseil d’administration de la Fédération de volley-ball Wallonie Bruxelles s’est réuni en vidéo conférence, ce mardi soir, avec les représentants des différentes entités et les responsables des différentes cellules.  Au vu de l’évolution de la situation et des informations en sa possession, il a décidé de publier l’annorama de la prochaine saison et de débuter les compétitions à la date initiale prévue, soit le dernier week-end de septembre, tout en tenant compte des décisions qui seront prises par le Conseil National de Sécurité et les autorités fédérales, régionales, communautaires et locales (la plupart des clubs louent en effet des infrastructures dont ils ne sont pas propriétaires et l’accès aux salles est évidemment indispensable…).  Tout se fera en parfaite collaboration avec les autres instances du volley-ball belge, mais aussi avec les autres sports collectifs en salle.

Petit rappel, suite à la réforme des compétitions qui entre en application, la dénomination des divisions, comprenant les quatre premiers niveaux couvrant l’ensemble du territoire belge, a été modifiée :

  • NIVEAU 1 : Ligue A (9 équipes en messieurs et 9 équipes en dames)
  • NIVEAU 2 : Nationale 1 (12 équipes en messieurs et 11 en dames) ; ex-Ligue B
  • NIVEAU 3 : Nationales 2 A et B (24 équipes réparties en deux séries) ; ex-Nationales 1
  • NIVEAU 4 : Nationales 3 A, B, C et D (48 équipes réparties en quatre séries) ; ex-Nationales 2 (3 séries en dames dans cette saison transitoire)
  • NIVEAU 5 : Promotions A, B et C (33 équipes réparties en trois séries en fonction du règlement interne, soit le déplacement de l’axe nord-sud de gauche à droite
  • NIVEAUX 6, 7, 8 et 9 : les championnats provinciaux dans les 5 entités organisant les compétitions (Brabant wallon Bruxelles-capitale, Hainaut, Liège, Luxembourg, Namur)
  • COMPETITIONS JEUNES en U19, U17, U15, U13, U11

Informations complémentaires :

  • Relatives à la compétition : Michel Loppe, responsable de la Cellule compétitions et responsable adjoint de la Cellule compétitions de Volley Belgium : 0497/031395
  • Relatives à la fédération : Daniel Van Daele, président : 0475/245086

Voici la composition des séries au niveau Promotion Hommes & Dames (pour info, les chiffres de la 2ème colonne représentent la longitude comme le prévoit le ROI) :

Promotion damesPromotion Messieurs
PDA  PMA  
13,213Mouscron13,387Skill VC Tournai B
23,387OTT23,387OTT
33,561Pays des Collines34,068AVB Soignies
43,819DCA St-Ghislain A44,323Nivelles C
53,911VC Masnuy A54,426Sporta Brussels Volley B
64,068AVB Soignies A64,426BEVC D
74,329Tchalou Volley D74,426BEVC C
84,329BW Nivelles84,446RT Nalinnes
94,366Ixelles Volley B94,534Villers
104,443Modal Charleroi Volley B104,546Farciennes
114,521Royal Rixensart114,612AXIS GUIBERTIN E
124,546Volley Sedisol Farciennes A
PDB  PMB  
14,561Limal Ottignies14,612AXIS GUIBERTIN D
24,654VC Jemeppe B24,638Arsimont
34,694VC Gembloux B34,654VC Jemeppe A
44,697VC Chaumont A44,694VC Gembloux
54,697VC Chaumont B54,695VC Walhain C
64,76Floor F64,695VC Walhain B
74,891Namur Volley C74,76Floor F
84,956Beauraing84,813VC Perwez
95,254VBC Waremme B95,216Tellinam
105,262Lesse&Lhomme105,252Baudets Bertrix.
115,435La Vierre115,254VBC Waremme
PDC  PMC  
15,561La Roche15,575Esneux
25,604Grivegnée25,629Herstal
35,655Stabulois35,655Stabulois B
45,788Houffalize45,655Stabulois A
55,819Franchimont B55,676Aywaille
65,858Aubel A65,722Envol H Mortroux Thimister C
5,85Aubel B75,747Olne
85,862Spa85,788Houffalize
95,917Athena95,81Grand Rechain
105,973St Jo Welkenraedt106,081Sporta Eupen
116,165Lommersweiler116,165Lommersweiler
Absolut Sport Absolut Volley

Le Volley belge en quête de son plan de relance

C’est demain jeudi 30 avril qu’aura lieu un Conseil d’Administration de la FVWB. Pour l’heure, l’ordre du jour est à ce point chargé, 17 points ont été annoncés, qu’il sera sans doute allégé quelque peu pour que cette visioconférence puisse permettre des échanges sérieux d’une part et déboucher sur des solutions bien débattues d’autre part.

Un de ces points concernera le “déconfinement et la reprise de l’activité sportive”. Il s’agit là d’un point plus qu’important dans la mesure où il devrait aborder ce que la FVWB a, comme l’a demandé la Ministre des Sports de la Fédération Wallonie-Bruxelles lundi dernier à toutes les fédérations sportives à l’occasion d’une visioconférence, concocté comme plan d’organisation aux fins de démontrer aux Autorités du centre de crise national que feu vert peut lui être accordé pour la reprise de ses activités et de ses compétitions.

La FVWB est-elle déjà prête à cet égard et sera-t-elle en mesure de donner aux Administrateurs de quoi alimenter leurs réflexions et la décision qu’ils/elles auront à prendre ce jeudi à ce propos ? Rien n’est mois sûr quand on peut lire par ailleurs que la préoccupation majeure de ceux qui s’occupent de l’organisation des compétitions est non pas d’arrêter les mesures de sécurité sanitaire qui devraient encadrer celles-ci pour que les rencontres puissent éventuellement avoir bien lieu mais seulement de faire des beaux tableaux de couleur avec les étapes fixées par eux pour avoir un bel annorama 2020-2021.

Pareil manque d’esprit d’anticipation n’est pas surprenant dans le chef de ces mécanos des calendriers et c’est pourquoi il est à espérer qu’il se trouvera des Administrateurs/trices pour avancer des propositions ou faire des suggestions qui s’inscriront davantage dans le disque dur de ce qui est à faire ou à ne pas faire pour accoucher de propositions autrement crédibles aux fins de permettre à la Fédération d’aller à la rencontre du Centre de Crise National avec d’autres atouts que de simples bouts de chandelle. Beaucoup de questions sont à aborder et, pour n’en citer que quelques-unes, on peut se demander comment nos clubs feront pour y répondre: feront-ils tester leurs joueurs/joueuses, les entraîneurs et tout qui sera dans leur entourage; ont-ils le personnel qui sera appelé à désinfecter et nettoyer les vestiaires ainsi que tout le matériel nécessaire pour la pratique du volley, ballons y compris; que faire quand un joueur/une joueuse aura été révélé(e) contaminé(e) du coronavirus; faut-il prévoir ou non le port des masques pendant les entraînements, les matches, etc.

A cet égard, il est heureux de constater que plusieurs entités sportives se sont attelées à ce devoir de recenser tout ce qu’il y aurait lieu de faire pour se prémunir au maximum contre la propagation du coronavirus. Ainsi, si, dans le milieu du volley-ball, il est permis de saluer et de citer en exemple le travail réalisé par les dirigeants de l’EuroMillions Volley League pour informer leurs clubs des obligations qui, dans le cadre de la convention paritaire dont ils dépendent ( https://emploi.belgique.be/fr/actualites/guide-generique-pour-lutter-contre-la-propagation-du-covid-19-au-travail ), seront les leurs en cas de reprise de l’activité des sports collectifs, je voudrais également mettre en exergue les fiches qu’ont réalisées en la matière les fédérations flamande et francophone de tennis, des fiches que vous pourrez trouver en cliquant sur les liens qui suivent : https://www.tennisvlaanderen.be/playsafeandgo-clubs. ; http://www.aftnet.be/Aftnet/media/Media/Documents/Protocole-AFT-Jouez-la-securite-et-restezchezvous.pdf

Cela étant, tous les clubs de la FVWB auront-ils la volonté de mettre en oeuvre toutes les mesures qui seront rendues obligatoires au niveau du pays une fois qu’elles auront été considérées comme indispensables par ledit Centre de Crise national ? La volonté, oui certainement. Pour ce qui concerne leur capacité à le faire, la réponse pourrait être moins assurée tant il est permis de constater que cette tâche qui devra se faire sans relâche nécessitera tout à la fois du matériel, du personnel et, plus que tout, une attention de tous les instants. Et une responsabilité énorme en cas de contamination qui pourrait leur être imputée.

Quant à la question de savoir s’il est indispensable de débuter les championnats comme cela s’est fait chaque année depuis la constitution de la fédération belge, c’est-à-dire au mois de septembre, elle demeure pour l’heure ignorée des responsables des compétitions Volley Belgium et FVWB. D’aucuns ont pourtant déjà évoqué cette problématique et c’est ainsi qu’il est permis de lire dans le PV d’un récent Conseil d’Administration de la FVWB que l’Administrateur de l’entité de Namur avait “souligné la nécessité de prévoir la planification de la prochaine saison et de réfléchir à des alternatives au cas où les compétitions ne pourraient débuter aux dates prévues”. D’autres ont été plus loin encore. Ainsi, le Président du comité provincial de Luxembourg vient d’informer les Administrateurs de la FVWB ainsi que ses collègues présidents des différentes entités de la FVWB que le Comité provincial du Luxembourg avait décidé de “débuter ses championnats en janvier 2021 et qu’il a déjà planifié les calendriers en ce sens et, si besoin est, de supprimer la coupe provinciale » .

Dans sa communication, Michel Forget, le Président du CP du Luxembourg, fait référence à plusieurs reprises à la responsabilité, morale et d’ordre sanitaire, qui, à son estime, est celle d’un comité provincial et ajoute ce qui suit “Nous ne sommes pas à la tête de nos provinces pour faire plaisir à certains inconscients mais pour conduire nos provinces en « bons pères de famille ». Nous avons dans nos responsabilités le pouvoir de prendre diverses décisions et parfois des décisions pas agréables du tout. Mais « présider », c’est aussi cela.”.

Si la forme est très tranchante sans nul doute, le fonds du propos est là, aussi incontournable que fondé. Oui, il y a grande responsabilité à apprécier ce qu’il y a lieu de décider en matière de relance des activités et, plus encore, des championnats. Tant il y a beaucoup de pierres à poser pour édifier cette barrière qui protégera du coronavirus, cette infection de l’homme, toutes celles et tous ceux qui, par défaut d’esprit de sauvegarde en amont, pourraient en être contaminé(e)s du fait de leur attachement au volley-ball.

J’aime et partage ces éclairs de lucidité tant ils sont là pour démontrer qu’il y a possibilité d’échapper à ce qu’est l’absurdité quand il y a divorce entre passion et action. Tant ils permettent de réaliser que « demain, c’est aujourd’hui » et de comprendre au mieux ce que Jean-Paul Sartre voulait dire dans l’Être et le Néant quand il a écrit que “L’homme est l’être par qui le néant vient au monde”.

Jean-Pierre Brouhon

Absolut Politique Absolut Sport Absolut Volley

Volley Belgium après le Covid-19

Assemblée générale de la Fédération Belge de Volley-Ball en 1949 (Photo Mme Isralson)


A l’occasion de ce long week-end pascal, les cloches ont sonné à toute volée dans les cieux du volley-ball belge. Et les réactions ont été nombreuses au niveau du maillage informatique qui permet aujourd’hui à tout un chacun de se faire entendre à sa manière. Cela a commencé avec le communiqué de Guy Juwet, le Président de Volley Belgium.

Etant donné que vous pourrez prendre connaissance de cette “adresse à la famille du volley belge” en cliquant sur le lien qui suit, je commencerai par vous synthétiser les remarques qu’elle a suscitées chez bon nombre des dirigeants actifs au niveau des entités constitutives de la FVWB comme chez d’autres dirigeants de clubs bien connus au sein de la Fédération Wallonie-Bruxelles.


https://www.kbvbv.be/wp-content/uploads/2020/04/Website-Volley-belgium-covid-19-VS-10-04-FR-final-1.pdf


Le premier reproche qui est fait à ce communiqué est le caractère particulièrement contraire à la vérité du passage où il est dit que c’est “après consultation avec les dirigeants des différentes compétitions, avec les différents conseils d’administration de nos provinces (qui représentent directement les clubs et les membres), avec les représentants des officiels et bien d’autres qu’il a été décidé d’établir les classements définitifs sur base des classements du 11 mars pour les compétitions non-achevées, et sur base du classement de la compétition régulière pour les séries ayant des play-offs et des playdowns dans leur schéma de compétition”. En effet, jamais, les conseils d’administration des entités
provinciales et régionale n’ont été approchés dans le cadre de cette décision prise par le CA de Volley Belgium.

Le deuxième grief qui est fait à cette communication est qu’elle est trompeuse.

En effet, elle ne rend pas fidèlement compte de la position qu’avaient adoptée les membres du CA de la FVWB et qu’avaient rapportée les membres de la FVWB au sein du Ca de Volley Belgium en matière d’établissement des classements. A cet égard, il faut savoir que, compte tenu des circonstances exceptionnelles que nous connaissons, les administrateurs francophones ont toujours défendu l’idée qu’il n’y ait pas, au niveau des séries nationales comme à celui de la compétition régie par la FVWB, d’équipes descendantes à la fin de cette saison. Comme on le sait, cette prise de position n’a pas été retenue par le CA de Volley Belgium mais, comme le communiqué ne dit rien de cette “discussion”, qui ne pouvait tourner qu’à l’avantage des représentants de Volley Vlanderen en raison des “nouveaux statuts” de Volley Belgium qui font que les représentants de la FVWB sont toujours défaits dès lors que les représentants de Volley Vlaanderen ne sont pas d’accord avec eux, cette “omission” est évidemment faite pour donner à penser que toute la famille belge du volley-ball aurait parlé d’une seule voix en cette matière. Ce qui est très loin d’être le cas quand on sait qu’il y a pas mal d’équipes francophones qui se trouvent en passe de devoir descendre de niveau de compétition alors que, dans d’autres circonstances ou avec une autre interprétation donnée à ce qu’est au juste “le moment” de l’interruption de la compétition 2019-2020, elles ne seraient pas dans cette situation.

C’est ainsi que plusieurs réclamations de clubs sont déjà annoncées dont celle du club de Tchalou qui, en dépit d’un CA de Vollley Belgium spécialement organisé pour discuter de ce cas plus qu’ épineux, se trouve à présent obligé de suivre les chemins des voies judiciaires, si ce ne sont ceux des tribunaux, pour tenter d’obtenir le maintien de son équipe représentative en Ligue A.


La “bulle pascale” de Guy Juwet ne comprend cependant pas que des aspects prêtant à corrections ou à mises au point. En effet, en invitant tout un chacun à réfléchir “sur les évolutions actuelles de notre sport, sinon à remettre en question son « modèle sportif et commercial » afin d’en tirer les leçons pour notre fonctionnement futur”, le Président de Volley Belgium a ouvert une opportunité de discussion que Philippe Boone, Président de la Ligue Messieurs, n’a pas manqué de remarquer et de saisir à la vitesse de l’éclair.

Comment ? Bien à sa manière, c’est-à-dire sous la forme d’une espèce d’encyclique, ou supplique, qu’il a demandé à tout qui y souscrivait de diffuser et que vous trouverez au bas de cet article.


Ce texte est, comme vous le pourrez le lire, un double appel lancé à la Fédération. L’un pour avertir celle-ci que, pour la Ligue, il ne pourra pas y avoir place demain, à ce niveau de la compétition, pour les clubs qui ne seront pas en capacité d’être en règle avec la législation sociale. L’autre pour l’inviter à lui réserver une autre place dans le fonctionnement de “notre Volleyball, parce que, demain, ce ne sera plus le “business as usual” pour qui que ce soit”. Pour permettre à la Ligue d’être ainsi “(encore) plus impliquée en tant que partie prenante de l’écosystème du Volleyball Belge”.


En un mot, comme en cent, la Ligue appelle la Fédération à mieux prendre en considération les problèmes des clubs, des (pseudo) professionnels comme de ceux qui gravitent aux autres niveaux de la pyramide du volley-ball belge, et à mieux les intégrer dans son fonctionnement.


Comment Volley Belgium réceptionnera-t-elle ce genre de requête et celle-ci sera-t-elle la seule qui lui parviendra en dehors des multiples sollicitations que les clubs lui enverront, tout comme ceux-ci le feront également en direction des autres étages de la direction de notre discipline, pour obtenir des dégrèvements ou des reports de différentes charges financières?


Là est la véritable question qu’il s’agit de se poser dans le droit fil de cette invitation faite par Guy Juwet à remettre non seulement en question le « modèle sportif et commercial » de notre sport mais de le faire “en ces temps d’incertitude et de tranquillité sportive » afin de tirer de cette réflexion les leçons pour notre fonctionnement futur. “Et ce pour en sortir plus fort”.


Cela étant, oui, pourquoi la Fédération de Volley Wallonie-Bruxelles ne mettrait-elle pas à profit, elle aussi, cette pause pour repenser non seulement son architecture organique mais également son mode de fonctionnement, sa communication, sa relation avec les clubs et, plus que tout, sa place au sein de la fédération belge ? Cette fédération belge que, en 1945, des Bruxellois francophones ont créée et dans laquelle, aujourd’hui, la FVWB se trouve minorée et est quelque part en défaut par rapport à certaines dispositions décrétales de la Fédération Wallonie Bruxelles.


Les uns parlent de 1945 comme preuve évidente qu’une crise mondiale comme celle que nous connaissons peut conduire à un nouveau départ et à un nouvel avenir. Les autres évoquent cette même date pour nous faire part qu’ils sont animés d’une forte détermination et que le plan de relance sur lequel ils travaillent sera “un cercle vertueux dans lequel la solidarité est liée à la responsabilité et à l’utilité”. Les uns et les autres ont raison de le faire tant le moment s’y prête.


C’est pourquoi il est à espérer qu’il se trouvera bien, quelque part dans les recoins de nos
différentes Provinces comme du côté de la Capitale, des personnes de bon sens et d’intelligence pour porter, après échanges de vues et mise en forme de ces cogitations, des propositions qui devraient permettre au volley-ball francophone de retrouver plus de poids et meilleure assise d’une part et plus juste place d’autre part, là où, comme chacun(e) a pu parfaitement s’en rendre compte au cours de ces dernières semaines, se prennent les décisions qui concernent TOUS les membres de la fédération belge. Et, pour ce faire, en osant “risquer nos pas dans les chemins que nul n’a foulés, risquer notre tête dans les pensées que nul n’a pensées” comme on pouvait le lire sur certains murs il
y aura bientôt 52 ans. .


Oui, mettons à profit ce temps de confinement qui nous est “donné”, et qui sera sans doute plus long que d’aucuns l’imaginent, pour nous préparer à participer, avec ce même et bel idéal de nos Pères fondateurs (voir photo) qui visaient à faire “rayonner le volley-ball partout dans le pays”, à ces prochains grands rendez-vous dont Guy Juwet et Philippe Boone ont parlé.


Cette idée est-elle illusoire ? Non, certainement pas. Folle ? Encore moins. Envisageable, oui assurément.

Tant il est vrai que, comme l’a écrit Lamartine, “les utopies ne sont que des vérités
prématurées”

Jean-Pierre Brouhon

Michel Isralson échange, comme capitaine, le fanion de l’équipe belge participant à la première édition des championnats d’Europe disputés à Rome en 1948 (photo reçue de Mme Isralson, la fille de Michel, que je remercie du fond du coeur. _____________________________________________

Texte de la Ligue de Volley-ball Messieurs


TOUTE LA FAMILLE DE VOLLEY BALL DOIT ÊTRE SOLIDAIRE POUR SURMONTER LA CRISE


Je voudrais rebondir sur la communication du président de Volley Belgium.
La crise COVID-19 va déstabiliser l’économie mondiale et peut-être aussi remettre en cause notre modèle de société.
Le sport ne sera pas épargné.
Les sources de revenus sur lesquelles repose l’écosystème du sport (semi) professionnel risquent de diminuer de manière significative lors de la reconstruction. Et il est probable que le sport amateur soit contraint de s’autofinancer.


La Fédération, la Ligue et les Clubs (semi)pro devront s’organiser pour minimiser l’impact
économique de cette crise, qui se fera sentir à court et moyen terme.


Nous devons garder à l’esprit que les priorités du Gouvernement seront la santé, l’économie, l’emploi et le pouvoir d’achat, plutôt que le sport. Notre écosystème est porté par les clubs. Mais si on ne s’occupe pas de la vache, il n’y aura bientôt plus de lait.


La Fédération de Football a décidé d’annuler les trois derniers versements des cotisations dues par les clubs pour cette saison.
La cellule de crise, dans laquelle sont représentées toutes les entités du football belge (la Fédération, les ailes et la Pro League), souligne que toute la famille du football doit faire preuve de solidarité en ces temps difficiles. La saison prochaine, les cotisations et les frais d’inscription, ainsi que les frais des arbitres pourraient être réduits. La Ligue de volleyball exprime le même souhait.

Et apprenons également les leçons de cette crise.

Nous sommes convaincus que si nous voulons maintenir notre système de sécurité sociale, tout le monde doit jouer le jeu loyalement, particulièrement en matière de législation sociale. C’est pourquoi nous souhaitons que tous les payements douteux soient cloués au pilori. La procédure pour l’obtention de la licence sera plus importante que jamais : pour le fair-play financier et comme preuve de la viabilité des clubs.


Il nous faudra sans doute aussi mieux encadrer l’organisation de nos activités en matière
d’hygiène et de santé. Ce ne devrait pas rester une anecdote que, lors des demi-finales de la coupe de Flandre Occidentale, une mère positive au Covid 19, a accidentellement infecté des dizaines de personnes. Et cela ne vous aura pas échappé que, malgré les directives aux arbitres, personne ne s’est abstenu de poignées de main et d’accolades lors des deux derniers matchs de l’EML.


Le bien-être de nos joueurs, de nos fans et de tous les collaborateurs doit être au cœur de nos préoccupations. Quand pourrons-nous reprendre les entraînements professionnels ? Combien de temps nos joueurs ont-ils besoin pour revenir au niveau et quand les étrangers pourront-ils revenir? Quand les déplacements internationaux seront-ils autorisés pour nos clubs participant aux Coupes d’Europe? Quand le public sera-t-il de nouveau admis et quelles mesures de sécurité allons-nous mettre en œuvre?


Il convient donc de réfléchir au fonctionnement actuel de notre Volleyball. Parce que demain, ce ne sera plus le «business as usual» pour qui que ce soit.

Espérons que nous serons (encore) plus impliqués en tant que parties prenantes de l’écosystème du Volleyball Belge.
Quoi qu’il en soit, nous sommes convaincus que nos valeurs ne seront pas contaminées par le coronavirus et qu’elles contribueront à construire l’avenir avec enthousiasme.
Permettez-moi de les résumer:
• Respect et honnêteté.
• Travail d’équipe et EMPATHIE d’équipe.
• Prendre soin du BIEN-ÊTRE des joueurs.
• RESPONSABILITÉ FINANCIÈRE.
• INTÉGRITÉ de la compétition.
• COHÉSION dans la communauté locale et multigénérationnelle.

La Ligue belge de volleyball a réagi rapidement pour arrêter définitivement la compétition. Depuis lors, nous travaillons activement sur un PLAN DE RELANCE. Il doit être un cercle vertueux dans lequel la solidarité est liée à la responsabilité et à l’utilité.
Le Covid 19 est particulièrement dangereux pour les personnes vulnérables, tout comme pour les clubs qui étaient déjà en difficulté avant la crise corona. La Ligue aidera tous ses clubs à mettre en place un business modèle sain avec comme fondamentaux l’économie, l’emploi, les services et le divertissement pour les fans.


Je terminerai comme j’ai commencé, en reprenant la communication du Président de Volley Belgium.
C’est pendant la dernière guerre mondiale et grâce à un réseau de résistance que le Volleyball a été joué pour la première fois dans notre pays.
Après la guerre, la Fédération Belge a été fondée en 1945 à l’initiative de ces résistants, avec Roger MAZEAU comme premier Président.
Le volleyball s’est considérablement développé depuis lors.

C’est pourquoi notre PLAN DE RELANCE s’appelle MAZEAU.

Avril 2020, Philippe Boone, Président de la Ligue Belge de Volleyball

Absolut Politique Absolut Sport Absolut Volley Non classé