Une démission révélatrice d’une énorme fracture

La nouvelle est tombée il y a peu. Par voie d’un communiqué, dont vous trouverez ci-après la teneur, la Ligue Messieurs a annoncé ce jeudi en fin d’après-midi que Philippe Boone avait décidé de démissionner de son poste de Président de ladite Ligue qu’il dirigeait, en tandem avec Marc Spaenjers, depuis bientôt cinq ans.

Comme vous le lirez, la raison de cette démission est l’annonce faite le 14 octobre dernier par Volley Belgium, à la suite de l’on ne sait trop quelle réunion, que « la Ligue et la Commission des licences «  (organe qui, au sein de la Ligue, est habilité, en toute autonomie, à dire si un club est en capacité financière et organisationnelle de faire évoluer son équipe représentative à ce niveau de la compétition masculine belge) seraient à nouveau placées sous le seul « parapluie de Volley Belgium ».

Etant donné que j’ai déjà eu plusieurs fois l’occasion de vous faire part des tensions qui existaient entre certains des membres du CA de Volley Belgium et l’équipe dirigeante de la Ligue, je ne vais pas faire ici l’historique de ces points de friction qui ont émaillé les relations entre ceux qui se considèrent comme ayant toute autorité sur tout le monde du volley-ball belge du fait qu’ils se trouvent au Conseil d’Administration de Volley Belgium et ceux qui estiment que, par l’accord passé entre les prédécesseurs de ceux-ci et les présidents des clubs qui évoluent au plus haut niveau du championnat, il leur revient de pouvoir gérer cette compétition en veillant à se conformer aux obligations qui sont les leurs en bien des domaines (sécurité sociale, fiscalité, management, …).

Pour des motifs d’ordre personnel et aussi, sans doute, pour éviter que le monde du volley-ball belge ne puisse donner l’image d’être une famille au sein de laquelle il y a un enfant par trop turbulent ou par trop empressé de vouloir faire aussi bien que ce qui se fait aujourd’hui à l’étranger en matière de gestion des clubs de l’élite, Volley Belgium a cru bon de faire entendre aux dirigeants de la Ligue masculine que celle-ci devait rentrer dans le rang. Il s’agit là d’une décision dont il est difficile, surtout en cette période où l’on sait que demain ne sera plus comme avant, de mesurer correctement son impact et ses diverses conséquences.

Que vont faire les clubs de la Ligue après cette annonce et, surtout, après cette démission de Philippe Boone ? Ils se réuniront mardi prochain à Bruxelles pour faire le point sur cette décision de Volley Belgium qui ne manque pas d’apparaître comme un fameux coup de « rétropédalage » qui n’est pas sans risque pour le devenir même du volley-ball masculin de haut niveau dans notre pays.

Qu’adviendra-t-il de l’héritage laissé par Philippe Boone et Marc Spaenjers, le CEO de l’EuroMillions Volley League dont la démission est, selon le communiqué précité, également attendue ? Les moyens financiers que ces deux personnes ont obtenus pour compte des clubs masculins de la Ligue vont-ils rester affectés à la cause de la mise en exergue de ceux-ci ou vont-ils retomber dans l’escarcelle de Volley Belgium ? Les clubs de la Ligue vont-ils accepter leur mise sous coupe par ceux qui, en dehors du CA de Volley Belgium, tirent les ficelles de ce jeu d’influence et, si non, quelle forme prendra leur « unité » ? Qui va prendre la tête de cet attelage qui est fait de clubs qui sont loin d’être tous de dimension égale ?

Les prochaines semaines ne devraient pas tarder à nous éclairer.sur ce qu’il adviendra de ces épineuses questions…

————————————————————————

Le volleyball belge fait face à de nouveaux défis

« Il est temps d’unir nos forces et de prendre le contrôle de votre destin. »

En 2003, la Ligue Belge de Volleyball a été fondée suite à l’appel de Philip BERBEN, alors Président de la Fédération, pressé par les associations internationales de suivre l’exemple de l’Italie et de la France, où la Ligue existe depuis plus de trente ans.

Nonobstant un pacte exécutoire, Volley Belgium a annoncé le 14 octobre 2020 que la Ligue et la Commission des licences devraient être placées sous ce seul « parapluie du volleyball » en Belgique.

En ces temps difficiles pour les clubs professionnels et avec une ligue forte, cela peut paraître incompréhensible.

En tant que président de l’EuroMillions Volley League depuis 2016, Philippe BOONE n’en a jamais fait un secret : «J’ai été élu président d’un groupement d’intérêts autonome». « Je respecte ce que représente la Fédération, mais je n’ai aucune confiance dans son fonctionnement et son expertise pour prendre le contrôle de l’avenir du volleyball professionnel. Le principe des vases communicants entraînera toujours une baisse du niveau le plus élevé, et je ne veux pas vivre un scénario comme aux Pays-Bas où le volley-ball en club est inexistant. Ce sera au détriment des clubs messieurs qui sont déjà traités comme des vaches à lait. Dans ce cas, ce sera sans moi.

En Volley, ce n’est un modèle dans aucun pays d’Europe occidentale. Et dans d’autres sports non plus si l’on prend, par exemple, les compétences et le fonctionnement de la Ligue belge de basket.

La Ligue, souvent contre la volonté de la Fédération, a veillé à ce que le fair-play financier soit garanti grâce à une convention collective de travail et aux conditions de licence, tandis que Volley Belgium n’intervient pas dans les niveaux inférieurs où des zones grises subsistent souvent, conduisant à une concurrence déloyale et à la dérégulation du marché des joueurs »..

L’annonce de la démission du CEO Marc SPAENJERS suivra probablement prochainement.

Bien sûr, personne n’a de boule de cristal pour voir si c’est LA bonne solution pour le volleyball belge. Le temps nous le dira.

Pour l’heure, les clubs font preuve d’attentisme face aux intentions de Volley Belgium et on ne sait donc pas encore qui prendra les rênes sous l’égide de la fédération, qui doit désormais aider les clubs à faire face aux problèmes causés par la crise sanitaire.

Absolut Politique Absolut Sport Absolut Volley

Formidable, la Belgique dans trois championnats du monde d’âge en 2021

Lors de sa dernière session qui s’est tenue à Lausanne la semaine passée, la FIVB a arrêté la liste des pays qui, l’an prochain, seront organisateurs des championnats du monde dans les catégories d’âge suivantes : U18 et U20 femmes et U19 et U21 Messieurs.

Comme vous pourrez le constater, notre pays se trouve largement concerné par ces différentes décisions. Jugez et appréciez par vous-même.

Pays organisateur du FIVB World Championship Girls U18 : Mexico

Pays organisateur du FIVB World Championship Women U20 : Pays-Bas et Belgique

Pays organisateur du FIVB World Championship Boys U19 : Iran

Pays organisateur du FIVB World Championship Men U21 : Italie et Bulgarie.

En clair, cela signifie que trois de nos équipes nationales d’âge seront l’an prochain sur les terrains à l’occasion de ces différents championnats du monde.

En effet, nos Young Red Dragons U19 se sont brillamment qualifiés directement, on le sait, en ayant terminé les derniers championnats d’Europe U18 à la sixième place.

Quant à nos Young Red Dragons U21 qui ont terminé la dernière édition du championnat d’Europe en remportant une magnifique médaille de bronze, ils doivent leur participation à ce prochain championnat du monde U21 au fait qu’ils prennent la place de l’Italie, qui avait terminé cet Euro U20 à la deuxième place mais qui participera à ce championnat du monde en tant qu’organisatrice avec la Bulgarie de cette épreuve.

Pour ce qui concerne nos Young Yellow Tigers U20, elles seront, elles aussi, dans le grand bain mondial en raison du fait que Volley Belgium a fait très opportunément candidature avec les Pays-Bas pour mettre sur pied partie de cette très grande manifestation sportive de volley-ball dans notre pays.

Ne sont-ce pas là que de bonnes nouvelles ? Oui, c’est même formidable à maints égards.

Absolut Friends Absolut Politique Absolut Sport Absolut Volley

Une réglementation Covid très « spécifique »…

Le premier week-end du mois d’octobre approche à grands pas. Cela signifie que la reprise de quasi tous les championnats de volley-ball est plus qu’ imminente tout en sachant cependant que le championnat de la Province de Namur s’élancera ce week-end déjà et que celui de la Province du Luxembourg ne débutera qu’au mois de janvier 2021.

Pour ce qui concerne les compétitions de la Ligue Messieurs et de la Ligue Dames, les calendriers ne sont pas pas les mêmes non plus. Tandis que le championnat Messieurs verra trois de ses matches au programme du premier week-end d’octobre, celui des femmes débutera une semaine plus tard avec deux rencontres seulement à son affiche.

Comme on le voit, c’est plus que décousu mais c’est ainsi, notre Fédération aimant, semble-t-il, à faire la démonstration que la Belgique est un pays aux multiples particularités.

Cela étant, sous quel(s) jour(s) se présente la prochaine saison? Comme c’est le cas pour tous les secteurs de la vie courante, le monde du volley-ball belge a été rudement frappé par la Covid-19 et, depuis le mois de juin, il a dû se plier aux mesures de précaution sanitaire prises par les Autorités en place. C’est ainsi que, se conformant aux multiples protocoles qui ont vu le jour depuis les premières étapes du déconfinement, il a préparé cette prochaine saison dans des conditions que l’on peut qualifier d’assez restrictives au plan des libertés d’action et d’organisation.

Du côté des instances organisatrices des différents championnats à venir, l’effervescence a été grande aussi pendant les mois d’été pour (tenter de) trouver accord sur les dates de commencement de la compétition, sur les diverses formes que celle-ci pourrait prendre au gré de l’évolution de la propagation du coronavirus dans le pays ainsi que sur les protocoles qu’il y avait lieu de considérer comme ceux qui auraient valeur d’instruments de référence.

Ce n’est cependant que sur le tard, c’est-à-dire vers la fin de l’été, que, sauf du côté de la Ligue Messieurs qui avait anticipé le mouvement à ce propos, la réflexion se porta plus précisément sur les suites qu’il y aurait à donner, au plan des remises de matches et du déroulement même des épreuves, dès lors qu’un club se verrait empêché d’organiser une rencontre ou qu’une équipe se verrait amputée d’un(e) ou de plusieurs de ses joueuses/joueurs pour cause de mise en quarantaine ou pour un autre empêchement toujours lié au coronavirus.

Je vous avais annoncé la semaine passée que certains des membres du Conseil d’Administration de Volley Belgium s’étaient penchés sur ce grave sujet et que, sur la base d’un document rédigé par Volley Vlaanderen, ledit CA prendrait attitude à l’occasion d’une réunion qui devait se tenir jeudi dernier. Cette réunion a bien eu lieu comme prévu mais c’est hier seulement que la traduction française du protocole finalement adopté, qui ne diffère que de très peu par rapport au texte initial, a été publiée sur le site de Volley Belgium et sur celui de la FVWB alors que l’édition néerlandaise circulait depuis vendredi par ailleurs.

Etant donné que vous pourrez trouver en cliquant sur ce lien : https://www.volleybelgium.be/category/covid-19-fr-fr/ l’entièreté de ce texte, je vous le laisse découvrir en vous avertissant d’ores et déjà que vous y trouverez essentiellement une disposition qui prévoit que Volley Belgium s’en remettra de fait à la concertation et à la délibération de quatre personnes, qui ne sont pas membres du CA, pour apprécier chaque cas d’espèce qui pourra(it) avoir trait à la « Covid 19 ». Et, pour statuer en « cherchant toujours une solution en concertation mutuelle en faveur de la compétition en cours et dans l’intérêt des clubs et du sport ».

Voilà assurément, n’est-il pas, une réglementation pour le moins « spécifique » ?

Absolut Friends Absolut Sport Absolut Volley

Quid demain si un joueur ou une joueuse est testé(e) « positif » ?

La presse sportive sortait hier les gros titres pour annoncer que cinq membres du club de football du Sporting d’Anderlecht avaient été testés « positif » au coronavirus et qu’ils avaient été mis en quarantaine pour une semaine. « Ils seront une nouvelle fois testés la semaine prochaine par un laboratoire reconnu par la Pro League » rapportait également un communiqué du club bruxellois.

Les journalistes du monde du football avaient ainsi leur pitance du jour et pouvaient broder tout à leur aise leur papier. Les uns pour se demander de quels joueurs il s’agissait, les autres se mettant dans la tête du Prince du Parc Astrid pour tenter d’épouser ses soucis d’entraîneur.

Ce fait divers sportif touchant le monde du football a-t-il un quelconque rapport avec le microcosme du volley-ball me demanderez-vous ?

Oui, sans conteste, et le plus évident est qu’il permet de réaliser que le monde du football ne s’arrête pas quand bien même il se doit de constater que trois joueurs du noyau de base d’une équipe participant au championnat du plus haut niveau de la compétition ont été testés « positif » au coronavirus. Ces joueurs sont ainsi mis en quarantaine pendant une semaine tandis que leurs coéquipiers continuent à exercer leur métier de footballeurs comme si de rien n’était.

Les personnes que ces trois joueurs testés « positif » ont côtoyées et rencontrées ont-elles été appelées à être mises, elles aussi, en quarantaine ? De toute évidence, la réponse est négative puisque leurs équipiers continuent à s’entraîner et devraient jouer ce prochain week-end sauf si l’un ou l’autre devait être testé « positif » à son tour d’ici là.

Cela étant, pour rester dans la note de la première question posée, qu’en sera-t-il ou qu’en serait-il dans le milieu du volley-ball si pareille situation devait survenir dans l’un de ses clubs pendant la compétition officielle?

On devrait le savoir très bientôt. En effet, on sait que les personnes occupant des postes de direction au niveau de Volley Belgium et de ses deux composantes majeures (Volley Vlaanderen et FVWB) ont déjà pris attitude, parfois de manière assez chaotique au demeurant, pour arrêter les dates de début de leurs compétitions (mais sans implication automatique de leurs décisions dans tous les championnats du niveau inférieur) et les protocoles destinés à mettre en forme « volley-ball » les mesures instaurées par les différents pouvoirs qui les chapeautent (Ministères et Administrations des différentes Communautés) en matière d’accès aux lieux de jeu. Toutefois, rien n’a encore été décidé à ce jour au sujet de la ligne de conduite qui sera suivie quand des joueuses, des joueurs ou des membres du staff d’une équipe auront été testé(e)s « positif ».

A ce propos, il existe bien un document qui, élaboré par Volley Vlaanderen, constitue une espèce de « modus operandi » pour tout cas de contamination avéré. Ce dispositif a été évoqué lors du Conseil d’Administration de la FVWB ce lundi et sera soumis à discussion et à approbation lors du Conseil d’Administration de Volley Belgium qui se tiendra demain jeudi.

Est-il prévu des remises de match quand un certain nombre de joueurs auront été testés « positif »? A partir de combien de cas avérés y aura-t-il remise ? Qui prendra la décision de trancher si une rencontre pourra ou non être remise ? Que deviendra le programme des rencontres quand il y aura trop de matches à remettre ? Les critères de remise de match seront-ils clairement définis ou laissés à l’appréciation de celles et de ceux à qui reviendra le soin de prendre décision ? Qui devra avertir qui dès lors que des conditions nouvelles devaient survenir inopinément au niveau de l’accès aux salles ? A partir de quand un joueur testé « positif » pourra-t-il reprendre part à la compétition ? Les joueurs devront-ils présenter une preuve qu’ils ont passé un test dans les 48 heures précédant la rencontre ?

Telles sont, parmi bien d’autres, quelques-unes des questions que beaucoup se posent à une petite encablure du début des championnats.

Comme on le voit, les administrateurs de Volley Belgium devront mettre les bouchées doubles et faire preuve de beaucoup de sagacité pour s’accorder jeudi sur toutes les lignes qui baliseront ainsi les prochaines compétitions. On ne peut qu’espérer qu’ils détiendront la grande forme et que, pour la réussite de la saison à venir, ils nous produiront un dispositif de belle qualité tant on sait, ainsi nous l’a appris Sun Tzu, que « tout le succès d’une opération réside dans sa préparation ».

Absolut Culture Absolut Sport Absolut Volley

Les Yellow Tigers à Bruxelles dans le cadre de la VNL 2021

La Fédération Internationale de Volley-Ball (FIVB) a publié le programme de la prochaine Volley Nations League. Celle-ci se déroulera comme lors des éditions précédentes, c’est-à-dire sous la forme de 4 tournois qui auront lieu chaque semaine pendant trois jours et qui, pour chacun d’eux, seront composés de 4 équipes.

Ainsi, au bout des 5 semaines du tour préliminaire de la compétition, les 16 équipes se seront toutes rencontrées et l’on connaîtra alors les six équipes qui se disputeront par après la victoire finale à l’occasion d’un tournoi qui aura lieu en Chine. Comme sera également connue l’équipe qui, la dernière classée des 4 sélections nationales qui n’ont pas le statut d’invitées permanentes (la Pologne, la République Dominicaine, la Belgique et le Canada), se trouvera éliminée de la VNL de 2022.

De fait, la grille des rencontres de la compétition 2021 se présente sous la même forme que celle de l’édition 2020 qui, on le sait, a été scratchée du calendrier de la FIVB pour cause de coronavirus. Cela signifie que Volley Belgium s’est vue confier l’organisation d’un des 20 tournois du tour préliminaire et que celui-ci sera particulièrement important pour nos Yellow Tigers puisqu’il réunira les équipes de Pologne, de la République Dominicaine et de la Corée du Sud, c’est-à-dire qu’il y aura là deux des adversaires directes de nos compatriotes dans la lutte qu’elles auront à mener pour leur maintien dans cette compétition réservée à l’élite mondiale du volley-ball féminin.

Il est également annoncé que le tournoi se déroulera à Bruxelles les 18,19 et 20 mai, autrement dit lors de la deuxième semaine de cette épreuve qui aura entamé sa course le mardi 11 mai et qui aura vu alors les protégées de Gert Vande Broek et de Kris Vansnick se produire à Apeldoorn, en Hollande, face à l’une des trois équipes suivantes : les Pays-Bas, la Russie ou l’Allemagne.

Comme on peut s’en rendre compte, nos Yellow Tigers se devront donc d’être très tôt en forme tant il apparaît bien que c’est dans les deux premières semaines de cette compétition on ne peut plus relevée qu’elles se devront d’essayer de remporter les précieux points qui les mettraient alors assez à l’aise pour la suite de l’épreuve.

On trépigne déjà à l’idée de suivre tous ces matches au sommet….

Absolut Friends Absolut Sport Absolut unique Absolut Volley

Du vent dans les hautes branches du volley masculin

C’est au début de la semaine dernière qu’a eu lieu la réunion appelée à aplanir le différend existant entre dirigeants de Volley Belgium et ceux de la Ligue Messieurs à propos du calendrier de l’Euro Millions Volley League.

Ayant déjà eu l’occasion de vous rapporter les ingrédients de cet état de crispation entre les uns et les autres, je ne ferai que rappeler ici l’essentiel de sa teneur.

Alors que les dirigeants de Volley Belgium avaient, se basant sur un accord passé entre les dirigeants des entités qui en sont ses deux composantes, annoncé que les compétitions nationales et celles relevant de la compétence de Volley Vlaanderen et de la FVWB seraient postposées d’une semaine et débuteraient donc lors du premier week-end d’octobre, les clubs de la Ligue avaient décidé, peu après et s’appuyant sur une convention passée il n’y a pas tellement longtemps entre ladite Ligue et Volley Belgium, de commencer « leur championnat » lors du dernier week-end de septembre.

Cette prise de position de la Ligue, qui ne manquait pas de donner l’impression qu’elle se permettait de mener sa barque sans trop s’occuper du contexte ambiant, entraîna une réaction immédiate de la part des dirigeants de Volley Belgium qui firent entendre, par le canal de la presse néerlandophone, que la décision de reporter le début des compétitions de volley-ball était également d’application pour le calendrier des clubs de la Ligue.

D’où la rencontre, dite du groupe des 4 (deux représentants de Volley Belgium et deux représentants de la Ligue), qui a eu lieu la semaine passée pour tenter de régler « le problème ».

Qu’a-t-il résulté de cette réunion au sommet ?

De fait, les deux parties n’ont pas trouvé de point d’entente. Certes, le résultat le plus marquant de cette tentative de conciliation est que le championnat de la Ligue débutera bien seulement à partir du premier week-end du mois d’octobre.

Toutefois, derrière cette mesure qui a les allures d’une mise au pas, il convient de savoir que le feu n’est pas éteint, et ce, dans la mesure même où les dirigeants de la Ligue entendent utiliser les différents moyens prévus par la convention précitée pour obtenir, au bout des démarches qu’elle se propose d’entamer, une plus juste reconnaissance des droits que celle-ci lui confère en matière d’organisation de la compétition. Histoire d’être alors plus en mesure, c’est-à-dire de manière moins sujette à contraintes épisodiques, de pouvoir gérer ce championnat qui n’en est pas du tout un comme les autres du fait des charges salariales et des obligations légales qui sont portées par les clubs qui y participent.

Bref, comme il est permis de le constater, le calme est ainsi revenu pour l’heure dans les hautes branches de la compétition masculine de Volley Belgium. Et chacun s’en réjouira très certainement.

Toutefois, il serait naïf de penser que cet apaisement du moment signifie pour autant que le vent des tractations serait voué à ne plus y circuler.

Affaire à suivre donc.

Absolut Sport Absolut Volley Non classé

Annulation des tournois prévus au mois d’août

Vous trouverez ci-après le communiqué relatif à la position de Volley Belgium et de ses deux entités, la FVWB et Volley Vlaanderen, au sujet des dispositions à respecter au cours des prochaines semaines en matière d’activités de volley-ball. Pour l’heure, le communiqué émane seulement de Volley Vlaanderen alors que, selon ce qui avait été rapporté, cette communication devait se faire en même temps dans les deux langues. A l’évidence, il est bien des personnes qui ont encore du mal à considérer le partenaire francophone comme faisant toujours bien partie de l’équipage de Volley Belgium.

Comme il est permis de le constater, cette attitude qui devrait être commune aux trois parties constituant le socle même de notre fédération est sans équivoque possible : pas de tournois et de matches d’entraînement autorisés pendant le mois d’août, entraînements possibles comme prévu dans les protocoles arrêtés par les Autorités publiques et report du début des compétitions, y compris les matches de Coupe de Belgique, au début du mois d’octobre si les conditions sanitaires le permettent.

Voilà donc un ensemble de décisions qui, comme je le laissais entendre hier sur cette même page, placent notre sport sur la même ligne de prudent recul que les autres sports collectifs en matière de positionnement par rapport à la reprise de la propagation du coronavirus dans nos contrées. Une attitude placée assurément sous le signe de Dame sagesse.

Cela étant, c’est aussi dans de pareils moments que l’on aimerait voir la Ministre des Sports de la Fédération Wallonie Bruxelles et ses supports administratifs que sont l’ADEPS et l’AISF venir en aide à toutes celles et tous ceux qui ont fourni de gros efforts et engagé des frais pour la mise sur pied de ces tournois qui sont aujourd’hui supprimés sans rémission de la carte des activités du mois d’août.

Etant donné que, du Fonds d’Urgence qui, d’un montant de 4.000.000 €, avait été mis sur la table au mois de juin pour soutenir Fédérations sportives et autres clubs qui avaient été affectés par l’arrêt des activités sportives en raison du confinement, moins de la moitié de ce « pot » a été finalement alloué tant les conditions posées pour obtenir ce qui avait été présenté comme une réelle poire pour la soif étaient plus que sévères, il y a possibilité d’intervenir.

Celles et ceux qui ont ainsi joué les Pic de la Mirandole de la générosité seraient sans aucun doute bien inspirés de remettre une nouvelle mise sur le tapis et de réviser leurs critères d’octroi à la faveur d’une nouvelle opération de soutien qui s’avère aujourd’hui au moins aussi indispensable que celle qui a été très maladroitement conduite au mois de juin dernier.

Le sport francophone leur en serait très reconnaissant. Affaire à suivre assurément.

Dans l’attente du communiqué FVWB, voici celui qui vient d’être publié sur la page coronavirus@volleyvlaanderen.be

Volley Vlaanderen stelt de competitiestart op seniorenniveau uit !

Naar aanleiding van de verstrenging van de Covid-19 richtlijnen op federaal, provinciaal en gemeentelijk niveau besliste Volley Vlaanderen in samenspraak met Volley Belgium en FVWB (Fédération Volley Wallonie-Bruxelles) op een uitzonderlijke Raad van Bestuur op donderdag 30 juli om een verbod uit te vaardigen op alle oefenwedstrijden en voorbereidingstoernooien gedurende de volledige maand augustus. Deze beslissing geldt zowel op jeugd- als op seniorenniveau.

Om alle clubs én hun spelers en speelsters de mogelijkheid te bieden om een verantwoorde voorbereidingsperiode van minimum vier weken te voorzien, werd beslist om de competitiestart op seniorenniveau uit te stellen tot ten vroegste het weekend van 3 en 4 oktoberOok de bekercompetities zullen niet van start gaan in september en worden eveneens uitgesteld. Volley Vlaanderen en haar jeugdcommissie zal ten laatste op 15 augustus een beslissing nemen over de start van de jeugdcompetitie.

Met betrekking tot de trainingen, die kunnen blijven doorgaan, met respect voor de nationale, provinciale en lokale restricties werden volgende zaken beslist:
Voor meerderjarigen (vanaf 18 jaar) wordt aangeraden om indoor en outdoor te trainen met maximaal 12 spelers, zonder contact en met 1,5 meter afstand.
Voor minderjarigen (jonger dan 18 jaar) vallen bovenstaande restricties weg, behalve in de provincie Antwerpen, waar de afstandsregel wel van kracht blijft.
Alle begeleiders van deze trainingen dienen zowel voor, tijdens en na de activiteit een mondmasker te dragen.

Specifiek in de provincie Antwerpen dient er rekening gehouden te worden met de 1,5m regel bij activiteiten die per voorkeur buiten plaatsvinden. Bij minderjarigen blijft dit nog steeds met een aantal van maximaal 50 personen, vanaf meerderjarigen werd dit echter sterk teruggeschroefd naar 10 personen (inclusief trainer). Neem ook hier contact op met de sportdienst van jouw gemeente voor de lokale richtlijnen in dat verband.

Volley Vlaanderen benadrukt nog steeds het belang van veilig sporten en raadt alle leden en clubs aan om gedurende deze periode te focussen op beachvolleybal en sportbeoefening in de buitenlucht. Daarom wordt er door de federatie benadrukt dat het zeer belangrijk is dat de begeleiding van de teams (trainers, kinesisten, scouting,…) een mondmasker draagt tijdens deze activiteiten en geen fysiek contact heeft met de atleten.

Absolut Santé Absolut Sport Absolut Volley

La recrudescence du coronavirus et ses impacts

Comme chacun pu l’apprendre, la propagation du coronavirus a eu tendance à connaître, au cours de ces derniers jours, une certaine recrudescence. La hausse du nombre de personnes contaminées par le Covid-19 n’a dès lors pas manqué d’alerter les Autorités et tout qui s’occupent en général de la santé de la population.

C’est ainsi que, ce jeudi 23 juillet, les Autorités siégeant au sein du Conseil National de Sécurité ont été amenées à postposer l’entrée en vigueur de la phase 5 du plan de déconfinement qui était prévue pour le 1er août d’une part et à réviser, c’est-à-dire à renforcer, certaines des mesures qui faisaient partie de la phase 4 d’autre part.

La principale des mesures ainsi “ajustées” porte sur le port du masque qui est rendu obligatoire dans les espaces publics et sur l’obligation qu’auront les restaurateurs à tenir une liste de leurs client(e)s pour faciliter la tâche de celles et de ceux qui ont à opérer dans le cadre du “tracing” pour retrouver la trace de tout qui a été en contact avec des personnes contaminées.

Pour le monde sportif, le stop mis à la phase 5 et l’obligation du port du masque dans les lieux publics, c’est-à-dire aussi dans les couloirs des halls sportifs par exemple, constituent un sérieux avertissement dans la mesure où cela signifie que la mise sur pied de rencontres amicales et ou de tournois sera rendue plus contraignante que cela n’était envisagé au moment où les phases de déconfinement, qui allaient vers un retour à la pratique sportive telle qu’on la connaissait avant la mi-mars, se suivaient les unes après les autres. Il y a là un coup d’arrêt qui donne à penser qu’il y a lieu de prendre très au sérieux cette remontée des chiffres de contamination et à respecter au mieux les mesures qui s’imposent à toutes et tous. Et ce dans tous les domaines.

Le monde sportif n’échappe évidemment pas à ce renforcement des règles. A cet égard, les clubs sportifs qui ont programmé la mise sur pied de tournois au cours du mois d’août sont ceux qui se trouvent en première ligne en matière de “mise en cadre” de tout ce qu’il convient de prévoir comme mesures sanitaires à appliquer. Vérité est de reconnaître que leur tâche n’est pas simple tant l’information officielle n’est pas toujours très précise, quand elle existe.

Pour l’heure, Volley Belgium n’a pas encore fait parvenir aux entités qui la composent un protocole qui reprend toutes les règles à suivre pour qui veut organiser soit un stage, soit un tournoi ou une rencontre amicale. Aux dernières nouvelles, cela devrait venir.

Dans l’attente, il y a les protocoles qui ont été réalisés par l’ADEPS et l’AISF qui sont, comme j’ai déjà eu l’occasion de vous l’expliquer, les relais de la Ministre des Sports en Fédération Wallonie Bruxelles. Ils reprennent fidèlement tout ce qui, pour l’heure, est à faire et à faire respecter par celles et ceux qui, si rien ne vient assombrir le tableau d’ici là, endosseront les habits d’organisateurs d’activités sportives au cours du mois de ce prochain mois d’août.

C’est pourquoi, en adressant grand message de sympathie et en guise d’encouragement à toutes ces “mains précieuses”, je reprends ci-après les protocoles qui leur serviront de précieux guide dans leurs préparatifs et lors de leur(s) organisation(s) à venir. Et ce, en sachant que les Bourgmestres sont désormais habilités à prendre des mesures supplémentaires ou toute autre décision qu’ils/elles estimeraient d’utilité publique.

Absolut Culture Absolut Politique Absolut Sport Absolut Volley

Trois équipes belges dans la CEV Men Champions League 2021

Comme l’on sait, la Fédération Belge de Volley-Ball a, depuis quelques années déjà, toujours reçu de la Confédération Européenne de Volley-Ball deux tickets, voire même trois parfois, donnant accès à la Champions League Messieurs. Autrement dit, les deux équipes qui terminaient aux deux premières places d’un championnat étaient directement qualifiées pour la principale des compétitions européennes pour clubs qui avait lieu la saison suivante. Et, mieux encore, elles étaient exemptées de participer aux trois premiers tours de qualification puisque, comme 16 autres équipes des grands pays du volley-ball européen masculin (Italie, Russie, Pologne, Allemagne, France, Turquie), elles se trouvaient immédiatement dans le tableau des 5 groupes de quatre équipes appelé, à ce stade des 1/8 de finale, à qualifier les huit équipes pour les ¼ de finale.

Ce processus de participation à la Champions League Messieurs n’a, pour ce qui concerne nos équipe belges, jamais connu d’anicroche. C’est ainsi que, depuis ces temps où la Belgique a deux tickets d’entrée à la Men Champions League, on retrouvait toujours qualifiées les équipes de Maaseik et de Roulers dans l’une des cinq poules des 1/8 de finale de l’épreuve reine de la CEV.

Cette année, il n’en alla pas de même. En effet, étant donné que le championnat de l’EuroMillions Volley League a été interrompu bien avant la fin de son déroulement normal et qu’il fut décidé par les Autorités organisatrices de la compétition qu’il n’y aurait pas d’équipe championne de Belgique 2020, la question se posa de savoir quelles seraient les deux équipes belges qui seraient proposées par la Fédération belge pour prendre part à l’édition de la CEV Men Champions League 2021.

Lindemans Alost et Knack Roulers, qui occupaient, dans cet ordre, les deux premières du classement au moment où il fut mis fin au championnat 2019-2020, ou, de nouveau, Knack Roulers et Greenyard Maaseik sur la base des résultats obtenus par ces deux clubs au cours des (nombreuses) dernières années dans le championnat de Belgique ???

Ce fut finalement le Conseil d’Administration de Volley Belgium qui trancha le noeud et qui, ne tenant pas plus compte des résultats des clubs concernés au cours des ces dernières années que du fait que le classement tel qu’il se présentait au moment de l’arrêt de la compétition n’avait aucune espèce de valeur indicatrice dans la mesure où le troisième des quatre tours du championnat 2019-2020 n’avait pas encore été entamé, attribua les deux tickets à Alost et à Roulers.

Maaseik, qui s’estimait grandement lésé par cette décision, avait déjà pris toutes les dispositions utiles pour attaquer cette dernière en justice.

Le club limbourgeois n’aura toutefois pas à le faire car, sans lien aucun avec ce problème épineux, la CEV vient de faire savoir à la Fédération belge que celle-ci avait, grâce aux bons résultats obtenus par les clubs belges au cours des dernières années dans les compétitions européennes, obtenu, comme ce fut le cas il y a deux saisons, un troisième ticket pour la Champions League.

Cependant, ce ticket n’a pas le même poids que les deux autres dans la mesure où cette troisième équipe est certes qualifiée pour prendre part à la Champions League mais elle l’est à partir du premier tour et non du quatrième comme ce sera le cas pour Alost et Roulers.

Greenyard Maaseik allait-il faire la fine bouche et continuer à réclamer de la justice un de ces deux tickets auxquels il aurait pu prétendre en fonction de son riche passé dans l’épreuve européenne ?

Non car, très sportivement, le club limbourgeois a fait savoir qu’il se satisferait de ce troisième ticket et que son équipe serait bien de la partie dès le premier tour de la Champions League qui débutera …à la fin du mois de septembre déjà si les Autorités du pays, de la Communauté flamande et de la Province du Limbourg le permettent bien évidemment alors.

On pourrait évidemment épiloguer longtemps encore à propos de ce dossier mais en vain puisque tout se termine au mieux pour l’image du volley-ball belge qui aura trois équipes dans la Men CEV Champions League 2021 et pour les trois clubs concernés même si Maaseik sera toujours en droit d’estimer que les deux premières désignations faites par la Fédération belge n’ont guère été respectueuses de la place que son équipe occupe dans le palmarès du volley-ball belge.

La morale de cette histoire est sans doute que, à l’avenir, les formations aspirant à jouer le titre ne considéreront plus trop comme galops d’essai, comme celle de Greenyard Maaseik a eu par trop souvent tendance à le faire depuis que Joël Banks est devenu son entraîneur, les rencontres précédant les tours décisifs pour l’accès au Final 2.

On ne peut que s’en réjouir…..

Absolut Sport Absolut Volley

Axis Guibertin en Ligue ou en Nationale 1 ? That’s the question

L’équipe d’Axis Guibertin évoluera-t-elle à partir de septembre prochain dans le championnat de la Ligue ou dans celui de la Nationale 1 qui est la nouvelle dénomination de la compétition connue ces dernières années sous l’intitulé de Ligue B?

La question se pose dans ces termes aujourd’hui encore dans le mesure où rien n’est toujours tranché à ce propos.

On le sait, l’équipe du Brabant Wallon a, durant cette saison 2019-2020, terminé la compétition de la Ligue B en première position. A ce titre, elle est donc munie du passeport permettant d’avoir accès à la Ligue A.

Toutefois, ce sésame n’est pas suffisant pour participer ipso facto à la compétition de l’élite masculine du volley-ball belge. En effet, pour ce faire in concreto, le club de l’équipe qualifiée doit présenter, à la commission dite des licences de l’association des clubs de Ligue A, des documents prouvant que l’équipe respecte les conditions fixées par la direction de ladite association tant en matière de contrats de marketing que d’engagement des joueurs et du staff d’une part et qu’elle ne présente aucun arriéré de créances à l’égard des organes fédéraux et de la Ligue d’autre part.

C’est précisément à cet endroit de la procédure d’inscription de son équipe au championnat de la Ligue A que le club d’Axis Guibertin a vu sa demande de licence être refusée, et ce, pour des motifs qui tiennent pour beaucoup à des faits s’étant produits durant les deux dernières saisons où le club du Président Caprasse évoluait encore au premier des étages de la compétition nationale.

Le club d’Axis Guibertin conteste cette prise de décision et s’est tourné vers les Autorités de Volley Belgium pour en appeler à son arbitrage. De fait, après avoir entendu toutes les parties liées à ce différend, Volley Belgium a pris l’attitude de botter en touche en laissant au club brabançon le soin d’introduire une réclamation auprès de la CBAS qui est la Cour Belge d’Arbitrage pour le Sport.

C’est donc du résultat de la plainte d’Axis Guibertin auprès de cette instance reconnue pour son Autorité et son impartialité dans l’appréciation des cas qui lui sont soumis que dépend donc désormais la participation, ou non, de l’équipe brabançonne à la prochaine compétition de la Ligue A.

Wait and see.

Absolut Sport Absolut Volley Non classé