Les Yellow Tigers au tournoi de Kaliningrad

 

Ce mercredi 24 juillet, nos Yellow Tigers affronteront l’équipe nationale russe à partir de 19 heures. Cela se passera à Kaliningrad, dans les installations du club qui a terminé la compétition du dernier championnat féminin de Russie à la deuxième place.

Les joueuses de Gert Vande Breok et de Kris Vansnick ont été invitées dans cette ville, qui s’appelait Königsberg et qui était allemande à la fin de la deuxième guerre mondiale après avoir été intégrée à l’Etat libre de Prusse à l’issue de la Première guerre mondiale , pour prendre part à un tournoi qui réunira, outre la Russie et la Belgique, les sélections nationales de Pologne et d’Allemagne.

Nos Yellow Tigers, qui ont repris l’entraînement depuis près de deux semaines déjà, étaient quasi toutes présentes dimanche au tournoi de beachvolley à Louvain pour rencontrer leurs anciennes copines qui, comme Hélène Rousseaux, Angie Bland, Els Vandesteene , Laura Heyrman, Nina Coolman, étaient les pieds dans le sable pour tenter d’arriver en finale. Gert Vande Broek était là aussi et c’est ainsi qu’il a été permis d’apprendre que, après Kaliningrad, notre équipe féminine se rendra ensuite en Hongrie

Elles disputeront là deux rencontres contre la sélection hongroise entraînée par Jan De Brandt et, après un retour au pays, prendront alors la direction de Catania en Sicile où, du 2 au 4 août, elles iront prendre part au premier tournoi intercontinental de qualification pour les Jeux Olympiques. En plus de la Belgique, seront à l’affiche de ce tournoi les équipes d’Italie, des Pays-Bas et du Kenya. Comme seule l’équipe victorieuse de cette compétition sera directement qualifiée pour Tokyo, on se rend compte que la tâche de nos Tigers sera là plus que malaisée.

Mais, dans l’immédiat, il y aura, à partir de ce mercredi, le tournoi de Kaliningrad. On verra déjà là, contre des équipes qui préparent également leur participation au tournoi intercontinental de qualification olympique qui les concernera,  si Ilka Van de Vijver et ses équipières ont conservé grande partie de l’excellent état de forme qui a été le leur pendant les trois dernières semaines de la Volley Nations League, cette grande compétition de la FIVB au cours de laquelle elles ont été battues par les Polonaises et par les Allemandes (en ayant aligné l’équipe B)  mais où elles avaient réussi à prendre le meilleur sur une équipe russe qui, il est vrai, ne comprenait pas alors tous ses meilleurs fusils.

Le programme du tournoi de Kaliningrad

Mercredi 24

16.30 Allemagne-Pologne  – 19.00 Russie-Belgique

Jeudi 25 

16.30 Pologne – Belgique – 19.00 Russie-Allemagne

Vendredi 26 

16.30 Belgique-Allemagne – 19.00 Russie – Pologne

Absolut Sport Absolut Volley

La Russie conserve son titre de la VNL

C’est à Chicago que s’est déroulée cette nuit la finale de la Volley Nations League Messieurs. Cette finale opposait la Russie, tenante du titre (l’an dernier, elle avait gagné la première édition de la VNL à Lille face à la France), et les USA. La victoire est revenue à la Russie qui a défait la sélection américaine en quatre sets : 25-20/20-25/25-21/25-20.

Les Russes ont été un rien supérieurs à leurs adversaires dans les domaines du bloc (10/7) du service (7/6) et de la réception. Ils ont également fait moins de fautes directes tandis que les hommes de John Speraw ont été un rien plus percutants en attaque 49/51). Ce qui a surtout fait impression au cours de ce match, c’est le caractère renouvelé, plus dynamique, de l’équipe russe qui est aujourd’hui conduite par un Finlandais, Tuomas Sammelvuo. Celui-ci a apporté quelques retouches à l’équipe qui avait gagné la VNL l’an dernier mais qui avait failli aux Championnats du monde.

Le moins que l’on puisse dire est que cette nouvelle « russian team » a un fameux potentiel avec des castards comme Kliuka (2.09m), Iakovlev (2.07m), Poletaev (un gaucher de 1.97m qui prend son ballon d’attaque à 3.60m, voir photo), Kurkaev (2.07m), Volkov (2.01m) et le passeur Kobzar qui ne mesure pas moins de 1.98m ! Comme on peut le constater, la Russie est assurément bien armée pour défendre son titre de championne d’Europe.

A noter pour finir ce billet sur la VNL Messieurs que c’est la Pologne qui a enlevé la médaille de bronze en battant le Brésil en trois sets : 25-17/25-23/25-21 et que c’est le Portugal que la Slovénie remplacera l’an prochain dans le cadre de la troisième édition de cette compétition. Une compétition qui a remporté grand succès populaire, et médiatique, partout où elle a planté son chapiteau dans le monde.

Absolut Fun Absolut Sport Absolut Volley

La Volley Nations League Dames aux USA

Le Tour de France passant dans Bruxelles, je n’aurai donc vu qu’une seule rencontre de beachvolley aujourd’hui, celle qui a permis aux Norvégiens Mol – Sorum de remporter la médaille de bronze face aux Amériacains Bourne – Crabbe. Ceux-ci avaient très bien entamé la rencontre car, développant le même type de jeu que celui qui, la veille, avait permis aux Allemands Thole-Wickler de défaire, à la surprise générale, les tenants de la première place du ranking mondial en trois sets, ils empochaient la première manche sur le score de 21-19. Quand Mol se mit à mieux ajuster ses blocks et à montrer ainsi qu’il était bien le grand patron des filets, Sorum put mieux asurer la couverture défensive et le match tourna complètement à l’avantage ( 15-21/10-15 ) des Norvégiens, et ce, pour le plus grand plaisir de leurs fans venus nombreux dans ce magnifique stade ouvert de Hambourg.

Quant à la finale, elle a constitué une grosse désillusion pour le public allemand. En effet, alors que Thole et Wickler avaient empoché le premier set sur la marque de 21-19, les Russes Stoyanovskyi et Krasilnikov redressèrent la situation et firent tourner le match en leur faveur : 17-21 et 11-15. Les jeunes Allemands passaient à côté de la médaille en or mais se consoleront en se disant qu’ils ont réalisé l’exploit du tournoi en battant ceux qui partaient grands favoris de ces Mondiaux et, surtout, en faisant la démonstration que, s’ils continuent à progresser comme ils l’ont fait au cours de cette dernière année, ils ne tarderont pas à venir prendre place aux tout premiers rangs du classement mondial de la FIVB

Premier bilan de ces Championnats du monde, les Européens terminent aux trois premières places du classement masculin alors que, chez les Dames, les premières européennes, les Suissesses Betschart-Huberli, ont terminé ces Mondiaux, remarquablement organisés par nos voisins allemands, à la quatrième place.

A Nanjing, la finale de la deuxième édition de la Volley Nations League est, comme l’an dernier, revenue à l’équipe des Etats-Unis. Celle-ci eut le grand mérite de ne pas baisser les bras quand, après avoir dominé les premiers échanges dans les deux premiers sets, elle se trouva au total menée deux sets à zéro : 25-20/25-22. Karch Kiraly modifiia quelque peu ses pions d’attaque et c’est ainsi que, avec Drews comme principale force de frappe et Jordan Larson qui avait remplacé Bartsch-Hackley, les Américaines renversèrent le cours du jeu. Et remportèrent un succès, 15-25/21-25/13-15, qui est amplement mérité au vu de l’ensemble de la compétition et qui leur aura apporté la confirmation que Karch Kiraly disposait en la jeune Drews d’un nouveau gros atout dans la perspective des Jeux olympiques de Tokyo…et des suivants.

Absolut Sport Absolut Volley

Aux Canadiennes Pavan – Melissa le titre mondial de beachvolley féminin

J’ai assisté ce samedi à une belle finale mondiale de beachvolley féminin, à un gros match de l’équipe américaine féminine de volley-ball à Nanjing face à une équipe chinoise qui a alterné des hauts et des bas et à une énorme surprise avec la défaite de l’équipe norvégienne de beachvolley Mol – Sorum face à la paire allemande Tholl – Wickler lors de la demi-finale du championnat mondial de beachvolley masculin. Cela faisait un repas copieux pour une journée passée à la maison.

Je passe en revue les pricipales images de ce beau programme.

Il y eut tout d’abord la finale des championnats du monde de beachvolley avec d’un coté du filet le duo canadien Pavan – Melissa et de l’autre le team américain composé de Klineman et de Ross. La partie fut particulièrement intéressante à suivre tant les deux équipes ont excellé dans les side-outs et pas très nombreux rares les très longs échanges. Rapidement, il fut permis de constater que la paire canadienne disposait en Melissa d’une très grande balayeuse de fond. Les Canadiennes furent mises en confiance par l’effet d’une série de 10 points réalisés d’affilée mais elles virent les Américaines, et Ross en particulier, revenir sur leur dos et elles durent finalement batailler ferme pour s’imposer à leur troisième balle de set, 23-21. Dans la seconde manche, elles prirent un bon départ mais ne purent empêcher les Américaines de revenir à leur hauteur avant de compter trois points d’avance. Avec Melissa qui était au four et au moulin, c’est-à-dire excellente en défense et très efficace en attaque, les Canadiennes parvinrent à rétablir l’égalité à 15-15 avant de prendre la tête au marquoir. Dans ce set, c’est également à leur troisième tentative qu’elles remportèrent le point qui, à 22-21, leur valait le gain de la manche et le titre mondial, le premier remporté par une équipe canadienne.

A Nanjing, il n’y eut pas véritablement match car tous les sets furent, de fait, assez peu disputés.

Dans le premier, les Américaines ne firent qu’une bouchée des jeunes Chinoises qui, drivées par le remplaçant de Lang Ping, apparurent fort légères face à la puissance de feu des Bartschley et Drews, le score étant assez éloquant à cet égard. 25-11. Dans le deuxième, les Chinoises réceptionnèrent et livrèrent beaucoup mieux que dans le set précédent. Elles prirent rapidement le large et remportèrent assez confortablement cette manche sur le score de 15-25. Karch Kiraly procéda à deux changements et la rentrée de Poulter à la passe eut des effets positifs sur ses équipières qui retrouvèrent le rythme et l’efficacité du premier set. Le match était joué (25-17/25-20) car les joueuses US se montrèrent meilleurs que leurs jeunes adversaires dans tous les domaines du jeu : attaques 52-39, blocks 12-7 et services/aces 10-4. Avec le trophée et les belles primes de la VNL pour enjeu, elles rencontreront donc ce dimanche les Brésiliennes qui, de leur côté, ont écarté de leur route les joueuses turques en l’espace de trois petits sets : 25-23, 25-15 et 25-10.

Retour à Hambourg pour assister à la demi-finale tant attendue entre la paire norvégienne, Mol-Sorum, qui trône tout en haut de la hiérarchie du beachvolley masculin depuis bientôt un an et les deux jeunes Allemands Thole et Whickler qui avaient sorti au tour précédent la paire mythique américaine Dalhausser – Lucena en trois sets. La rencontre donna lieu à un spectacle de très grande qualité tant la paire allemande parvint à élever son jeu au niveau de celui des Norvégiens et, à partir du deuxième set, à le dépasser même quelque peu au niveau du jeu défensif. Le match connut plusieurs moments mais, sur l’ensemble de la partie, ce furent les Allemands qui se trouvèrent le plus souvent en tête au marquoir. Alors que chaque équipe avait enlevé son set, 21-17 pour les Norvégiens et 16-21 pour les Allemands, les Norvégiens, que l’on a déjà connus plus efficaces (tant au block qu’au service et en défense), donnèrent l’impression, dans le début du tie-break, qu’ils allaient l’emporter quand ils comptèrent une avance de 3 points mais, Wickler, réellement étourdissant ce samedi en défense, réalisa alors quelques prouesses qui firent basculer le cours du jeu. Comme l’arbitre russe, assez faiblard, donna également, à 11-13, un petit coup de pouce à la formation locale, la cause fut entendue: 12-15. Les meilleurs du jour l’avaient emporté et rencontreront ainsi ce dimanche, avec le titre mondial pour enjeu, les Russes Stoyanovskiy – Krasilnikov qui ont battu les Américains Bourne – Crabbe en trois sets.

Absolut Sport Absolut Volley

Dernières nouvelles de Nanjing

C’est à Nanjing en Chine que se déroule actuellement la phase finale de la Volley Nations League Dames.

Seules les équipes classées aux six premières places du tour préliminaire de cette grande compétition mondiale sont de la partie. Ces six équipes ont été réparties en deux poules et c’est demain que se joueront les demi-finales qui opposeront, en deux matches croisés, les quatre équipes ayant terminé leur tournoi respectif aux deux premières places.

Quelles sont ces quatre demi-finalistes ?

Dans la poule A qui regroupait les USA, le Brésil et la Pologne, ce sont les joueuses de Karch Kiraly qui ont enlevé la pemière place après avoir battu successivement la Pologne sur le score de 3-1 ( 21-25/25-16/25-15 et 26-24) grâce à un « great service game » et une très belle prestation de Drews et de Robinson et, ensuite, le Brésil sur la même marque de 3-1 (25-18/25-19/20-25 et 25-21). Dans ce match où Gabi et Beatriz n’ont que très peu été appelées au jeu, ce sont les Américaines Thompson et Larson qui ont crevé l’écran avec respectivement 33 points et 13 points à leur actif. On retiendra également que ce sont surtout les blocs et les services qui firent la différence entre les deux teams qui, lorsqu’elles se sont rencontrées, étaient déjà assurées de disputer les demi-finales. En effet, la veille, le Brésil avait battu la Pologne sur le score de 3 sets à 2 (22-25/25-21/22-25/25-19/15-10), et ce, en dépit d’un très gros match livré par Smarzek (33 pts) et Medrzyk (16 pts).

Dans la poule B dans laquelle figuraient la Chine, l’Italie et la Turquie, la surprise est venue de la Turquie qui a enlevé ses deux rencontres : 1-3 le premier jour contre la Chine (sans Zhu Ting sur le terrain et sans Lang Ping au coaching) et le deuxième jour contre l’Italie sur la marque de 0-3, excusez du peu ( 21-25/15-25/21-25). Dans ces deux rencontres, Karakurt joua un grand rôle puisqu’elle marqua 16 points contre les Chinoises et 17 contre les Italiennes qui alignaient pourtant Egonu (12 pts) et Sylla (9pts).

La rencontre entre la Chine et l’Italie était donc décisive pour l’accès à la demi-finale et ce furent les Chinoises qui, toujours sans Zhu Ting et lang Ping, l’emportèrent en quatre sets : 25-17/25-22/22-25/25-22.

Dans cette partie, Egonu, assez effacée la veille, se fit très productive, 38 points au compteur, mais ce ne fut néanmoins pas suffisant pour venir à bout d’une formation chinoise au sein de laquelle Xiaofong Liu et Yanham Liu firent jeu égal au niveau des points victorieux (18).

Tout ceci pour vous dire que les deux demi-finales seront Turquie – Brésil d’une part et USA – Chine d’autre part. On a déjà vu des affiches moins alléchantes .

Absolut Sport Absolut Volley

Trois gros morceaux attendent nos Yellow Tigers à Stuttgart

 

Après 3 semaines de compétition et 9 matches livrés dans trois pays différents (Bulgarie, Chine et Belgique), nos Yellow Tigers occupent le neuvième place du classement de la VNL 2019. A leur actif, elles comptent 5 victoires et 14 points. De fait, elles ont le même nombre de victoires que trois autres équipes dont deux qu’elles ont battues, le Japon et la Serbie, tandis que la troisième, la République Dominicaine, est l’une de trois sélections nationales qu’elles affronteront cette semaine à Stuttgart. Quelles sont les deux autres adversaires de nos représentantes ? Les Pays-Bas, qui n’ont encore enlevé que 2 matches jusqu’à présent et l’Allemagne qui en a remporté trois.

Est-ce à dire que nos compatriotes vont gagner les trois rencontres qu’elles vont disputer cette semaine contre ces équipes qui sont moins bien classées qu’elles pour l’instant ? Que nenni.

Pourquoi me demanderez-vous ? Tout d’abord, il faut savoir que les Pays-Bas délégueront à Stuttgart leur meillleure formation et que celle-ci n’a rien à voir avec celle qui a perdu 7 des 9 matches que les Hollandaises ont disputés juqu’à présent. L’avantage que les nôtres auront sur leurs grandes soeurs du Nord est qu’elles sont bien dans le rythme de la compétiion mais le talent et la puissance de feu des Sloetjes, Plak, Balkestein, De Kruif et autres gros bras est tel que le derby qui aura lieu demain à partir de 17h30 sera loin d’être une promenade de santé pour Ilka Van de Vijve et ses équipières.

Mercredi à 20h30, nos représentantes affronteront les joueuses du pays, c’est-à-dire les Allemandes. L’équipe allemande n’est pas aussi redoutable que celle des Pays-Bas mais elle n’en constitue pas moins un ensemble qui, lorsqu’il se trouve dans un bon jour, est capable de bousculer les meilleures (comme elle l’a montré la semaine passée en s’en allant battre les Brésiliennes au Brésil) et qui posera de sérieux soucis à nos Tigers si celles-ci ne parviennent pas à les mettre pas à les mettre en grosses difficultés avec leurs services.

Enfin, jeudi à partir de 17h30, les joueuses de Gert Vande Broek et de Kris Vansnik se trouveront face aux puissants bombardiers que sont les joueuses de la République Dominicaine. L’an dernier, nos compatriotes avaient réussi à dérégler la mécanique de la formation des Caraïbes et à remporter ainsi un beau succès. Arriveront-elles à faire de même cette année ? C’est possible mais il est à penser que Kwiek Marcos, qui est à la tête de l’équipe dominicaine depuis 2008, et ses girls chercheront, de leur côté, à profiter de ce match pour gagner une ou deux places au classement.

Comme on peut le voir, le mérite de nos Tigers sera réel si elles parviennent à ajouter un nouveau succès aux cinq autres qu’elles ont déjà engrangés depuis leur premier match joué contre les Etats-Unis dans le cadre de la présente Volley Nations League.

Absolut Sport Absolut Volley

Les Yellow Tigers face à la Russie, la Pologne et la Serbie à Courtrai

C’est à partir de ce mardi 4 juin à 17 h.15 que se jouera le premier des six matches qui seront organisés à Courtrai dans le cadre de la Volley Nations League. Il opposera la Serbie, championne du monde en titre, à la Pologne qui est l’une des grandes révélations de la VNL 2019. Ensuite, à partir de 20h15, débutera la rencontre qui verra nos Yellow Tigers s’attaquer à la Russie qui est le pays le plus titré en termes de titres remportés dans les grandes épreuves de volley-ball.

Si l’on sait que nos compatriotes affronteront ensuite les Polonaises le mercredi 5 et les Serbes le jeudi 6, toujours à partir de 20h15 dans les deux cas, il est permis de constater que les amateurs de volley-ball féminin de haut niveau seront comblés au cours de ces trois prochains jours.

Que peut-on attendre de nos Yellow Tigers face à une si brillante adversité? Assurément un engagement du même type et l’un ou l’autre résultat étonnant.

Lors des deux premiers tournois qu’elles ont déjà disputés, l’un en Bulgarie et l’autre à Macao, nos représentantes ont réalisé d’excellents résultats. En effet, elles ont remporté trois succès en l’espace de six rencontres et c’est ainsi qu’elles ont défait la Bulgarie, le Japon et la Thaïlande, soit du bien beau monde en vérité. Grâce à ces trois victoires, elles occupent une fort belle dixième place au classement des 16 équipes de cette VNL 2019, devançant des pays comme les Pays-Bas, l’Allemagne et même la Russie qui n’a gagné qu’à une seule reprise (c’était contre la Chine) depuis le début de la compétition.

Il ne fait nul doute que, dans cette salle de Courtrai qu’elles affectionnent, les joueuses de Gert Vande Broek et de Kris Vansnick chercheront à se faire plus conquérantes que jamais. Une belle occasion de briller se présentera à elles ce mardi. En effet, les Russes sont en pleine phase de reconstruction et leur équipe manque encore de cette assise qui en faisait un ensemble redoutable il y a peu encore. Contre les Polonaises qui n’arrêtent pas de progresser à grands pas au cours de ces dernières années (elles ont remporté 5 matches sur les 6 au cours de leurs 2 premiers tournois), les nôtres pourraient causer une très belle surprise mais, pour ce faire, devront arriver à contenir autant que possible Smarzek qui est devenue une véritable machine à marquer des points victorieux. Contre la Serbie, qui alterne cette année les hauts et les bas (3 victoires pour 3 défaites dans cette VNL), Ilka Van de Vijver et ses équipières auront une bien belle carte à jouer dans la mesure où, face aux championnes du monde, elles n’auront précisément rien à perdre.

Bref, vous l’aurez compris, rien ne sera simple pour nos Yellow Tigers durant ces trois soirées courtraisiennes mais tout donne à penser que les trois parties qu’elles livreront seront autant de très beaux échanges avec un public qui, c’est à espérer, viendra nombreux pour les soutenir et faire fête au volley-ball féminin de niveau mondial.

Absolut Sport Absolut Volley